Extension Factory Builder
19/08/2012 à 10:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Andy Rajoelina a rencontré Nicolas Sarkozy, le 7 décembre 2011 à Paris. Andy Rajoelina a rencontré Nicolas Sarkozy, le 7 décembre 2011 à Paris. © AFP

Le président de la Transition malgache Andry Rajoelina s'est dit conforté samedi par le sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) de Maputo, rappelant que son adversaire Marc Ravalomanana n'était pas le bienvenu à Madagascar.

Le président de la Transition malgache Andry Rajoelina s'est dit conforté samedi par le sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) de Maputo, rappelant que son adversaire Marc Ravalomanana n'était pas le bienvenu à Madagascar.

Le communiqué final du sommet annuel de la SADC est resté très vague sur Madagascar, mandant son médiateur d'"intensifier le dialogue avec les principaux partis politiques malgaches afin de (...) prendre les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre entièrement et urgemment la feuille de route et créer un environnement favorable pour des élections libres et démocratiques".

Ladite feuille de route de sortie de crise a été signée en septembre par la majorité des parties politiques malgaches, mais le texte est ambigu. "Nous sommes ici pour trouver une solution à la crise, surtout une solution durable pour instaurer la paix et la stabilité à Madagascar", a indiqué à l'AFP en marge du sommet à Maputo M. Rajoelina, qui dirige Madagascar depuis qu'il a renversé le président Marc Ravalomanana en 2009.

Retour "concerté et régularisé"

"En ce qui concerne le retour de l'ancien président, car c'est le sujet du blocage de la résolution de la crise à Madagascar, il a été conclu que l'ancien président ne rentrera pas tout de suite au pays (...), il a été décidé qu'il faut que ce retour soit concerté et régularisé avec les autorités compétentes. L'évaluation devrait se passer dans les trente à soixante jours", a-t-il précisé.

Le ministre seychellois des Affaires étrangères Jean-Paul Adam a expliqué à l'AFP que l'équipe de médiation de la SADC avait préconisé que ni M. Ravalomanana, ni M. Rajoelina ne soient candidats à la prochaine présidentielle, dont le premier tour est prévu le 8 mai 2013. "L'idée que les deux ne se présentent pas a été attentivement considérée par le sommet", a-t-il précisé.

"La SADC ne peut pas décider qui se présente dans une élection démocratique", a corrigé le secrétaire exécutif de l'organisation régionale, Tomaz Salomao, notant que la question du retour de M. Ravalomanana était "inconditionnelle", mais ajoutant qu'"ils doivent mettre l'intérêt de Madagascar en premier, pas les leurs".

"Risques d'affrontement étaient très élevés"

"Les Nations unies ont évalué que les risques d'affrontement étaient très élevés, mais ceci dit, l'ancien président ne pourra pas se présenter parce qu'il ne remplit pas les conditions nécessaires pour être candidat à la prochaine élection présidentielle", a noté Andry Rajoelina, demandant à son adversaire de faire "aussi un geste pour son pays".

"Ce qui prime pour moi, c'est d'instaurer une paix durable à Madagascar. Et je pourrais ne pas me présenter si c'est pour l'intérêt supérieur de la Nation", a-t-il ajouté.

Marc Ravalomanana, exilé en Afrique du Sud, veut rentrer pour se présenter à la présidentielle, mais Andry Rajoelina s'y oppose, mettant en avant des problèmes de sécurité publique et rappelant que son adversaire a été condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité pour son rôle dans la mort de 36 manifestants abattus par sa garde lors des émeutes qui l'ont emporté.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Madagascar

Madagascar : une manifestation de soutien à Ravalomanana dispersée par la police

Madagascar : une manifestation de soutien à Ravalomanana dispersée par la police

Une manifestation de soutien à Marc Ravalomanana, l'ancien président malgache, placé en résidence surveillée, a été dispersée samedi par la police au prix de quelques heurt[...]

Madagascar : Lalao Ravalomanana appellent les Malgaches à "se lever" pour "libérer" le pays

La tension continue de monter à Madagascar depuis le retour de Marc Ravalomanana. Vendredi, sa femme a appelé les Malgaches à "se lever" pour "libérer" le pays.[...]

Madagascar : l'ancien président Marc Ravalomanana confiné à Diego Suarez

L'ancien président Marc Ravalomanana est confiné à Diego Suarez, dans le nord de Madagascar.[...]

L'UA dénonce une "provocation inadmissible" de l'ex-président malgache Marc Ravalomanana

L'UA a condamné mercredi les propos tenus par l'ex-chef d'État Marc Ravalomanana, juste après son retour d'exil à Madagascar, et qualifié de "provocation inadmissible" sa mise en[...]

Madagascar : le fils de Ravalomanana dénonce le "kidnapping" de son père

On est sans nouvelles de Marc Ravalomanana, l'ancien président malgache, arrêté lundi alors qu'il était de retour à Madagascar pour la première fois depuis sa chute en 2009. Son fils a[...]

Marc Ravalomanana de retour à Madagascar après 5 ans d'exil

Selon la presse malgache, l'ancien président Marc Ravalomanana est rentré sur la Grande Île dans la nuit de dimanche à lundi. Un rassemblement de ses partisans devant son domicile est attendu dans la[...]

Madagascar : Marc Ravalomanana n'a été pas été arrêté, mais "mis en sécurité"

De retour de son exil en Afrique du Sud, lundi, Marc Ravalomanana n'a pas été arrêté mais "mis en sécurité", selon Hery Rajaonarimampianina, le président malgache.[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Rasoanaivo : à Madagascar, "l'article 20 de la loi contre la cybercriminalité légalise la dictature"

La liberté de la presse est mise à l'épreuve à Madagascar. Après l'arrestation de deux journalistes, le 21 juillet, à suite d'une plainte déposée par un ministre malgache,[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers