Extension Factory Builder
19/08/2012 à 10:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un double attentat à la voiture piégée a fait deux morts et quatre blessés à Tripoli dimanche. Un double attentat à la voiture piégée a fait deux morts et quatre blessés à Tripoli dimanche. © AFP

Un double attentat à la voiture piégée a fait deux morts et quatre blessés au coeur de la capitale libyenne dimanche, le jour de l'Aïd el-Fitr qui marque la fin de ramadan, selon les autorités qui pointent du doigt des partisans de l'ancien régime.

Un double attentat à la voiture piégée a fait deux morts et quatre blessés au coeur de la capitale libyenne dimanche, le jour de l'Aïd el-Fitr qui marque la fin de ramadan, selon les autorités qui pointent du doigt des partisans de l'ancien régime. Une voiture a explosé près d'une académie militaire sur l'avenue d'Omar al-Mokhtar au centre de Tripoli, faisant deux morts et quatre blessés et la seconde près du ministère de l'Intérieur sans faire de victime, a indiqué à l'AFP, le colonel Mahmoud Al-Chérif, chef de la sécurité de Tripoli.

Les attentats se sont produits le jour de l'Aïd el-Fitr, la fête musulmane qui marque la fin du mois de jeûne de ramadan. Les explosions ont été déclenchées à distance par un système de télécommande, selon le colonel Al-Chérif qui a accusé des partisans de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi d'être derrière ces attaques.

Début août, trois hommes soupçonnés de préparer des attentats à la bombe avaient été tués au cours d'un coup de filet lancé par les forces de l'ordre près de Tripoli, selon les autorités. "Il s'agit de la même cellule dormante dont plusieurs membres n'ont pas pu être arrêtés", a ajouté le colonel Al-Chérif.
Selon lui, c'est le même groupe qui a perpétré l'attentat à la voiture piégée le 3 août au centre de Tripoli et qui avait fait un blessé.

"Les explosifs et la méthode utilisés dans l'attaque sont les mêmes", a-t-il ajouté. "Ce groupe est financé par des membres de l'ancien régime depuis la Tunisie et l'Algérie", a-t-il encore ajouté.

Il s'agit des premiers attentats perpétrés à Tripoli depuis la chute du régime Kadhafiste en octobre dernier. Vers 06H00 locale (4H00 GMT), l'avenue Omar al-Mokhtar où a eu lieu le premier attentat, au coeur de la capitale, était fermée à la circulation, tandis que des points de contrôle ont été installés sur les principales artères de Tripoli où la tension était visible.

Fin du ramadan

L'avenue a été rouverte une heure plus tard après que le site de l'attentat ait été nettoyée et le véhicule piégé remorqué. On ne pouvait alors constater que le sol calciné et des débris de verre. La deuxième voiture, un taxi, avait explosé dans une ruelle à côté du ministère de l'Intérieur et n'a pas fait de victime.

Ces violences n'ont pas empêché des centaines de fidèles d'accomplir la prière d'el-Aid sur la place des martyrs au centre de Tripoli moins de deux heures après les attaques et à quelques centaines de mètres des sites des attentats.

Le vice-ministre de l'Intérieur, Omar al-Khadhraoui, qui s'est rendu sur place a précisé à l'AFP que les services de sécurité disposaient depuis trois jours d'informations sur de possibles attaques. "Nous avions des informations sur de possibles attaques de ce genre depuis trois jours, mais avec le nombre d'armes qui circulent dans le pays, c'est difficile de tout contrôler", a-t-il ajouté, affirmant que d'autres voitures piégées sont recherchées.

A la question de savoir si les mesures de sécurité allaient être renforcées, il a déclaré : "Nous faisons de notre mieux. Nous ne pouvons pas faire plus", a-t-il dit. Dans la foulée de la chute du régime de Kadhafi, des dizaine de responsables et de membres de la famille de l'ancien dirigeant libyen, avaient fui la Libye vers des pays voisins. Ils sont accusés par les autorités de vouloir perturber la transition démocratique dans le pays.

Ces violences interviennent quelques jours après la première passation pacifique du pouvoir en Libye entre le Conseil national de transition (CNT) et le Congrès général national (CGN) issu des élections du 7 juillet.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

La manifestation commémorative de l'anniversaire de la révolte de 2011 a dégénéré lundi en affrontements sanglants entre policiers et islamistes au Caire. Plus de 500 personnes ont é[...]

Triste anniversaire de la révolution en Égypte: onze morts et un enterrement

Onze personnes ont été tuées lors d'affrontements entre les manifestants islamistes et la police dimanche en Égypte, tandis qu'une militante socialiste morte la veille était enterrée.[...]

Égypte: une manifestante tuée à la veille de l'anniversaire de la révolution de 2011

Une manifestante a été tuée samedi soir au Caire lors de heurts avec la police durant une rare manifestation d'un mouvement de gauche, a indiqué un responsable à la veille du quatrième[...]

Égypte : une révolution en perdition

Au jour du 4e anniversaire de la révolution, l’Égypte est plus que jamais déchirée entre une passion pour son nouveau dirigeant Abdel Fattah al-Sissi et la peur de voir la révolution[...]

Égypte : les deux fils de Moubarak sont libres, mais...

Un tribunal égyptien a ordonné aujourd'hui la libération d'Alaa et de Gamal Moubarak, les deux fils de l'ex-président Hosni Moubarak. Mais un nouvel épisode judiciaire les attend.[...]

Au tribunal, Morsi répète qu'il reste le "président" égyptien

À l'audience de l'un de ses procès pour lesquels il encourt la peine de mort, l'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué en 2013 par l'armée, a répété[...]

Décès de l'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe

L'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe et ex-femme du célèbre acteur Omar Sharif, est décédée samedi à l'âge de 83 ans, a indiqué son[...]

Égypte: les autorités religieuses mettent en garde contre la nouvelle une de "Charlie Hebdo"

L'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a "mis en garde" contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le[...]

Égypte : Moubarak reste en prison en attendant d'être rejugé pour corruption

Hosni Moubarak sera rejugé dans la seule affaire de corruption qui le maintenait en détention, mais son éventuelle remise en liberté dépend d'une nouvelle décision de la justice.  [...]

Homosexualité en Égypte : verdict inédit de la justice pour les 26 hommes accusés de "débauche"

Les 26 hommes accusés de "débauche" pour avoir organisé et participé à des "orgies homosexuelles" dans un hammam public ont été acquittés lundi par la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120819102850 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120819102850 from 172.16.0.100