Extension Factory Builder
18/08/2012 à 17:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Prière du ramadan. Prière du ramadan. © AFP

"Il arrive!", crient les enfants. Un homme jovial portant un gros tuyau accède sur le plateau d'une ancienne fortification ottomane surplombant Sarajevo. Dans quelques minutes, "Smajo, le canonnier", va annoncer la rupture du jeûne pour les musulmans de la capitale bosnienne.

"Il arrive!", crient les enfants. Un homme jovial portant un gros tuyau accède sur le plateau d'une ancienne fortification ottomane surplombant Sarajevo. Dans quelques minutes, "Smajo, le canonnier", va annoncer la rupture du jeûne pour les musulmans de la capitale bosnienne. "Bougez-vous! Je ne pourrai rien faire si vous restez à cet endroit!", lance Smail "Smajo" Krivic, aux enfants, en reposant le tuyaux métallique long d'un peu plus d'un mètre contre un mur en pierre, derrière lequel s'ouvre une vue imprenable sur Sarajevo.

Juste en bas, les vieux quartiers ottomans et l'immeuble imposant de la Bibliothèque nationale, toujours en reconstruction, 17 ans après la fin de la guerre intercommunautaire de Bosnie (1992-95). Les musulmans représentent environ 40% des quelque 3,8 millions d'habitants de Bosnie. Ils sont sunnites et partisans pour la plupart d'un islam modéré, introduit dans les Balkans au XVe siècle par les ottomans.

Une grande majorité des habitants de Sarajevo, 80% selon diverses estimations, sont musulmans. Les fidèles ayant jeûné ont beau voir la disparition du soleil derrière les montagnes, marquant le moment de rupture du jeûne, ils ne croient qu'au son du canon de "Zuta Tabija" (Fortification Jaune) et aux lumières qui s'allument à ce moment sur d'innombrables minarets des vieux quartiers.

Smajo le sait bien et ne perd pas une seconde. "C'est une énorme responsabilité. Manger avant l'heure est un péché, mais il ne faut pas traîner non plus. Je ne veux pas porter le pêché pour toute la ville", dit-il, tout sérieux. "Chaque année avant le ramadan, je vais voir un ami horloger pour qu'il vérifie ma montre", assure cet homme de 59 ans à la calvitie prononcée, lunettes sur le nez.

Époque ottomane

La foule, composée de curieux et des fidèles venus rompre leur jeûne ici "en toute sécurité", recule et forme un demi-cercle autour de Smajo. Ce dernier se met à préparer le canon. Il fixe le tuyaux contre le mur et regarde vers le ciel, comme pour bien cadrer. Il sort de son sac une bombe pyrotechnique et la pose à l'intérieur du canon. Enfin, il branche un fil électrique sur le canon et s'éloigne d'une dizaine de mètres.

Quinze secondes avant 19H58 (17H58 GMT), il s'accroupit, une télécommande à la main. "Bouche tes oreilles!", lance une maman à sa fille qui saute de joie en entendant le coup de canon. Aussitôt, les minarets s'illuminent l'un après l'autre. On entend un mélange des chants des muezzins. Smajo range ses affaires. Lui aussi observe le jeûne et les siens ne commenceront pas à manger sans lui. Mais il habite deux rues plus loin et se donne le temps de raconter l'histoire du "canon du ramadan" de Zuta Tabija.

"Ca remonte vers la fin de l'époque ottomane, soit la fin du XIXe siècle. Le pouvoir austro-hongrois (1878-1914) et le royaume yougoslave (1918-41) n'avait rien contre cette coutume, mais les autorités de la Yougoslavie communiste (1945-91) l'avait interdite", raconte-t-il. "Ensuite, il y a eu la guerre et on n'avait pas besoin d'une explosion de plus les jours du ramadan. On a repris en 1997, deux ans après le conflit", dit Smajo, ajoutant n'avoir jamais manqué depuis d'annoncer le temps de rupture du jeûne avec son canon. "Je sais que j'apporte le bonheur dans des milliers de maisons. Je ne pourrais jamais y renoncer", dit-il.

Cependant, les fidèles ont commencé à dîner sur le plateau. La plupart assis à même le sol, autour de leur repas. "Le sens du ramadan est de monter une marche de plus vers le +bien+ et de s'y maintenir le restant de l'année", dit Mersiha Djilovic, 30 ans, venue partager avec son mari un repas composé notamment d'oeufs et d'olives.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

SOS Fifa

Fifa : un sigle qui sent de plus en plus le soufre. Principale institution sportive mondiale, avec le Comité international olympique (CIO), la Fédération internationale de football association gè[...]

France : l'agresseur des policiers de Joué-lès-Tours affichait le drapeau de l'EI sur Facebook

Jeune homme au physique athlétique, l'agresseur des policiers de Joué-lès-Tours abattu samedi par les forces de l'ordre s'était récemment converti à l'islam, affichant sur son compte[...]

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers