Extension Factory Builder
13/08/2012 à 07:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un des tableaux de la cérémonie de clôture des JO de Londres, au stade olympique, le 12 août. Un des tableaux de la cérémonie de clôture des JO de Londres, au stade olympique, le 12 août. © Francois Xavier Marit/AFP

Les Jeux olympiques de Londres se sont terminés en apothéose dimanche 12 août au soir, avec une cérémonie de clôture 100% musicale, privée de la reine mais avec la légende du football brésilien Pelé, pour un passage de relais en samba aux Jeux de Rio 2016.

A 22h50 GMT, le président du Comité international olympique (CIO), Jacques Rogge, a officiellement clos les "17 jours inoubliables" des JO de Londres, des "Jeux joyeux et glorieux" qui ont montré au monde "le meilleur de l'hospitalité britannique".

"Et maintenant, selon la tradition, je proclame la clôture des Jeux de la XXXe Olympiade et je convie la jeunesse du monde à s'assembler dans quatre ans à Rio de Janeiro pour y célébrer avec nous les Jeux de la XXXIe Olympiade", a déclaré M. Rogge, avant que la vasque olympique ne s'éteigne doucement dans la nuit londonienne.
Peu de temps auparavant, le maire de Rio Eduardo Paes avait reçu le drapeau olympique de la part de son homologue de Londres, Boris Johnson, pour le passage de témoin traditionnel entre les villes organisatrices, des Jeux de 2012 à ceux de 2016.

Les "Experts" encore champions

Respectant la tradition, chacun des deux édiles avait agité le drapeau quatre fois, avant que ne soit joué l'hymne national brésilien et que le drapeau brésilien ne soit levé dans le stade olympique, à côté du drapeau grec.

Selon la tradition, cette dernière journée des Jeux de Londres avait d'abord débuté par le marathon, remporté par l'Ougandais Stephen Kiprotich, 23 ans. Puis elle s'était bouclée par le pentathlon moderne féminin, avec la victoire d'une Lituanienne de 28 ans, Laura Asadauskaite, la 302e et dernière médaillée d'or londonienne. Un hommage au baron français Pierre de Coubertin, créateur des Jeux de l'ère moderne et inventeur de ce sport, il y a un siècle exactement.

Entre-temps, ce sont les "Experts" de Nikola Karabatic et Jérôme Fernandez qui avaient conclu en fanfare la quinzaine bleue, offrant une 11e médaille d'or à la collection Londres-2012, leur deuxième après Pékin-2008, en s'imposant 22-21 contre la Suède. Comme la "Dream Team", celle des basketteurs américains, qui a également décroché son deuxième titre consécutif en s'imposant face à l'Espagne 107-100.

Les Jeux finis sur le terrain sportif, il ne restait plus alors qu'à fêter ces 17 jours de compétition et 302 médailles d'or. Après une cérémonie d'ouverture saluée dans le monde entier pour son humour et sa créativité, la fête de clôture se devait de surprendre.

Pas de Reine ni de 007

Mais cela fut moins le cas, avec une absence regrettée, celle de la Reine. Si Elizabeth II avait estomaqué le public pour la cérémonie d'ouverture en se prêtant à un savant montage faisant croire à son parachutage avec James Bond au dessus du stade, elle n'était pas là dimanche soir. La reine était en vacances à Balmoral, en Ecosse, a précisé Buckingham Palace.

Pas de Reine donc, mais un Prince, Harry, pour assister au début du spectacle, avec vingt premières minutes pour balayer 150 ans de musique britannique, du classique au rock. Trente chansons célébrissimes choisies parmi plus de 1.000, chantées par des participants, en "live", dans un stade olympique transformé en moins de 24 heures en salle de concert.

Les Spice Girls chantent lors de la cérémonie de clôture des JO de Londres, au stade olympique, le 12 août 2012.

© Frank Fife/AFP

Madness, Ray Davis des Kinks, George Michael, Queen, "Imagine" via John Lennon sur grand écran, Pink Floyd, l'ancien chanteur d'Oasis Liam Gallagher, ou encore les Spice Girls, avec notamment l'ex "posh" désormais plus connue comme Mme David Beckham, ont ainsi figuré parmi les artistes invités. Avec en prime les Monty Pythons, un peu anachroniques dans un spectacle beaucoup moins déjanté qu'attendu.

Comme lors de la cérémonie d'ouverture, il avait été demandé au directeur artistique de faire moderne sans être dispendieux. Pari tenu, pour environ 15 millions de livres (19 M EUR environ), grâce à l'appui de 3500 volontaires et la bonne volonté des vedettes, payées une livre symbolique.

Sur scène, devant les 80.000 spectateurs du stade olympique de Stratford, les athlètes étaient également invités, médailles au cou pour les vainqueurs. Mais à la différence de la cérémonie d'ouverture, plus de délégations sagement rangées par ordre alphabétique désormais.

Les déguisements étaient de sortie, les appareils photos crépitaient, et les couleurs des tenues officielles se mélangaient allègrement, dans un gigantesque puzzle reconstituant le Union Jack britannique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Nigeria : des soldats exigent d'être mieux équipés avant de combattre Boko Haram

Nigeria : des soldats exigent d'être mieux équipés avant de combattre Boko Haram

Quelque 70 soldats nigérians ont confirmé mercredi qu'ils ne participent plus à des opérations militaires contre Boko Haram dans le nord-est du pays. Ils réclament d'être mieux[...]

Centrafrique : affrontements à Bangui entre des soldats français et des individus armés

Des combats ont opposé mardi soir et mercredi matin à Bangui des soldats français de la force européenne Eufor et des individus armés.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar dans la guerre au Tchad

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce deuxième billet, Laurent Touchard* continu[...]

Tchad : l'opération française Manta de 1983 et le jeu des frictions nord-sud

Ce billet est le dernier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* revient ici sur l'intervention fran&ccedi[...]

1980-1983 : Libye-Tchad, de la seconde bataille de N'Djaména à celle de Faya Largeau

Ce billet est le deuxième d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* fait ici le point sur les ann&eacut[...]

1966 - 1979 : Kadhafi et Habré prennent le pouvoir en Libye et au Tchad

Ce billet est le premier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye et du Tchad. Laurent Touchard commence par faire le point sur les circonstances de l'arrivée au pouvoir de His[...]

Frank Timis sur la sellette chez African Minerals

Rien ne va plus pour l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis. Son mandat de président d’African Minerals, l’un des trois groupes extractifs présents en Afrique dont il est le fondateur[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti merc[...]

CAN 2015 : Etekiama s'explique, le Rwanda va faire appel

Agiti Taddy Etekiama, alias Dady Birori, l’attaquant rwandais d’origine congolaise (RDC), a été suspendu par la CAF et le Rwanda disqualifié des qualifications pour la CAN 2015, au profit du Congo.[...]

Centrafrique : 7 600 Casques bleus seront déployés au 15 septembre

L'ONU a annoncé mardi le déploiement au 15 septembre de 7 600 hommes en République centrafricaine dans le cadre de son opération de maintien de la paix.[...]

Marcel Desailly suspecté par le fisc français d'avoir caché des fonds en Suisse

L'ex-footballeur français Marcel Desailly fait l'objet d'une enquête du fisc français visant à déterminer s'il a caché des fonds en Suisse.[...]

Le convoi braqué à Paris était celui du fils "favori" de feu le roi Fahd d'Arabie saoudite

Le prince saoudien dont le convoi a été attaqué dimanche soir à Paris n’est autre que Abdelaziz ben Fahd, richissime playboy de 41 ans et "fils favori" du roi défunt. Les agresse[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers