Extension Factory Builder
11/08/2012 à 10:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Britannique Mo Farah, le 13 juillet 2012 à Londres. Le Britannique Mo Farah, le 13 juillet 2012 à Londres. © Ben Stansall/AFP/Archives

Mo Farah, né en Somalie mais élevé en Angleterre alors que son pays était ravagé par la guerre civile, sait qu'il doit tout au pays de l'Union Jack, et courra pour lui samedi à la poursuite d'un incroyable doublé lors du 5000 m des JO, après son succès sur 10.000 m.

Une fois en ouverture, une deuxième et dernière en clôture: la programmation des jeux Olympiques traduit à elle seule l'amour que la Grande-Bretagne porte à son prodige du demi-fond.

Son triomphe sur le 10.000 m samedi dernier est venu mettre la dernière étincelle à une soirée déjà flamboyante pour l'athlétisme britannique avec les succès de Jessica Ennis à l'heptathlon et de Greg Rutherford à la longueur, en quelques minutes.

Un 2e sacre sur le 5000 lors de la dernière journée d'athlétisme au Stade olympique permettrait à la délégation britannique de cacher un bilan décevant sur la piste et dans les sautoirs, avec, pour le moment, quatre médailles au lieu des huit espérées.

Arrivé avec sa famille en 1993 à 10 ans, Farah sait ce qu'il doit à son pays d'adoption qui, à son tour, l'a donc adopté. Il y a quelques années, en 2007, Farah était retourné dans sa première école pour se souvenir. "Tout m'est revenu, racontait-il alors. Je ne parlais pas un mot d'anglais, je me conduisais mal pour qu'on fasse attention à moi. Le premier jour, il y a eu une bagarre, je me suis défendu. On ne m'a plus brutalisé". Depuis Farah s'est "britannisé" complètement, dans la langue comme dans les formes.

Fondation

"Je suis retourné en Somalie en 2003. J'ai réalisé que je ne pourrais plus y vivre, que si j'étais resté, je ne serais pas le coureur que je suis", expliquait-il également en 2007. Samedi, le natif de Mogadiscio a l'occasion de faire vibrer les deux pays s'il réalise le doublé. Car s'il ne pourrait plus vivre en Afrique, il continue à vouloir aider son continent.

Mohamed et son épouse Tania ont ainsi créé la Fondation Mo Farah, dont l'objectif est de creuser 50 puits et d'offrir un mois de nourriture à au moins 20.000 personnes, ainsi que de l'aide médicale à 40.000 personnes avant la fin de l'année.

Il a déjà mis de côté les 250.000 livres sterlings (320.000 EUR) remportés dans un show télé plus tôt dans l'année. Sans aucun doute, la 2e médaille d'or que l'athlète pourrait glâner samedi permettra aussi aux Somaliens de récolter les fruits de leur "Golden boy".

Naissance

Mais cette médaille n'est toutefois pas encore gagnée. Car si l'athlète britannique est sans égal en Europe - il a d'ailleurs conservé sans coup férir son titre continental en juin à Helsinki -, il se heurte forcément aux spécialistes africains. +L'ennemi national+ sera samedi l'Ethiopien Dejen Gebremeskel, meilleur performeur mondial à 22 ans (12:46.81) ou son compatriote et jeune prodige Hagos Gebrhiwet (18 ans), sans oublier les Kényans Isiah Koech et Thomas Longosiwa.

Farah devra ensuite préparer un autre "doublé": la naissance prochaine de jumeaux.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de [...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120811105600 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120811105600 from 172.16.0.100