Extension Factory Builder
11/08/2012 à 10:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Britannique Mo Farah, le 13 juillet 2012 à Londres. Le Britannique Mo Farah, le 13 juillet 2012 à Londres. © Ben Stansall/AFP/Archives

Mo Farah, né en Somalie mais élevé en Angleterre alors que son pays était ravagé par la guerre civile, sait qu'il doit tout au pays de l'Union Jack, et courra pour lui samedi à la poursuite d'un incroyable doublé lors du 5000 m des JO, après son succès sur 10.000 m.

Une fois en ouverture, une deuxième et dernière en clôture: la programmation des jeux Olympiques traduit à elle seule l'amour que la Grande-Bretagne porte à son prodige du demi-fond.

Son triomphe sur le 10.000 m samedi dernier est venu mettre la dernière étincelle à une soirée déjà flamboyante pour l'athlétisme britannique avec les succès de Jessica Ennis à l'heptathlon et de Greg Rutherford à la longueur, en quelques minutes.

Un 2e sacre sur le 5000 lors de la dernière journée d'athlétisme au Stade olympique permettrait à la délégation britannique de cacher un bilan décevant sur la piste et dans les sautoirs, avec, pour le moment, quatre médailles au lieu des huit espérées.

Arrivé avec sa famille en 1993 à 10 ans, Farah sait ce qu'il doit à son pays d'adoption qui, à son tour, l'a donc adopté. Il y a quelques années, en 2007, Farah était retourné dans sa première école pour se souvenir. "Tout m'est revenu, racontait-il alors. Je ne parlais pas un mot d'anglais, je me conduisais mal pour qu'on fasse attention à moi. Le premier jour, il y a eu une bagarre, je me suis défendu. On ne m'a plus brutalisé". Depuis Farah s'est "britannisé" complètement, dans la langue comme dans les formes.

Fondation

"Je suis retourné en Somalie en 2003. J'ai réalisé que je ne pourrais plus y vivre, que si j'étais resté, je ne serais pas le coureur que je suis", expliquait-il également en 2007. Samedi, le natif de Mogadiscio a l'occasion de faire vibrer les deux pays s'il réalise le doublé. Car s'il ne pourrait plus vivre en Afrique, il continue à vouloir aider son continent.

Mohamed et son épouse Tania ont ainsi créé la Fondation Mo Farah, dont l'objectif est de creuser 50 puits et d'offrir un mois de nourriture à au moins 20.000 personnes, ainsi que de l'aide médicale à 40.000 personnes avant la fin de l'année.

Il a déjà mis de côté les 250.000 livres sterlings (320.000 EUR) remportés dans un show télé plus tôt dans l'année. Sans aucun doute, la 2e médaille d'or que l'athlète pourrait glâner samedi permettra aussi aux Somaliens de récolter les fruits de leur "Golden boy".

Naissance

Mais cette médaille n'est toutefois pas encore gagnée. Car si l'athlète britannique est sans égal en Europe - il a d'ailleurs conservé sans coup férir son titre continental en juin à Helsinki -, il se heurte forcément aux spécialistes africains. +L'ennemi national+ sera samedi l'Ethiopien Dejen Gebremeskel, meilleur performeur mondial à 22 ans (12:46.81) ou son compatriote et jeune prodige Hagos Gebrhiwet (18 ans), sans oublier les Kényans Isiah Koech et Thomas Longosiwa.

Farah devra ensuite préparer un autre "doublé": la naissance prochaine de jumeaux.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils men[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Idris Elba pas assez "anglais-anglais" pour interpréter James Bond, selon Roger Moore

Faute d'être "anglais-anglais", Idris Elba ne pourra pas incarner James Bond, a déclaré l'ancien agent 007 Roger Moore, dans une interview accordée à "Paris Match". Face[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120811105600 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120811105600 from 172.16.0.100