Extension Factory Builder
11/08/2012 à 10:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Britannique Mo Farah, le 13 juillet 2012 à Londres. Le Britannique Mo Farah, le 13 juillet 2012 à Londres. © Ben Stansall/AFP/Archives

Mo Farah, né en Somalie mais élevé en Angleterre alors que son pays était ravagé par la guerre civile, sait qu'il doit tout au pays de l'Union Jack, et courra pour lui samedi à la poursuite d'un incroyable doublé lors du 5000 m des JO, après son succès sur 10.000 m.

Une fois en ouverture, une deuxième et dernière en clôture: la programmation des jeux Olympiques traduit à elle seule l'amour que la Grande-Bretagne porte à son prodige du demi-fond.

Son triomphe sur le 10.000 m samedi dernier est venu mettre la dernière étincelle à une soirée déjà flamboyante pour l'athlétisme britannique avec les succès de Jessica Ennis à l'heptathlon et de Greg Rutherford à la longueur, en quelques minutes.

Un 2e sacre sur le 5000 lors de la dernière journée d'athlétisme au Stade olympique permettrait à la délégation britannique de cacher un bilan décevant sur la piste et dans les sautoirs, avec, pour le moment, quatre médailles au lieu des huit espérées.

Arrivé avec sa famille en 1993 à 10 ans, Farah sait ce qu'il doit à son pays d'adoption qui, à son tour, l'a donc adopté. Il y a quelques années, en 2007, Farah était retourné dans sa première école pour se souvenir. "Tout m'est revenu, racontait-il alors. Je ne parlais pas un mot d'anglais, je me conduisais mal pour qu'on fasse attention à moi. Le premier jour, il y a eu une bagarre, je me suis défendu. On ne m'a plus brutalisé". Depuis Farah s'est "britannisé" complètement, dans la langue comme dans les formes.

Fondation

"Je suis retourné en Somalie en 2003. J'ai réalisé que je ne pourrais plus y vivre, que si j'étais resté, je ne serais pas le coureur que je suis", expliquait-il également en 2007. Samedi, le natif de Mogadiscio a l'occasion de faire vibrer les deux pays s'il réalise le doublé. Car s'il ne pourrait plus vivre en Afrique, il continue à vouloir aider son continent.

Mohamed et son épouse Tania ont ainsi créé la Fondation Mo Farah, dont l'objectif est de creuser 50 puits et d'offrir un mois de nourriture à au moins 20.000 personnes, ainsi que de l'aide médicale à 40.000 personnes avant la fin de l'année.

Il a déjà mis de côté les 250.000 livres sterlings (320.000 EUR) remportés dans un show télé plus tôt dans l'année. Sans aucun doute, la 2e médaille d'or que l'athlète pourrait glâner samedi permettra aussi aux Somaliens de récolter les fruits de leur "Golden boy".

Naissance

Mais cette médaille n'est toutefois pas encore gagnée. Car si l'athlète britannique est sans égal en Europe - il a d'ailleurs conservé sans coup férir son titre continental en juin à Helsinki -, il se heurte forcément aux spécialistes africains. +L'ennemi national+ sera samedi l'Ethiopien Dejen Gebremeskel, meilleur performeur mondial à 22 ans (12:46.81) ou son compatriote et jeune prodige Hagos Gebrhiwet (18 ans), sans oublier les Kényans Isiah Koech et Thomas Longosiwa.

Farah devra ensuite préparer un autre "doublé": la naissance prochaine de jumeaux.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Danse : Hamid Ben Mahi, de la 'hogra' à la révolution

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec en cours

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie, éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie : la succession de Diouf en question à la veille du sommet de Dakar

La Francophonie a bien du mal a trouver un successeur à son secrétaire général, Abdou Diouf. Celui-ci sera-t-il contraint d'effectuer un nouveau mandat ?[...]

Football : et si Ronaldinho poursuivait sa carrière en Angola ?

Certes en fin de carrière, le Brésilien Ronaldinho, dont le contrat avec son club mexicain arrive à son terme, a été approché par le club de Kabuscorp.[...]

Francis Wolff dans l'intimité du jazz

Un album rassemblant les images du producteur-photographe Francis Wolff montre les jazzmen du label Blue Note sous un jour inédit.[...]

Ferguson : des dizaines de milliers de manifestants dans 170 villes américaines

Dans la nuit de mardi à mercredi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans 170 villes des États-Unis contre la décision d'un grand jury de ne pas engager de poursuites contre le policier[...]

États-Unis : la vidéo de la mort de Tamir Rice, jeune Noir de 12 ans abattu par la police à Cleveland

Alors que la colère ne faiblit pas après le non lieu prononcé dans le dossier Michael Brown à Ferguson, une nouvelle affaire vient entacher la réputation de la police américaine.[...]

Ebola : un vaccin en cours de test donne des résultats encourageants

Un essai clinique du premier vaccin expérimental contre le virus Ebola a eu lieu aux États-Unis. Testé sur des adultes au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il a fourni des premiers[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces