Extension Factory Builder
11/08/2012 à 10:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le principal opposant gabonais André Mba Obame, le 4 mai 2011 à Libreville. Le principal opposant gabonais André Mba Obame, le 4 mai 2011 à Libreville. © Wils Yanick Maniengui/AFP/Archives

Le rassemblement des partisans du principal opposant gabonais André Mba Obame prévu samedi à son arrivée à Libreville après 14 mois d'absence n'est "pas autorisé", a déclaré vendredi le porte-parole de la présidence, qualifiant son retour de "non-événement".

"L'arrivée de M. Mba Obame est pour nous un non-événement", a indiqué le porte-parole, Alain-Claude Bilie-By-Nze, lors d'une conférence de presse à Libreville.
Ancien baron du régime passé dans l'opposition à la mort d'Omar Bongo en 2009, M. Mba Obame s'était autoproclamé président en janvier 2011 revendiquant la victoire à la présidentielle de 2009 remportée par Ali Bongo. Il doit arriver samedi en fin de journée en provenance de France après quatorze mois d'absence en raison d'une opération du dos.

Répondant à une question d'un journaliste concernant le déploiement de forces de l'ordre dans la ville depuis plusieurs jours et l'attribuant à l'arrivée de l'opposant, le porte-parole a répondu qu'il n'y avait pas de corrélation: "Vous ne pouvez pas à la fois reprocher aux pouvoirs publics de ne pas préserver la sécurité des Gabonais et vous plaindre qu'au carrefour il y a la police. La police est au carrefour depuis des mois et des mois. Nous n'attendons pas M. Mba Obame pour cela".

L'Union nationale (UN) de M. Obame avait été dissoute en 2011 et des poursuites engagées contre lui pour "trouble à l'ordre public" après son autoproclamation.
M. Mba Obame avait vu son immunité parlementaire levée et il risque une peine de deux mois à un an de prison s'il est reconnu coupable, a indiqué à l'AFP son avocat Me Lubin Ntoutoume.

La justice gabonaise

Le ministère de la Justice avait estimé que M. Mba Obame avait alors "porté atteinte à l'ordre et la sécurité publique, à l'autorité de l'Etat et au crédit de la Nation". Le porte-parole présidentiel a ajouté que "la justice gabonaise estimera si elle met en oeuvre les procédures suspendues".

D'autre part, le porte-parole a souligné que les manifestations de l'UN, n'étaient pas autorisées alors que le parti a mobilisé ses militants pour accueillir samedi son chef.
"J'entends parler d'Union nationale ou d'ex-Union nationale. Nous sommes dans un Etat de droit, ce parti politique n'existe pas. (...) C'est un parti de la haine du tribalisme", a-t-il ajouté.

Le respect de la loi

"On a pu constater un affichage exorbitant et (...) l'arrivée de compatriotes transportés par camions et bus de l'arrière-pays (notamment du nord d'où il (M. Obame) est originaire: (...) un parti dissous donc non autorisé ne sera pas autorisé à engager des manifestations. C'est le respect de la loi", a ajouté le porte-parole présidentiel.

"Ceux qui vont s'y engager (dans le rassemblement) s'exposent naturellement à ce qu'il y ait réprimande et qu'il y ait mise en oeuvre du dispositif prévu à cet effet", a mis en garde le porte-parole.

M. Mba Obame avait sollicité une autorisation pour quitter le territoire gabonais pour se faire soigner et les autorités l'avaient alors autorisé à voyager suspendant les poursuites.

Sa télévision avait été suspendue temporairement en janvier 2012 pour avoir diffusé ses voeux à la nation en se présentant comme le président autoproclamé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Gabon : à l'heure des comptes

Sur l'échiquier politique, comme sur les plans économique et social, les grandes manoeuvres ont commencé au Gabon. Objectif : la présidentielle 2016. Jeune Afrique fait le tour du pays.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Gabon : le gouvernement instaure le paiement par bons de caisse pour riposter contre les grévistes

Certains enseignants gabonais, en grève depuis plus d'un mois, ont eu mercredi la mauvaise surprise de ne pas trouver les virements de salaire sur leurs comptes bancaires. Le gouvernement a décidé de les[...]

Gabon : pourquoi les fonctionnaires sont-ils en grève depuis plus d'un mois ?

Entrés en grève début février, les fonctionnaires gabonais ont voté aujourd'hui la reconduite de la grève générale. Ils réclament des revalorisations salariales.[...]

Cyclisme : les Africains, nouveaux princes de la "petite reine"

Pour la deuxième année consécutive, un Africain a remporté la Tropicale Amissa-Bongo, au Gabon. Le continent, nouvelle fabrique de champions ? De plus en plus d'experts le pensent.[...]

Gabon : Akanda ou Beverly Hills aux portes de la jungle

Créée il y a deux ans au nord d'une Libreville surpeuplée, la commune d'Akanda grandit à vue d'oeil. Cité idéale qui promeut la mixité sociale, ou gâchis[...]

Gabon : une potiche, Sylvia Bongo Ondimba ? Jamais !

À travers sa fondation pour la famille, Sylvia Bongo Ondimba occupe le terrain de la lutte contre la pauvreté. Avec succès ?[...]

Gabon : l'assurance maladie obligatoire, ça marche !

D'abord réservé aux plus démunis, le régime d'assurance maladie a été généralisé. Avec des consultations et des actes pris en charge de 80 à [...]

Gabon - Sylvia Bongo Ondimba : la santé, "en parler, c'est déjà sauver des vies"

Ces derniers mois, la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a multiplié les actions de sensibilisation pour favoriser la détection précoce des cancers féminins. Elle en dresse le[...]

Gabon : une société suisse réclame 8 millions de dollars à l'État et fait saisir un Boeing

Depuis deux semaines, un avion de la République gabonaise est immobilisé à l'aéroport d'Orly, en France. Saisi par la justice française, il est au centre d'un litige entre une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120811104411 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120811104411 from 172.16.0.100