Extension Factory Builder
11/08/2012 à 10:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le principal opposant gabonais André Mba Obame, le 4 mai 2011 à Libreville. Le principal opposant gabonais André Mba Obame, le 4 mai 2011 à Libreville. © Wils Yanick Maniengui/AFP/Archives

Le rassemblement des partisans du principal opposant gabonais André Mba Obame prévu samedi à son arrivée à Libreville après 14 mois d'absence n'est "pas autorisé", a déclaré vendredi le porte-parole de la présidence, qualifiant son retour de "non-événement".

"L'arrivée de M. Mba Obame est pour nous un non-événement", a indiqué le porte-parole, Alain-Claude Bilie-By-Nze, lors d'une conférence de presse à Libreville.
Ancien baron du régime passé dans l'opposition à la mort d'Omar Bongo en 2009, M. Mba Obame s'était autoproclamé président en janvier 2011 revendiquant la victoire à la présidentielle de 2009 remportée par Ali Bongo. Il doit arriver samedi en fin de journée en provenance de France après quatorze mois d'absence en raison d'une opération du dos.

Répondant à une question d'un journaliste concernant le déploiement de forces de l'ordre dans la ville depuis plusieurs jours et l'attribuant à l'arrivée de l'opposant, le porte-parole a répondu qu'il n'y avait pas de corrélation: "Vous ne pouvez pas à la fois reprocher aux pouvoirs publics de ne pas préserver la sécurité des Gabonais et vous plaindre qu'au carrefour il y a la police. La police est au carrefour depuis des mois et des mois. Nous n'attendons pas M. Mba Obame pour cela".

L'Union nationale (UN) de M. Obame avait été dissoute en 2011 et des poursuites engagées contre lui pour "trouble à l'ordre public" après son autoproclamation.
M. Mba Obame avait vu son immunité parlementaire levée et il risque une peine de deux mois à un an de prison s'il est reconnu coupable, a indiqué à l'AFP son avocat Me Lubin Ntoutoume.

La justice gabonaise

Le ministère de la Justice avait estimé que M. Mba Obame avait alors "porté atteinte à l'ordre et la sécurité publique, à l'autorité de l'Etat et au crédit de la Nation". Le porte-parole présidentiel a ajouté que "la justice gabonaise estimera si elle met en oeuvre les procédures suspendues".

D'autre part, le porte-parole a souligné que les manifestations de l'UN, n'étaient pas autorisées alors que le parti a mobilisé ses militants pour accueillir samedi son chef.
"J'entends parler d'Union nationale ou d'ex-Union nationale. Nous sommes dans un Etat de droit, ce parti politique n'existe pas. (...) C'est un parti de la haine du tribalisme", a-t-il ajouté.

Le respect de la loi

"On a pu constater un affichage exorbitant et (...) l'arrivée de compatriotes transportés par camions et bus de l'arrière-pays (notamment du nord d'où il (M. Obame) est originaire: (...) un parti dissous donc non autorisé ne sera pas autorisé à engager des manifestations. C'est le respect de la loi", a ajouté le porte-parole présidentiel.

"Ceux qui vont s'y engager (dans le rassemblement) s'exposent naturellement à ce qu'il y ait réprimande et qu'il y ait mise en oeuvre du dispositif prévu à cet effet", a mis en garde le porte-parole.

M. Mba Obame avait sollicité une autorisation pour quitter le territoire gabonais pour se faire soigner et les autorités l'avaient alors autorisé à voyager suspendant les poursuites.

Sa télévision avait été suspendue temporairement en janvier 2012 pour avoir diffusé ses voeux à la nation en se présentant comme le président autoproclamé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations [...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

Cemac : esprit es-tu là ?

Peut-on modeler une union sur le décalque d'un croquis colonial ? Oui, non, peut-être... La Cemac, on l'avait un peu oublié, est, dans ses frontières actuelles, Guinée équatoriale[...]

L'Afrique centrale mise sur la "promotion canopée"

Pour valoriser leur filière bois, des pays du bassin du Congo misent sur la transformation locale des grumes. Objectif : créer des emplois tout en protégeant l'environnement.[...]

Gabon - Avions présidentiels : le Grumman d'Ali Bongo Ondimba

Indispensable attribut du pouvoir ou plaisir dispendieux, l'avion présidentiel est un objet mythique. De Bouteflika à Biya en passant par Déby Itno, les dirigeants africains ne s'en privent pas plus que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers