Extension Factory Builder
05/08/2012 à 16:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une Algérienne vote aux législatives, le 10 mai 2012 à Alger. Une Algérienne vote aux législatives, le 10 mai 2012 à Alger. © AFP

Près de trois mois après les élections législatives algériennes, une mission d'observation de l'Union européenne (UE) a publié dimanche un rapport critique sur le scrutin dont elle espère qu'il sera tenu compte pour les prochaines échéances électorales en Algérie.

Le ministre algérien de l'Intérieur et des Collectivités locales Dahou Ould Kablia a toutefois écarté "la prise en charge de ses recommandations" pour les élections locales prévues le 29 novembre, tout en se disant satisfait du rapport essentiellement "technique".

Les élections de mai "constituent un point de départ et non un point d'arrivée", a de son côté souligné le chef de la mission de l'UE José Ignacio Salafranca lors d'une conférence de presse, ajoutant qu'il s'agissait "d'un premier pas dans un cycle électoral".

Le rapport, issu d'une mission d'environ deux mois de 150 observateurs européens --sur un total de 500 étrangers en Algérie--, relève des "faiblesses" et des "insuffisances" dans l'ensemble du processus, que ce soit en amont, en aval et au cours même des opérations de vote.

Pas de "contrôle avéré"

Le Front de libération nationale (FLN) a été "le grand vainqueur" du scrutin, tout comme en 2007, y relève-t-on.

Avec 208 sièges sur 462, l'ex-parti unique dont se revendique le président Abdelaziz Bouteflika, devance largement le Rassemblement pour la démocratie (RND, 68 sièges) du Premier ministre Ahmed Ouyahia, devant six partis islamistes qui ont totalisé 61 sièges.

A la question de savoir pourquoi le FLN l'a emporté, M. Salafranca a cité "plusieurs raisons", dont le mode de scrutin (le vainqueur récupère les voix des partis qui ont moins de 5% des suffrages) et l'importance historique du FLN, qui a conduit la guerre de libération (1954/62) contre l'ancienne puissance coloniale française.

Ce scrutin, le premier en Algérie depuis le "Printemps arabe" et des manifestations en 2011 dans ce pays de 37 millions d'habitants, suit un processus de réformes gouvernementales "contrôlé" par le pouvoir, relève le rapport.

Ces réformes ont permis "la participation de 44 partis politiques (dont 21 récemment accrédités)". Mais la "multiplication des candidatures a conduit à un émiettement des voix" qui a favorisé "les partis prédominants".

Pour l'UE, la révision du système électoral a mené à un système d'enregistrement qui "présente certaines faiblesses structurelles". Ce qui n'a pas permis de "contrôle avéré" et a "affecté la confiance" de certains partis politiques.

"Rejet de l'offre politique"

La participation (43,14%) a dépassé celle de 2007 (35,65%), mais l'UE insiste sur "le nombre élevé de bulletins blancs/nuls", près de 1,7 million soit 18% des suffrages, cela "traduit en partie un rejet de l'offre politique par les citoyens".

Les observateurs rappellent que "le droit de manifestation a été limité, particulièrement à Alger", citent l'interpellation de militants syndicaux, de partisans d'un boycottage électoral et la condamnation d'un défenseur des droits de l'Homme.

Mais ils acceptent l'explication d'Alger sur l'échec islamiste, à savoir que le pays a déjà vécu son "Printemps arabe" et subi durant une décennie une guerre meurtrière après l'interruption en 1992 d'élections législatives qui promettaient une victoire islamiste.

Le 29 novembre, l'Algérie tiendra des municipales suivie en 2014 de l'élection présidentielle.

"En ne mettant pas le pouvoir algérien dans une situation périlleuse, a souligné un diplomate européen en poste à Alger, cette mission atteint au moins l'objectif de créer de la confiance pour l'avenir".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, redémarre[...]

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex