Extension Factory Builder
05/08/2012 à 16:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des militaires des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI). Des militaires des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI). © AFP

Cinq militaires ivoiriens ont été tués dimanche dans l'attaque d'un commissariat et d'un poste de contrôle de l'armée par des hommes "lourdement armés" dans un quartier d'Abidjan, a déclaré le ministre de la Défense, dernier en date d'une série d'incidents sanglants.

 

Mis à jour à 17h30.

Tôt dimanche, "trois" militaires des Forces républicaines (FRCI) "ont été tués dans l'attaque du commissariat du 17e arrondissement de Yopougon" (quartier ouest), a indiqué le ministre Paul Koffi Koffi depuis le lieu de l'assaut.

"Six hommes sont arrivés dans un taxi, en treillis et lourdement armés, et ils ont ouvert le feu", apparemment pour libérer des personnes "interpellées préventivement" samedi, a-t-il raconté.

Après cette attaque survenue "vers 2H00 du matin" (locales et GMT), "il y a eu des échanges de tirs nourris pendant de nombreuses minutes", a relaté un policier du commissariat.

"Quelques minutes après, (les assaillants) sont allés un peu plus loin vers une position de contrôle" tenue par l'armée dans le quartier, "ils ont tiré sans sommation et ont tué deux FRCI", a poursuivi le ministre de la Défense. "On pense que c'est le même groupe" que pour la première attaque, a-t-il précisé.

"Je pense que c'est du banditisme", a-t-il souligné, sans exclure la piste de militaires criminels: "on va voir si l'enquête nous oriente vers des militaires, des membres des forces de l'ordre ou des civils".

Le secteur, baptisé Yopougon-Niangon, était dimanche quadrillé par les forces de l'ordre, selon des témoins.

Tensions ethniques

L'insécurité a reculé dans le pays depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, ayant fait 3.000 morts et dont Yopougon fut l'un des théâtres majeurs de combats.

Cependant, la circulation d'armes en tous genres - évaluées à plusieurs dizaines de milliers -, des ex-combattants mécontents de leur sort et des tensions ethniques toujours vives, en particulier dans l'Ouest, nourrissent des incidents parfois meurtriers.

Une personne a été tuée et plusieurs blessées mercredi près de Sinfra (centre-ouest) lors d'un affrontement entre des villageois et des chasseurs traditionnels "dozo", confrérie dont des membres sont devenus de facto des supplétifs des FRCI.

Des militaires et des "dozo" avaient été mis en cause après l'attaque du 20 juillet contre un camp de déplacés proche de Duékoué (ouest), qui avait fait six morts selon l'ONU.

Des attaques début juin dans le sud-ouest du pays avaient fait une vingtaine de morts, dont sept Casques bleus nigériens. Le gouvernement du président Alassane Ouattara a accusé des fidèles de l'ex-chef d'Etat Laurent Gbagbo basés au Liberia voisin.

"Climat d'insécurité généralisée"

Signe que l'insécurité reste un sujet de débat, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), principal allié de M. Ouattara, a publié samedi un communiqué au ton inhabituellement ferme sur la question, alors que le pouvoir s'emploie sans relâche à rassurer.

La situation de "violences endémiques entretient un climat d'insécurité généralisée", a affirmé le parti de l'ex-président Henri Konan Bédié.

"Les acteurs et les auteurs de ces agressions meurtrières sont généralement issus non seulement des rangs des milices pro-Gbagbo, mais également des +dozo+, des supplétifs démobilisés non indemnisés et de certains éléments incontrôlés des FRCI", a ajouté le PDCI, appelant à "accélérer" la réforme de l'armée et à désarmer les "dozo".

La réforme de l'armée est l'un des grands défis du pouvoir, qui a promis de mettre en place un programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des ex-combattants non intégrés dans les FRCI, un chantier très sensible et coûteux.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : les faits que la procureure de la CPI reproche à Charles Blé Goudé

Côte d'Ivoire : les faits que la procureure de la CPI reproche à Charles Blé Goudé

La Cour pénale internationale (CPI) étudie depuis lundi l'oportunité de juger - ou pas - Charles Blé Goudé. L'accusation, portée par la procureure Fatou Bensouda, demande que quatre chefs [...]

Le gouvernement ivoirien va liquider la Banque pour le financement de l'agriculture

 Le gouvernement ivoirien a décidé de liquider la Banque pour le financement de l'agriculture (BFA). Lancée en 2004 pour soutenir les PME et le monde rural, cet[...]

Côte d'Ivoire : pour l'accusation, Blé Goudé est responsable "de certains des pires crimes"

L'audience de confirmation des charges retenues contre Charles Blé Goudé devant la CPI a débuté lundi à la Haye. Elle doit se poursuivre jusqu'à jeudi.[...]

Coup de mou pour l'hévéa

Alors que le cours du caoutchouc ne cesse de baisser depuis trois ans, les producteurs font le dos rond en attendant des jours meilleurs. Et demandent au gouvernement de moins taxer leur activité.[...]

CPI : dernière chance pour Blé Goudé

L'audience de confirmation des charges contre l'Ivoirien Charles Blé Goudé se tient ce lundi à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. L'ancien bras droit de Laurent Gbagbo, qui s'exprimera dans[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Frontière maritime : Abidjan demande à son tour un arbitrage international

La côte d'Ivoire a décidé , "à son tour", de porter plainte devant un tribunal international, après "la décision unilatérale" du Ghana, de saisir cette même[...]

Côte d'Ivoire : la primature prend les manettes de la TNT

 C'est désormais le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, en personne qui assure la présidence du comité national de migration vers la télévision numérique terrestre.[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Le Ghana demande à un tribunal international de trancher son différend maritime avec la Côte d'Ivoire

 Après l'échec du dixième round de négociations entre les deux pays, le Ghana a demandé au Tribunal international du droit de la mer de trancher le conflit qui l'oppose à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers