Extension Factory Builder
04/08/2012 à 16:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, le 21 décembre 2011 à Alger. Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, le 21 décembre 2011 à Alger. © AFP

Les dix partis de la Coordination de l'opposition démocratique (COD) ont signé samedi une charte rejetant toutes "les solutions à la crise politique" en Mauritanie qui ne prévoiraient pas le départ du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

La COD rejette "toutes les solutions partielles" qui ne prévoient pas le "départ du pouvoir de Ould Abdel Aziz", exprime son "refus de participer à toute élection dont la transparence n'est pas garantie" et affirme la poursuite de son "combat démocratique pacifique" pour arriver à ces objectifs, stipule le document.

Des élections législatives et municipales reportées sine die en 2011 devraient avoir lieu avant la fin 2012.

La COD estime qu'une crise politique existe dans le pays et continue depuis mai à organiser marches, meetings et sit-in pour réclamer le départ du président Ould Abdel Aziz.

La charte pose les bases d'un gouvernement de transition qui serait chargé de gérer le pays après le départ de M.Ould Abdel Aziz et dont la mission serait de "sortir le pays de la crise politique", mettre en place une politique économique capable de résorber le chômage, l'esclavage et les atteintes aux droits de l'homme.

Menaces sécuritaires

Le document évoque également l'aspect sécuritaire en insistant sur l'emploi des jeunes, la coordination avec les pays voisins et la prise en compte de "tout ce qui peut constituer une menace pour la stabilité et la paix du pays".

La COD accuse le pouvoir de M. Ould Abdel Aziz d'avoir engagé "les soldats dans une guerre perdue d'avance qui a permis à Aqmi (Al-Qaida au Maghreb Islamique) d'évoluer de milices armées en un Etat réel dont l'existence (dans le nord malien) constitue une menace pour le pays".

La signature de cette charte précède de 48 heures "la rencontre avec le peuple" que M. Ould Abdel Aziz organise tous les 5 août pour célébrer son investiture en 2009 comme président de la République.

M. Ould Abdel Aziz avait renversé en 2008 l'ex-président Sidi Ould Cheikh Abdallahi pour se faire élire président de la République un an plus tard à la faveur d'un accord politique avec l'opposition qui a fini par en rejeter les résultats. Elle réclame aujourd'hui son départ du pouvoir. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Karim Miské, talent sans frontières

Tantôt à Nouakchott, tantôt à Paris. Une caméra dans une main, un stylo dans l'autre. L'écrivain et documentariste franco-mauritanien Karim Miské explore depuis vingt-cinq ans[...]

Traversées mauritanides : les mots pour le lire

Mi-décembre se tiendra la 5e édition du festival Traversées mauritanides à Nouakchott et à Nouadhibou. Une plongée au coeur des lettres francophones et arabophones.[...]

Mauritanie : Nouakchott croule sous les déchets

Depuis le mois de mai, le ramassage des ordures laisse à désirer à Nouakchott, devenu une véritable décharge à ciel ouvert. Face à ce désastre, des habitants se[...]

Mauritanie : entre les Flam le torchon brûle

Un an après le retour au pays de leurs leaders, les militants de la cause négro-mauritanienne des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) s'entre-déchirent. Faut-il intégrer[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers