Extension Factory Builder
04/08/2012 à 10:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une photo du 14 février 2012 montrant l'hôtel particulier parisien de Teodorin Obiang. Une photo du 14 février 2012 montrant l'hôtel particulier parisien de Teodorin Obiang. © AFP

Les ennuis français du fils du président équato-guinéen s'accumulent dans l'affaire des "biens mal acquis" : cible d'un mandat d'arrêt international, privé de ses grands crus et de ses voitures de luxe, Teodorin Obiang a vu son hôtel particulier parisien saisi mi-juillet.

Ce bâtiment de six étages, situé avenue Foch (Paris XVIème), d'une valeur de 100 à 150 millions d'euros, a été saisi le 19 juillet, a annoncé vendredi à l'AFP une source proche du dossier.

Confirmée de source judiciaire, cette saisie a eu lieu quelques jours après l'émission d'un mandat d'arrêt international contre Teodorin Obiang, qui avait refusé de se présenter à une convocation.

Les juges, qui le soupçonnent d'avoir détourné des fonds publics de son pays, avaient en vain convoqué le fils de Teodoro Obiang Nguema à deux reprises en vue d'une mise en examen.

L'ambassade de Guinée équatoriale en France n'avait pu être jointe vendredi soir.

Dans ce somptueux hôtel particulier de plusieurs milliers de mètres carrés accueillant notamment une boîte de nuit et un salon de coiffure, les juges avaient déjà saisi en février 200 m3 de biens de très grande valeur lors d'une perquisition hors normes qui avait duré dix jours et nécessité plusieurs camions.

Les enquêteurs étaient notamment partis avec des tableaux de maître, une horloge d'une valeur estimée à 3 millions d'euros, du mobilier de prestige et d'autres biens précieux, tels de grands vins (Petrus, Romanée-Conti...) coûtant plusieurs milliers d'euros la bouteille.

En septembre 2011, la justice avait déjà privé Teodorin Obiang de onze bolides (Ferrari, Bugatti, etc.).

"Usage diplomatique"

La Guinée équatoriale avait aussitôt alors exprimé sa "totale indignation" devant ce qu'elle estimait être une "illégitime persécution". Mais la famille Obiang avait été déboutée d'une procédure en référé intentée contre la saisie.

Après cette spectaculaire perquisition, les juges avaient convoqué une première fois en mars M. Obiang mais le gouvernement équato-guinéen s'y était opposé en signe de protestation.

Teodorin Obiang a été nommé fin mai deuxième vice-président de son pays après avoir exercé la fonction de ministre de l'Agriculture depuis 2008.

Selon son avocat, Emmanuel Marsigny, Teodorin Obiang bénéficie à ce titre d'une immunité, de même que l'hôtel particulier: "L'immeuble appartient à la Guinée équatoriale, c'est un immeuble d'Etat à usage diplomatique, la justice n'a pas du tout le droit de le saisir", a-t-il réagi vendredi.

Important patrimoine en France

Les juges enquêtent depuis décembre 2010 sur les conditions dans lesquelles trois chefs d'Etat africains - Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema et le défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba - ont acquis un important patrimoine immobilier et mobilier en France.

Les ONG Sherpa et Transparence International France sont à l'origine de la plainte qui a déclenché cette triple enquête.

L'enquête a récemment conduit les enquêteurs en Espagne pour interroger des propriétaires de sociétés forestières ayant dû fuir la Guinée équatoriale, qui auraient été ruinés par le paiement de commissions illégales à Teodorin Obiang en tant qu'ancien ministre de l'Agriculture.

Ce dernier est également visé par une plainte pour corruption aux Etats-Unis, où le département américain de la Justice (DOJ) le soupçonne d'avoir exigé le paiement de taxes de la part d'entreprises, et de détournement de fonds publics. Le DOJ cherche lui aussi à obtenir la saisie de biens sur le sol américain.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée Equatoriale

Francophonie : qui pour succéder à Abdou Diouf ?

Francophonie : qui pour succéder à Abdou Diouf ?

Jean, Nfumu, Lopes, L'Estrac, Buyoya... Qui sera le prochain secrétaire général de l'organisation ? Entre désaccords africains et hésitations françaises, le suspense reste entier.[...]

Guinée équatoriale : faux espoirs pour l'opposition

L'opposition équato-guinéenne, qui attendait beaucoup du dialogue national annoncé le 29 août par Teodoro Obiang Nguema, pourrait bien être déçue.[...]

Guinée équatoriale : l'appel de la présidence au dialogue national, trop beau pour être vrai ?

Le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, invite toutes les composantes de l'opposition à participer à un dialogue national. Mascarade ?[...]

Guinée Équatoriale : les dessous de l'appel au dialogue national d'Obiang Nguema

En lançant le 29 août un appel au dialogue national de tous les partis politiques équato-guinéens, le président Teodoro Obiang Nguema a fait un pas vers la démocratie. Mais il reste[...]

Guinée équatoriale : Obiang Nguema appelle l'opposition au "dialogue national"

Le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema a appelé toutes les composantes politiques du pays, y compris l'opposition en exil, à participer à un "dialogue national" en[...]

Juan Antonio de la Morena, un premier maire noir d'Espagne très conservateur

Maire de Villamantilla, près de Madrid, depuis 2007, ce premier édile noir d'Espagne n'hésite pas à se prononcer pour le contrôle des flux migratoires.[...]

Guinée équatoriale : selon HRW, Obama doit inviter Obiang à mettre fin à la torture

Dans un rapport publié mercredi, Human Rights Watch (HRW) somme le président américain Barack Obama d'enjoindre le chef de l'État équato-guinéen à mettre fin aux violations des[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers