Extension Factory Builder
29/07/2012 à 10:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une rue de Libreville, au Gabon. Une rue de Libreville, au Gabon. © Desirey Minkoh/AFP/Archives

L'Union nationale (UN), parti d'opposition gabonais dissout par les autorités en 2011, a organisé samedi à Libreville une manifestation pour demander l'organisation d'une conférence nationale.

"Nous demandons la tenue d'une conférence nationale souveraine. Nous nous inscrivons en faux dans la position du gouvernement qui (...) dit qu'il n'y a pas de crise au Gabon. Nous disons que la crise existe et qu'elle est visible", a déclaré Guy-Roger Ondzaghe, l'un des organisateurs de la manifestation réunissant environ 2.000 personnes au quartier populaire de Nzeng Ayong.

"Le Gabon ne connaît aucune crise sociale, aucune crise politique, aucune crise institutionnelle. Une conférence nationale ne se justifie pas", avait pour sa part déclaré jeudi le porte-parole de la présidence Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Le chef de l'UN, André Mba Obame, qui revendique la victoire à la présidentielle 2009 remportée par Ali Bongo, vient d'annoncer son prochain retour au pays, après plus d'un an de convalescence en Afrique du Sud et en France.

Une partie de l'opposition gabonaise proche de l'UN a demandé début juillet, depuis Paris où le président Ali Bongo Ondimba était en visite, l'organisation d'une conférence nationale et une nouvelle Constitution.

"Processus de monarchisation"

Baptisé "Rencontre de Paris. Comment sortir le Gabon de la crise ?", le document avait été rédigé par André Mba Obame, ex-ministre de l'Intérieur, le président de l'UN Zacharie Myboto et l'ancien Premier ministre Jean Eyeghe Ndong, ainsi que des membres de la société civile et de la diaspora gabonaises proches de l'UN.

"Il doit être mis fin (...) au processus de monarchisation en cours au Gabon. A cette fin (...) priorité doit être donnée à une initiative impliquant toutes les Gabonaises et tous les Gabonais à travers une Conférence nationale souveraine" en septembre 2012, affirmait le texte.

Le document proposait un calendrier où figuraient "la dissolution de l'Assemblée nationale, la réhabilitation de l'UN (...), l'adoption d'un nouveau code électoral" et "l'adoption par référendum de la nouvelle Constitution" avec des "élections générales (présidentielle, législatives, locales et sénatoriales)" en octobre-décembre 2013.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Gabon

Gabon - Jean Rémy Ossibadjouo  : Franceville, 'un paradis pour jeunes médecins'

Gabon - Jean Rémy Ossibadjouo : Franceville, "un paradis pour jeunes médecins"

Pôle sanitaire de référence au Gabon, le centre hospitalier régional de Franceville est moderne et bien coté. Mais souffre d'un manque de praticiens.[...]

Gabon : Franceville blues

Dans le fief de l'ancien président gabonais Omar Bongo Ondimba, les demeures laissées à l'abandon illustrent le changement d'ère. Les cartes du pouvoir sont aujourd'hui redistribuées.[...]

Assises sociales au Gabon : un pacte en trois actes

À l'issue des Assises sociales, qui se sont tenues à Libreville les 25 et 26 avril, le chef de l'État a annoncé les mesures concrètes qu'il avait[...]

Corruption au Gabon : la fête est-elle finie ?

Les magistrats seront-ils libres de mener l'opération "mains propres" ? Une campagne anticorruption qui menace l'opposition comme la majorité.[...]

Gabon - Ali Bongo Ondimba : "Le temps de l'impunité est révolu"

Bilan, gouvernement, réformes, opposition, présidentielle 2016, corruption, Centrafrique, France... Cinq ans après son élection, le chef de l'État gabonais s'explique.[...]

Gabon : ministres en sursis

Une demi-douzaine de ministres gabonais sont menacés de limogeage, pour différentes raisons. Explications.[...]

Gabon : Minkébé, dernière frontière sauvage

Le parc national de Minkébé est l'un des rares à être inhabité. Afin de préserver ses richesses, les brigades de la jungle ne doivent jamais baisser la garde.[...]

Gabon : septentrion désenchanté

Chômage, sida, exode rural... La province gabonaise a perdu de son panache. Elle reprend peu à peu des couleurs grâce à la relance des activités économiques et à la mise[...]

Gabon : un système de santé encore fébrile

L'État a investi massivement dans les hôpitaux et les centres de santé sur tout le territoire. Reste à trouver les médecins qualifiés et le personnel soignant pour les faire[...]

Gabon : Ona Ondo, Monsieur Loyal

Le troisième Premier ministre, Ona Ondo, d'Ali Bongo Ondimba doit mettre en oeuvre le nouveau contrat social et regagner sa province d'origine, le Woleu-Ntem, à la cause présidentielle.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers