Extension Factory Builder
29/07/2012 à 10:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une rue de Libreville, au Gabon. Une rue de Libreville, au Gabon. © Desirey Minkoh/AFP/Archives

L'Union nationale (UN), parti d'opposition gabonais dissout par les autorités en 2011, a organisé samedi à Libreville une manifestation pour demander l'organisation d'une conférence nationale.

"Nous demandons la tenue d'une conférence nationale souveraine. Nous nous inscrivons en faux dans la position du gouvernement qui (...) dit qu'il n'y a pas de crise au Gabon. Nous disons que la crise existe et qu'elle est visible", a déclaré Guy-Roger Ondzaghe, l'un des organisateurs de la manifestation réunissant environ 2.000 personnes au quartier populaire de Nzeng Ayong.

"Le Gabon ne connaît aucune crise sociale, aucune crise politique, aucune crise institutionnelle. Une conférence nationale ne se justifie pas", avait pour sa part déclaré jeudi le porte-parole de la présidence Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Le chef de l'UN, André Mba Obame, qui revendique la victoire à la présidentielle 2009 remportée par Ali Bongo, vient d'annoncer son prochain retour au pays, après plus d'un an de convalescence en Afrique du Sud et en France.

Une partie de l'opposition gabonaise proche de l'UN a demandé début juillet, depuis Paris où le président Ali Bongo Ondimba était en visite, l'organisation d'une conférence nationale et une nouvelle Constitution.

"Processus de monarchisation"

Baptisé "Rencontre de Paris. Comment sortir le Gabon de la crise ?", le document avait été rédigé par André Mba Obame, ex-ministre de l'Intérieur, le président de l'UN Zacharie Myboto et l'ancien Premier ministre Jean Eyeghe Ndong, ainsi que des membres de la société civile et de la diaspora gabonaises proches de l'UN.

"Il doit être mis fin (...) au processus de monarchisation en cours au Gabon. A cette fin (...) priorité doit être donnée à une initiative impliquant toutes les Gabonaises et tous les Gabonais à travers une Conférence nationale souveraine" en septembre 2012, affirmait le texte.

Le document proposait un calendrier où figuraient "la dissolution de l'Assemblée nationale, la réhabilitation de l'UN (...), l'adoption d'un nouveau code électoral" et "l'adoption par référendum de la nouvelle Constitution" avec des "élections générales (présidentielle, législatives, locales et sénatoriales)" en octobre-décembre 2013.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Gabon

Gabon - France : un intermédiaire nommé Ali Bongo Ondimba

Gabon - France : un intermédiaire nommé Ali Bongo Ondimba

Le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba s'est entretenu avec son homologue français le 8 avril. Crise centrafricaine, relations commerciales, Rwanda... Retour sur les discussions qui se sont tenues.[...]

Côte d'Ivoire - Gabon : quand Ali Bongo prend conseil auprès de Ouattara

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba était en visite à Abidjan, vendredi 11 avril. L'occasion de s'enquérir de la santé de son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, et de s'entretenir avec[...]

Gabon : rencontre Hollande-Bongo, ou quand "l'affaire Total" s'invite à l'Élysée

Officiellement, le président français, François Hollande, et son homologue gabonais, Ali Bongo, ont discuté mardi à Paris de la crise centrafricaine et des relations entre leurs pays. Mais[...]

RDC, Gabon, Maroc, Togo : short-list des sélectionneurs potentiels

De nombreuses sélections africaines, dont celles de RDC, du Gabon, du Maroc et du Togo, cherchent un nouveau coach. Tour d’horizon des candidats les plus sérieux.[...]

Mali : une enquête française vise un "parrain" corse lié à l'Afrique

Le quotidien français "Le Monde" daté de vendredi fait état d'une enquête lancée par la justice française contre Michel Tomi, homme d'affaires corse à la tête d'un[...]

Gabon - France : Ali Bongo Ondimba à Paris du 7 au 9 avril

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba se rend en France du 7 au 9 avril. Économie et crise centrafricaine sont au menu des discussions.[...]

Gabon : la présidentielle de 2016, c'est déjà demain

La page du scrutin local de décembre 2013 à peine tournée, commencent les grandes manoeuvres en vue de la présidentielle. Dissidences, alliances, jeu de chaises musicales dans les[...]

Joseph John-Nambo : "L'opposition gabonaise essaie d'exister comme elle le peut"

À deux ans de la présidentielle gabonaise, Joseph John-Nambo, le co-fondateur du courant des Souverainistes, branche radicale du mouvement de l’Union national (UN), tire à boulets rouges sur la politique[...]

Gabon - Faustin Boukoubi : "L'opposition manque de crédibilité"

Quand il donne son avis sur le paysage politique gabonais, le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (au pouvoir), Faustin Boukoubi, ne mâche pas ses mots. Entretien.[...]

Gabon : à Libreville, la Cemac cherche encore des locaux

La capitale gabonaise prépare l'arrivée du site temporaire de relocalisation de la Cemac.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers