Extension Factory Builder
28/07/2012 à 22:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, à New York, le 11 juillet 2011. Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, à New York, le 11 juillet 2011. © J.C. Mcilwaine/ONU/AFP/Archives

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) va prochainement déposer une nouvelle demande de résolution auprès du Conseil de sécurité de l'ONU pour l'envoi d'une force au Mali, a déclaré le président ivoirien Alassane Ouattara qui estime une intervention "inévitable".

"Une nouvelle demande de résolution auprès du Conseil de sécurité des Nations unies sera prochainement déposée au nom de la Cédéao", indique M. Ouattara, actuel président en exercice de cette organisation, dans une interview à l'hebdomadaire français Le Journal du Dimanche (JDD).

La Cédéao se tient prête à envoyer une force régionale pour aider l'armée malienne à reconquérir le Nord aux mains des islamistes, mais attend un mandat de l'ONU et une aide extérieure, notamment logistique. Jusque là, le Conseil de sécurité s'est abstenu de donner un mandat à une telle force attendant plus de précisions sur ses contours et sa mission.

L'appui français

Dans ce cadre, "le fait que la France assure en août la présidence tournante du Conseil de sécurité est une très bonne nouvelle", estime M. Ouattara alors que le président français François Hollande a redit cette semaine que la France était "prête à apporter un soutien à une éventuelle intervention africaine", dans le cadre de l'ONU.

Car le président Ouattara estime que "si la situation n'évolue pas favorablement" une intervention militaire au Mali lui "paraît inévitable". "Je pense que nous pouvons parler en semaines et non en mois. Il y a urgence", explique-t-il. "Des discussions sont en cours entre les présidents du Burkina Faso, du Nigeria et certains mouvements armés, mais le dialogue ne pourra durer éternellement".

Cette semaine le comité des chefs d'état-major de la Cédéao réuni à Abidjan a proposé la constitution d'un contingent de près de 3.300 hommes, détaille M. Ouattara. "Dans un premier temps, il s'agira de déployer des gendarmes et des policiers. Puis des militaires".

Troupes au sol africaines

"Nous demanderons un appui logistique notamment à la France et aux Etats-Unis. Je parle d'un appui logistique, matériel, je parle également de conseillers. Nous ne disposons pas non plus d'une aviation de combat et nous en aurons besoin. A l'inverse, je n'envisage pas la présence de troupes au sol qui ne soient pas africaines", poursuit-il.

Lundi, l'Union européenne a annoncé être prête à soutenir le déploiement d'une force de stabilisation africaine sous mandat de l'ONU.

Tombé fin mars aux mains de groupes armés, le nord du Mali est désormais contrôlé par des mouvements islamistes armés alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Soumaïla Cissé : 'IBK n'a pas de feuille de route' pour le Mali

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

À l'ONU, le gouvernement malien dit vouloir dialoguer avec les groupes rebelles

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies sa volonté de mener rapidement des négociations avec[...]

Mali : accusé de complicité d'assassinat, Sanogo encourt la peine de mort

Le général putschiste Amadou Haya Sanogo a vu les accusations le visant s'alourdir. En plus de complicité d'enlèvement, il doit répondre depuis le 22 avril du chef de complicité[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces