Extension Factory Builder
28/07/2012 à 18:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Fabius en conférence de presse à Dakar avec son homologue sénégalais Alioune Badara Ciss Laurent Fabius en conférence de presse à Dakar avec son homologue sénégalais Alioune Badara Ciss © Seyllou/AFP

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a estimé qu'une éventuelle intervention militaire au Mali nécessitait des "forces africaines capables" et "organisées" pour affronter les islamistes armés qui occupent le nord du Mali, dans un entretien à l'AFP.

Si le dialogue échoue, "si ces terroristes ne veulent pas pratiquer autre chose que le terrorisme, il faudra traiter cela sécuritairement. Mais ça doit être fait par des Africains", a déclaré M. Fabius, en visite depuis vendredi soir à Dakar dans le cadre d'une tournée africaine.

"C'est pas facile, parce qu'il faut trouver les forces suffisantes au Mali et dans les pays voisins", des forces qui soient "organisées, suffisantes et équipées", selon lui.

Les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui occupent le nord du Mali depuis quatre mois, "sont des gens qui ont des moyens" et "il faut en face des forces africaines qui soient capables" de les affronter. "Il y a un travail préparatoire à faire", a-t-il ajouté.

Détermination du Niger

M. Fabius a noté en particulier "une détermination importante du Niger" à participer à une éventuelle intervention militaire africaine.

"C'est aux Maliens et à l'ensemble des Africains de prendre les décisions qui sont nécessaires, avec le soutien de la communauté internationale. La France souhaite jouer le rôle de facilitateur", a-t-il rappelé à l'issue d'une rencontre samedi avec le président sénégalais Macky Sall.

La sécurité est "la question grave posée par l'existence de groupes terroristes regroupés sous l'étiquette Aqmi qui ne peuvent pas être acceptés, compte tenu de la menace qu'ils font peser sur le Mali et sur l'ensemble de la région et de façon générale sur l'ensemble des démocraties", a-t-il dit.

Il a salué le retour vendredi à Bamako après deux mois d'absence du président malien de transition Dioncounda Traoré, blessé le 21 mai par une foule hostile à son maintien au pouvoir, parti ensuite se faire soigner à Paris.

"Analyses convergentes"

Il a estimé qu'au sujet du Mali, "les analyses sont convergentes" entre Dakar et Paris avant d'ajouter: "Tout est réuni pour une nouvelle et excellente page dans les relations entre le Sénégal et la France sur le plan multilatériel et bilatéral".

M. Fabius effectue sa première visite en Afrique subsaharienne depuis sa prise de fonctions en mai. Le Sénégal est la troisième étape de cette tournée entamée jeudi soir au Niger, puis au Burkina, et devant se conclure samedi au Tchad.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de [...]

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120728181044 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120728181044 from 172.16.0.100