Extension Factory Builder
28/07/2012 à 18:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Yamina Benguigui et Joseph Kabila à Kinshasa, le 28 juillet 2012. Yamina Benguigui et Joseph Kabila à Kinshasa, le 28 juillet 2012. © Junior D.Kannah/AFP

La ministre française de la Francophonie, Mme Yamina Benguigui, s'est dite persuadée samedi, après une visite de quatre jours à Kinshasa, que le sommet de la francophonie qui se tiendra dans cette ville mi-octobre ne "sera pas un tribunal".

"Nous ne sommes pas venus dans cette optique, a expliqué Mme Benguigui dans une conférence de presse, estimant que la République Démocratique du Congo (RDC) "est en bonne voie", même si "c'est vrai, il y a des progrès à faire".

La ministre, qui avait rencontré auparavant samedi, le président congolais Joseph Kabila, a affirmé que le chef de l'Etat français François Hollande n'avait pas encore pris de décision sur sa venue au sommet.

"Je ne suis pas venue ici pour alimenter les rumeurs car la rumeur se diffuse et met à mal la confiance", a-t-elle dit.

A Paris, plusieurs associations ont récemment demandé au président français de ne pas se rendre en RDC pour ne pas cautionner le régime de Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, en soulignant que le déroulement des dernières élections en RDC, en 2011 et la situation des droits de l'homme, avaient suscité de nombreuses critiques.

"Promouvoir la démocratie"

Le 9 juillet, François Hollande avait affirmé dans un communiqué: "les autorités de la RD Congo doivent démontrer leur réelle volonté de promouvoir la démocratie et l'Etat de droit".

Mme Benguigui a déclaré être venue "sans a priori et sans préjugé". "Le Premier ministre et son gouvernement font un travail difficile qui mérite reconnaissance", a-t-elle dit. Après avoir reçu plusieurs opposants et des défenseurs des droits de l'homme, Mme Benguigui a affirmé que "très peu ne veulent pas que le sommet ait lieu".

Lors de son arrivée mercredi, le principal parti d'opposition l'Union populaire pour la démocratie et le progrès social (UPDS) avait demandé, dans une pétition à l'ambassade de France, la délocalisation du sommet qui confirmerait, selon ce parti, une victoire électorale "usurpée". L'opposition conteste les conditions dans lesquelles Joseph Kabila a été réélu en 20011.

"L'afrique à hauteur d'homme"

"Le sommet de la Francophonie doit être le sommet de tous les Francophones et en particulier des Congolais", a souligné Yamina Benguigui.

Les jours précédents la ministre française a rencontré notamment le Premier ministre, Augustin Matata Ponyo. Elle a également reçu des représentants de l'opposition et de la société civile.

Pour Mme Benguigui "la RDC puise son énergie dans sa volonté de se mettre sur la voie des réformes législatives importantes". "Nous avons écouté les voix de ce pays (...) nous avons entendu les avancées de la RDC (...) je suis venue regarder l'Afrique à hauteur d'homme" a-t-elle dit.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

Les jeunes militant pro-démocratie arrêtés par les autorités congolaises présentent des profils qui ne collent pas, mais alors pas du tout avec le portrait qu'en fait Kinshasa. Explications.[...]

Kyungu wa Kumwanza : "La RDC doit privilégier les échéances électorales importantes"

De retour de Kinshasa, où il a pris part la semaine dernière à la réunion du bureau politique de la coalition au pouvoir, convoquée par le président Joseph Kabila, Antoine Gabriel Kyungu[...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120728175634 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120728175634 from 172.16.0.100