Extension Factory Builder
28/07/2012 à 10:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Fabius et des représentants du mouvement Y’en a marre, à Dakar le 27 juillet 2012. Laurent Fabius et des représentants du mouvement Y’en a marre, à Dakar le 27 juillet 2012. © Seyllou/AFP

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a salué vendredi soir à Dakar "l'exemple" de "Y'en a marre", un mouvement de jeunes qui avait été à la pointe du combat contre un troisième mandat de l'ex-président Abdoulaye Wade, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Ce que vous faites peut être un exemple parce qu'il faut que les jeunes et les moins jeunes se prennent en main", a déclaré M. Fabius lors d'une rencontre avec les responsables de "Y'en a marre" au quartier général de ce mouvement dans une banlieue de Dakar.

Laurent Fabius, arrivé mercredi soir à Dakar dans le cadre d'une tournée africaine, a dit avoir rencontré les membres de "Y'en a marre" parce que "le Sénégal, ce n'est pas seulement le Sénégal officiel. Parmi les fautes principales à éviter, c'est de rester enfermé dans les palais officiels".

"Il faut toujours être à l'écoute de la population. Ici, j'ai le sentiment que c'est le coeur du Sénégal qui bat et j'ai eu envie d'écouter le coeur du Sénégal battre", a-t-il ajouté.

"Sentinelles de la démocratie"

Le coordonnateur de "Y'en a marre" Fadel Barro avait auparavant appelé à la formation en Afrique d'"opinions publiques fortes" capables d'influer sur le cours des évènements.

"Nous sommes des sentinelles de la démocratie et nous avons choisi la République. Notre objectif est que le Sénégal reste une démocratie forte", a dit M. Barro.

Le mouvement "Y'en a marre", créé en janvier 2011 pour, à l'origine, protester contre les difficultés de la vie quotidienne au Sénégal, notamment les coupures d'électricité, a joué un rôle important dans la contestation de la candidature du président Wade à un troisième mandat à l'élection présidentielle de février-mars 2012.

Cette candidature avait été jugée "illégale" par l'opposition pour qui M. Wade avait épuisé ses deux mandats légaux après son élection en 2000 et sa réélection en 2007.

Dernière étape pour Fabius, le Tchad

M. Wade, qui était au pouvoir depuis douze ans, a été battu au second tour par Macky Sall avec plus de 65% des suffrages en mars.

Le chef de la diplomatie française, qui effectue sa première visite en Afrique subsaharienne depuis sa prise de fonctions en mai, doit rencontrer samedi matin le président Macky Sall.

Le Sénégal est la troisième étape de sa tournée africaine, entamée jeudi soir au Niger puis au Burkina, et devant se conclure samedi au Tchad.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale [...]

Malick Noël Seck, le trublion sénégalais qui pourfend l'OIF

Plusieurs fois incarcéré sous Abdoulaye Wade, l'ancien militant socialiste Malick Noël Seck, au verbe radical et à la geste provocatrice, est l'initiateur d'un contre-sommet de la Francophonie à [...]

Sénégal - Massacre de Thiaroye : 1er décembre 1944, quand l'armée française décimait ses "indigènes"

Le 1er décembre 1944, des dizaines de tirailleurs sénégalais qui réclamaient le paiement de leurs soldes étaient massacrés par l'armée française dans le camp de Thiaroye,[...]

Sénégal : programme chargé pour le sommet de l'OIF à Dakar

Au sommet de l'OIF à Dakar, les 29 et 30 novembre, on parlera gros sous et stratégie sur dix ans. Surtout, on élira le successeur d'Abdou Diouf. Suspense assuré.[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie - Sénégal : retour à la case Dakar

Un quart de siècle après avoir été l'hôte du 3e sommet de la Francophonie, la capitale sénégalaise s'apprête à accueillir sa quinzième édition.[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade décline l'invitation de Macky Sall au sommet de la Francophonie

Dans un courrier adressé à Macky Sall, dont "Jeune Afrique" révèle en exclusivité la teneur, Abdoulaye Wade décline l'invitation de son successeur au sommet de la Francophonie[...]

Sénégal : questions sur le débarquement d'Alioune Ndao

Figure emblématique de la lutte contre l'enrichissement illicite, le procureur spécial a été remplacé au pied levé le 11 novembre. Sans explication.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces