Extension Factory Builder
23/07/2012 à 10:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un employé travaille dans la première usine publique de médicaments anti-sida d'Afrique. Un employé travaille dans la première usine publique de médicaments anti-sida d'Afrique. © AFP

La première usine publique de médicaments anti-rétroviraux (ARV) contre le sida d'Afrique a été inaugurée samedi à Maputo en présence du vice-président brésilien Michel Temer, dont le pays a financé une partie du projet.

« Aujourd'hui nous assistons au lancement de la production (...) Les médicaments, qui étaient fabriqués au Brésil, seront emballés ici au Mozambique, certifiés et distribués aux Mozambicains », a déclaré M. Temer.

L'usine, dont le site, en banlieue de Maputo, avait déjà reçu la visite de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva en 2010, est le symbole « de l'excellent partenariat entre les peuples brésilien et mozambicain (...) dans les domaines public et privé ».

Fruit d'un transfert de technologie sud-sud, qualifié à l'époque par M. Lula d'« obligation morale », elle a reçu 23 millions de dollars d'aide du Brésil et 4,5 millions de dollars du géant minier brésilien Vale, implanté dans ce pays.

La production à proprement parler de comprimés doit débuter en fin d'année. Une centaine de techniciens mozambicains et d'autres employés sont en formation, notamment au Brésil. Le gouvernement mozambicain était représenté à la cérémonie par son ministre de l'Industrie Armando Inroga.

2,5 million de séropositifs au Mozambique

Le Mozambique compte plus de 2,5 million de séropositifs, soit près de 12% de la population et seuls 291.000 personnes ont accès au traitement par anti-rétroviraux, selon le ministère de la Santé.

L'idée de cette usine avait été lancée en 2003 et le président Lula - un fervent partisan du rapprochement avec l'Afrique - avait engagé son pays à la construire lors d'une visite d'Etat en 2008.

Le but est de réduire la dépendance de l'ancienne colonie portugaise envers la communauté internationale, qui finance actuellement 80% de l'achat de médicaments dans le pays.

À l'inverse, le Brésil dispose d'une industrie pharmaceutique publique puissante, qui produit de nombreux génériques, notamment d'ARV, et affiche un très faible de taux de prévalence du virus VIH.

En Afrique, des groupes pharmaceutiques privés ont déjà ouvert des petites unités de production d'ARV mais l'usine mozambicaine est le premier établissement public.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mozambique

Mozambique : Afonso Dhlakama, le trouble-fête

Mozambique : Afonso Dhlakama, le trouble-fête

Afonso Dhlakama, c'est un pilier de la politique mozambicaine. Candidat pour la cinquième fois à la présidentielle, en octobre, il en a contesté les résultats. Pour obtenir plus de conces[...]

Mozambique : le candidat du Frelimo, Filipe Nyusi, officiellement élu président

La Commission électorale nationale du Mozambique (NEC) a annoncé jeudi les résultats officiels de l'élection présidentielle du 15 octobre. Filipe Jacinto Nyusi, le candidat du Frelimo, en sort[...]

Qui est vraiment Filipe Nyusi, le prochain président du Mozambique ?

D'après les décomptes finaux des votes publiés hier, jeudi 23 octobre, Filipe Jacinto Nyusi, le candidat du Frelimo, remporterait dès le premier tour la présidentielle du 15 octobre au[...]

Élections au Mozambique : des observateurs militaires déployés après des résultats contestés

La prudence est de mise au Mozambique. Le gouvernement a annoncé mercredi que des observateurs militaires étrangers allaient être déployés afin de s'assurer que la période[...]

Élections au Mozambique : le chef de la Renamo promet qu'il n'aura pas recours à la violence

Afonso Dhlakama, le chef du parti d'opposition Renamo au Mozambique, estime que les élections de mercredi n'ont pas été honnêtes, mais a promis samedi de ne pas recourir à la violence.[...]

Mozambique : la Renamo rejette les résultats partiels des élections présidentielle et législatives

Au vu des résultats très partiels des élections présidentielle et législatives du 15 octobre, la Renamo a annoncé jeudi qu'elle ne reconnaîtrait pas la victoire du candidat du[...]

Mozambique : avec "Txeka", les blogueurs se mobilisent pour la transparence des élections

Mercredi 15 octobre, les électeurs mozambicains se sont rendus aux urnes pour choisir leur président et leurs assemblées nationale et provinciales. Sur l’exemple kényan d’Ushahidi, le[...]

Présidentielle au Mozambique : le candidat du Frelimo, Filipe Nyusi, en tête

Pas de surprise au Mozambique. Après un décompte très partiel, le candidat du pouvoir arrive en tête avec plus de 60% des voix.[...]

Mozambique : la fin du déminage... si loin, si proche

Vingt ans de guerre d’indépendance puis seize ans de guerre civile ont fait du Mozambique l’un des pays les plus minés de la planète. Alors que les élections générales se sont[...]

Présidentielle au Mozambique : et si rien n'était joué d'avance pour le Frelimo ?

Le président Guebuza devra céder sa place à l'issue de l'élection du 15 octobre. Mais la bataille s'annonce serrée pour son dauphin, Filipe Nyusi, et pour le Frelimo, au pouvoir[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces