Extension Factory Builder
23/07/2012 à 08:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une photo de Warren Hill en prison Georgia. Une photo de Warren Hill en prison Georgia. © Department of Justice/AFP/Archives

À moins que la Cour suprême des États-Unis ne l'empêche, un attardé mental sera exécuté lundi en Géorgie (sud-est), quelques jours après une mise à mort similaire au Texas (sud), en dépit des protestations dans le monde.

"La Cour suprême doit empêcher l'Etat de Géorgie d'exécuter un homme dont des preuves attestent de troubles intellectuels significatifs", a exhorté jeudi l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW).

Warren Hill, un Noir américain de 52 ans, dont 21 dans le couloir de la mort, doit être exécuté lundi en Géorgie, l'Etat qui avait mis à mort Troy Davis le 21 septembre 2011 malgré des doutes sur sa culpabilité.

Hill a été condamné à mort pour le meurtre d'un co-détenu alors qu'il était incarcéré à perpétuité pour avoir tué sa petite amie. Il doit être le premier exécuté en Géorgie par l'injection létale d'un seul produit, le pentobarbital, au lieu de trois auparavant.

"Au-delà d'un doute raisonnable"

Un juge de Géorgie a refusé jeudi de surseoir à l'exécution. S'il a confirmé le retard mental de Warren Hill selon le critère majoritaire, dit des "éléments prépondérants", celui beaucoup plus exigeant de la Géorgie, selon lequel les troubles intellectuels doivent être prouvés "au delà d'un doute raisonnable", n'est pas rempli, explique l'avocat du condamné, Brian Kammer, dans un communiqué.

Doté d'un QI inférieur à la normale, Warren Hill a été diagnostiqué avec un retard mental par plusieurs experts de l'Etat et les tribunaux. Il s'est vu cependant refuser la clémence lundi par le Comité des grâces de Géorgie et son avocat a aussitôt introduit un recours devant la Cour suprême des Etats-Unis.

En 2002, la Cour suprême a interdit l'exécution de condamnés attardés mentaux car leur handicap "ferait courir le risque d'une exécution arbitraire". Mais elle a laissé chaque Etat fixer les conditions requises pour déterminer ce type de handicap.

Or la Géorgie exige que le retard mental soit prouvé "au-delà d'un doute raisonnable".

"Exiger de faire la preuve de troubles intellectuels au-delà d'un doute raisonnable dans des affaires de peine de mort fait de la Géorgie une aberration cruelle et extrémiste", a déclaré Antonio Ginetta, directeur de HRW dans un communiqué.

Le New York Times, dans un récent éditorial, a aussi souligné que la Géorgie "est le seul Etat dont la loi requiert qu'un accusé fasse la preuve injustement astreignante de son retard mental au delà d'un doute raisonnable".

Selon le quotidien, ce "critère rigoureux peut être facilement manipulé par les experts, aboutissant à des exécutions anticonstitutionelles".

Texas comme Géorgie

Plusieurs organisations et personnalités, dont l'ancien président américain Jimmy Carter, mais aussi la famille de la victime, avaient appelé le Comité des grâces de Géorgie à commuer la condamnation à mort en réclusion à perpétuité.

La France a exprimé sa "préoccupation concernant la situation de Warren Hill" et demandé que son exécution puisse être évitée tout en réitérant son appel à un moratoire universel sur la peine de mort.

Dans l'Etat du Texas, Yokamon Hearn, 34 ans, a été exécuté mercredi soir en dépit de preuves d'un trouble mental depuis son enfance.

Un expert de l'ONU avait exhorté le Texas et la Géorgie à suspendre l'exécution des deux hommes.

"C'est une violation des protections (constitutionnelles) sur la peine de mort que d'imposer la punition suprême à des individus souffrant de handicaps psycho-sociaux", a dit Christof Heyns, le rapporteur spécial de l'Office du haut-commissaire aux droits de l'homme.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers