Extension Factory Builder
22/07/2012 à 19:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le secrétaire général de l'Onuci, Arnauld Akodjénou (d), le 15 octobre 2011 à Abidjan. Le secrétaire général de l'Onuci, Arnauld Akodjénou (d), le 15 octobre 2011 à Abidjan. © AFP

Le gouvernement ivoirien et l'ONU se sont rejeté samedi la responsabilité de protéger le camp de déplacés de l'ouest de la Côte d'Ivoire qui a subi vendredi une attaque meurtrière avant d'être détruit.

Le camp de Nahibly, abritant quelque 5.000 personnes déplacées lors de la crise de 2010-2011 et voisin de la ville de Duékoué, était "gardé depuis sa création par les Casques bleus de l'Onuci", la mission onusienne dans le pays, a affirmé le ministère ivoirien de la Défense dans un communiqué lu sur la télévision publique RTI.

En ce qui concerne la sécurité du camp, "la responsabilité première n'est pas la responsabilité de l'Onuci, mais nous avions toujours travaillé avec les autorités pour la gestion de ce camp", a déclaré de son côté un peu plus tôt devant la presse Arnauld Akodjénou, numéro 2 de l'Onuci.

Le "dispositif" de la force onusienne sur ce site était destiné, en accord avec le gouvernement, à sécuriser les acteurs humanitaires opérant auprès des déplacés et à "alerter" en cas de risques, a-t-il expliqué.

Entre 11 et 13 personnes, selon les bilans de l'ONU, du gouvernement et de sources locales, ont été tuées et 52 blessées, dont certaines grièvement, vendredi à Duékoué et dans le camp attaqué en représailles à une opération meurtrière dans un quartier de la ville. Dans le seul camp ont été dénombrés de sept à neuf morts.

Au moment de l'attaque, "totalement imprévisible", du camp par "une foule de plus de 300 personnes, dont certains éléments armés", "au portail se trouvaient une dizaine d'éléments de la force militaire de l'Onuci", qui n'ont "pu contenir" les assaillants, malgré la venue d'"une vingtaine de militaires onusiens" en renfort", selon M. Akodjénou.

"Miliciens" pro-Gbagbo dans le camp

"Ni le premier cordon de sécurité" établi en urgence par les forces ivoiriennes, "ni le deuxième constitué par le bataillon marocain de l'Onuci (présent au camp, ndlr) n'ont suffi pour arrêter" la foule, a assuré quant à lui le porte-parole du ministère de la Défense, le commandant Léon Kouakou Alla.

Il a annoncé l'organisation de "patrouilles mixtes" des Forces républicaines (FRCI, armée) et de l'Onuci dans la zone, l'ouverture d'une enquête judiciaire et fait état de la découverte dans le camp de deux kalachnikov, d'un "pistolet artisanal" et de munitions, dont des grenades.

Interrogé par téléphone par l'AFP, le ministre de la Défense, Paul Koffi Koffi, actuellement à Paris, a assuré qu'"il y avait des miliciens" fidèles à l'ex-chef de l'Etat Laurent Gbagbo qui se cachaient dans le camp et en sortaient pour commettre des exactions. "On savait que tôt ou tard il y aurait un incident grave", a-t-il avancé.

Le gouvernement souhaitait depuis longtemps la fermeture du camp, surtout peuplé de Guéré, ethnie autochtone considérée comme pro-Gbagbo et dont les relations sont notoirement difficiles avec la communauté malinké, venue du nord du pays et réputée soutenir le président Alassane Ouattara.

Retour au calme

Le Premier ministre Jeannot Ahoussou Kouadio, qui a reçu samedi Arnauld Akodjénou, a lancé aux habitants de Duékoué "un appel au calme", a souligné le ministère de la Défense.

La vie a repris samedi à Duékoué, avec la réouverture des commerces et la reprise du trafic dans les rues, selon des résidents.
Un habitant a toutefois parlé d'un "calme précaire". "Des jeunes du camp sont détenus par les FRCI", a-t-il dit.

L'ONU et les organisations humanitaires ont commencé à s'organiser pour trouver les déplacés dispersés en ville et dans la brousse et leur venir en aide.

En proie depuis des années à de graves tensions ethniques, l'Ouest reste la région la plus instable du pays plus d'un an après la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui avait fait quelque 3.000 morts, dont des centaines à Duékoué et dans sa région.

Après les Etats-Unis et l'ONU, la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a déploré samedi l'attaque contre le camp.

Pour elle, "cette dernière tragédie illustre l'instabilité chronique qui prévaut à l'ouest de la Côte d'Ivoire où les tensions intercommunautaires, l'insuffisance de la présence de l'Etat et l'impunité qui a prévalu jusqu'à présent alimentent un cycle interminable de représailles et vengeances".
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : le 'miracle' économique à l'épreuve

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Mathias Aka N'Gouan, maire de Cocody : "Notre modèle, c'est Beverly Hills..."

Mathias Aka N'Gouan, membre du PDCI, a été élu à la tête de la municipalité de Cocody, à Abidjan, lors des élections locales d'avril 2013. Interview.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire manque ses débuts face à la Guinée

Lors de son entrée dans la CAN 2015, la Côte d'Ivoire d'Hervé Renard n'a pas brillé et a été tenue en échec par la Guinée (1-1), mardi à Malabo. Les Élephants[...]

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.[...]

SOMMAIRE Abidjan, le retour

  RETROUVER TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER Abidjan et les autres Sous pression Robert Beugré Mambé "Tout le monde revient pour faire des affaires" Des jeux et des travaux [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120722194314 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120722194314 from 172.16.0.100