Extension Factory Builder
21/07/2012 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, le 14 juillet 2012 à Addis-Abeba. Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, le 14 juillet 2012 à Addis-Abeba. © AFP

Le projet de nouvelle Constitution au Zimbabwe péniblement élaboré depuis plus de trois ans réduira les pouvoirs du président mais sans fixer de limite d'âge, et il interdira la peine de mort pour les femmes, selon le texte consulté samedi.

« Une loi pourrait autoriser la peine de mort pour les coupables de meurtre avec circonstances aggravantes, mais la peine ne peut pas être appliquée à une femme », ni aux hommes de moins de 21 ans et de plus de 70 ans, indique un chapitre du projet.

Selon le texte, issu de longs pourparlers entre le camp du président Robert Mugabe, 88 ans, et celui du Premier ministre, son rival, Morgan Tsvangirai, le président aurait un droit de grâce.

Vendredi, le ministre des Affaires constitutionnelles Eric Matinenga a détaillé devant la presse les changements prévus pour la fonction présidentielle, notamment le mandat, limité à dix ans.

« Nous avons eu un seul président depuis 1980 et le sentiment de la plupart des gens est que c'est la principale faiblesse du pays », a-t-il expliqué.

Le projet « propose de limiter le mandat du président, des institutions publiques indépendantes et exécutives, et des autres entités contrôlées par l'Etat », a-t-il ajouté.

Fin de l'immunité présidentielle

Le texte imposerait au président de consulter le parlement et le conseil des ministres pour les nominations clés, et lui ferait perdre son immunité, une fois terminé son mandat. Mais il permettrait à M. Mugabe, au pouvoir depuis l'indépendance en 1980, de se représenter comme il en a l'intention.

L'élection présidentielle de 2008 a failli tourner au bain de sang, avant qu'un accord de cohabitation ne soit conclu avec M. Tsvangirai, qui s'est retiré du second tour et a été nommé Premier ministre d'un fragile gouvernement d'union nationale en 2009.

L'adoption d'une nouvelle Constitution figure dans les accords passés alors.

Le projet doit être débattu lors d'une conférence publique fin août puis approuvé par référendum, avant des élections qui pourraient se tenir en 2013.

Il n'y a pas de date fixée pour le référendum. Des sources proches du parti de M. Tsvangirai parient sur octobre.

Le texte prévoit aussi des compensations pour les propriétaires terriens blancs amenés à céder leur exploitation lors de la politique de redistribution agraire controversée menée au début des années 2000 par le président Mugabe.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Zimbabwe

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de tout[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Zimbabwe - 18 avril 1980 : Bob Marley et Mugabe célèbrent l'indépendance de la dernière colonie européenne d'Afrique

Le Zimbabwe est le dernier pays du continent à se libérer du joug du colonisateur occidental. Une indépendance arrachée dans la douleur après plus de dix années de lutte armée.[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Zimbabwe : Robert Mugabe, l'homme qui n'aimait pas les Blancs (et inversement)

Diabolisé par les Européens, le président du Zimbabwe et de l'Union africaine, Robert Mugabe, incarne jusqu'à l'obsession le rejet des anciens colons, de l'Occident et de ses diktats. Pourquoi[...]

Zimbabwe : Mugabe, un Castro africain

Ce sont les deux ultimes dinosaures de l'ère anti-impérialiste, les oubliés du grand dégel qui a suivi la chute du mur de Berlin. Même âge, ou presque, même personnalité[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120721174438 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120721174438 from 172.16.0.100