Extension Factory Builder
21/07/2012 à 11:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des rebelles cagoulés dans une rue de Saqba, dans la banlieue de Damas. Des rebelles cagoulés dans une rue de Saqba, dans la banlieue de Damas. © AFP

L'armée a lancé vendredi une contre-offensive pour reprendre les quartiers rebelles de Damas et livrait des combats sans précédent à Alep, deuxième ville de Syrie, dans une escalade de violence ayant fait fuir au Liban voisin des milliers de personnes ces dernières 48 heures.

Au lendemain de la plus sanglante journée depuis le début de la révolte en mars 2011, avec plus de 300 morts selon une ONG syrienne, le Conseil de sécurité de l'ONU a prolongé pour une « dernière période de 30 jours » la mission des 300 observateurs en Syrie.

Après la « bataille de libération » de Damas annoncée mardi par les rebelles, l'armée a lancé une contre-offensive pour reprendre le contrôle des quartiers « où s'étaient infiltrés des terroristes », selon une source de sécurité. Appuyée par des chars, elle a « nettoyé » le quartier Midane, près du centre-ville, à la suite de violents combats.

Emmenés par l'armée dans ce quartier fantôme à bord de blindés, les journalistes ont vu des douilles de tous calibres jonchant la chaussée, le minaret de la mosquée Al-Majid troué par un obus et les façades d'immeubles criblées de balles. Après avoir donné l'assaut contre Qaboun (est) la veille, l'armée a pénétré le matin dans les quartiers de Jobar (est) et Kafar Soussé (sud-ouest), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Outre Midane, une source de sécurité a indiqué à l'AFP que l'armée contrôle désormais Tadamoun (sud), Qaboun et Barzé (est). En revanche, de violents combats se poursuivaient à Jobar, Roukneddine (nord) et surtout dans les « champs de Mazzé », Kafar Soussé et Daraya, au sud et à l'ouest.

A Alep, capitale économique du pays, de violents combats ont éclaté dans plusieurs quartiers, les premiers du genre, ouvrant un deuxième front dans ce conflit désormais décrit comme une « guerre civile » par plusieurs capitales et institutions internationales.

Au moins 177 personnes - dont 119 civils, 13 « combattants civils », 7 déserteurs et 38 soldats des forces gouvernementales - ont été tuées vendredi, selon l'OSDH.

Plus de 18.000 réfugiés au Liban en 48 heures

Fuyant les violences, « plus de 18.000 personnes » se sont réfugiées au Liban voisin ces deux derniers jours, a indiqué le Comité international de la Croix-Rouge. Le Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU a de son côté parlé de « 8.500 à 30.000 » personnes y ayant trouvé refuge pendant la même période.

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a lui exhorté l'ONU unies à « intervenir de manière urgente » pour protéger les Irakiens qui se trouvent en Syrie et les aider à retourner dans leur pays. L'Irak a également annoncé ne plus être en mesure d'accueillir de nouveaux réfugiés, en raison de la situation sécuritaire dans le pays.

Parmi ces réfugiés, une grande partie a quitté Damas et sa région, théâtre mercredi d'un attentat qui a tué quatre hauts responsables du cercle rapproché du président Bachar al-Assad.

Les funérailles officielles de trois d'entre eux, dont le beau-frère de M. Assad, Assef Chawkat, ont eu lieu vendredi en l'absence du chef de l'Etat, selon l'agence Sana.

Malgré les violences, et à l'appel des militants anti-régime, des manifestations de faible ampleur ont eu lieu à Damas et à Deraa (sud) et les forces de l'ordre ont ouvert le feu sur des protestataires à Alep, selon l'OSDH.

Jeudi, les rebelles avaient enregistré des succès en prenant le contrôle de la frontière avec l'Irak, selon Bagdad, et d'un poste-frontière avec la Turquie. Le principal poste-frontière avec l'Irak, Boukamal, était toutefois violemment bombardé vendredi soir par l'armée syrienne, selon des sources locales en Irak. Un diplomate turc a en outre annoncé à l'AFP la défection de trois généraux syriens réfugiés en Turquie depuis jeudi soir.

La mission de l'ONU prolongée de 30 jours

Le chef du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, Abdel Basset Sayda, a tenté de rassurer les minorités, notamment chrétiennes et alaouites, sur les conséquences d'une éventuelle chute de M. Assad.

« Nous avons déjà adopté un document qui garantit les droits de toutes les minorités », a déclaré ce kurde à la radio-télévision allemande Deutsche Welle.

Pour l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine en revanche, « la résolution ne parle pas de retrait mais de poursuite de la mission » qui peut toujours « jouer un rôle dans la réduction de la violence ».

La veille, Moscou et Pékin avaient provoqué la colère des Occidentaux en opposant pour la troisième fois leur veto à une résolution du Conseil prévoyant des sanctions contre le régime, Washington promettant d'agir désormais « en dehors » du cadre de l'ONU.

Toute action en dehors de l'ONU serait « inefficace », a réagi le président russe Vladimir Poutine.

L'Union européenne va de son côté examiner dès lundi de nouvelles sanctions contre Damas, dont le renforcement de l'embargo sur les armes, a annoncé le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, évoquant une « guerre civile » en Syrie. La Russie a décidé de reporter la livraison de trois hélicoptères de combat à la Syrie jusqu'à la « normalisation » de la situation.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit de Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit [...]

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes",[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord de paix peut être signé au Mali dans moins de six mois"

Présent à Addis-Abeba pour le Sommet de l'Union africaine, le ministre algérien des Affaires étrangères et médiateur en chef des négociations de paix au Mali, Ramtane Lamamra, se[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Tunisie : pourquoi le Sud a choisi Marzouki à la présidentielle

Négligés depuis l'indépendance par le pouvoir central, les électeurs tunisiens du Sud ont massivement voté pour le président sortant, perçu comme l'homme de la vraie rupture[...]

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120721112005 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120721112005 from 172.16.0.100