Extension Factory Builder
21/07/2012 à 10:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien président tchadien Hissène Habré, en 1987. L'ancien président tchadien Hissène Habré, en 1987. © AFP

Le Sénégal doit poursuivre "sans aucun autre délai" l'ancien président tchadien Hissène Habré, accusé de génocide, ou l'extrader, a ordonné vendredi la Cour internationale de Justice (CIJ), alors que Dakar a annoncé le début de "consultations" avec l'UA pour le juger.

« La République du Sénégal doit sans aucun autre délai soumettre le cas de Hissène Habré à ses autorités compétentes pour l'exercice de l'action pénale, si elle ne l'extrade pas », a déclaré le président de la CIJ Peter Tomka, lors d'une audience à La Haye, où siège le plus haut organe judiciaire des Nations unies.

Renversé par l'actuel président tchadien Idriss Deby Itno, Hissène Habré vit en exil à Dakar depuis sa chute en 1990. Selon une commission d'enquête tchadienne, son régime (1982-1990) a fait plus de 40.000 morts parmi les opposants politiques et parmi certains groupes ethniques.

Le Sénégal ne doit cependant poursuivre Hissène Habré que pour les crimes présumés commis après l'entrée en vigueur et la ratification par le Sénégal de la Convention sur la torture en 1987, a estimé la CIJ, qui avait été saisie par la Belgique en février 2009.

L'article 7 de cette convention spécifie notamment qu'un Etat « sous la juridiction duquel l'auteur présumé d'une infraction » est découvert, doit soumettre ce dernier à ses autorités compétentes ou l'extrader.

Dakar avait accepté en 2006 de juger M. Habré à la demande de l'UA mais n'a jamais organisé de procès. Il est accusé de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

N'Djamena "prend" acte de l'arrêt de la CIJ

A N'Djamena, le gouvernement tchadien a « pris acte » de l'arrêt de la CIJ, « un arrêt qui reste dans la droite ligne de la position tchadienne », selon le ministre de la Justice, Abdoulaye Sabre Fadoul.

« Nous avons toujours souhaité que l'ancien président soit jugé en terre africaine et cet arrêt nous réconforte dans notre position. (...) Il vient à point nommé pour obliger le Sénégal à accélérer le processus pour que Hissène Habré soit jugé le plus rapidement possible », a-t-il expliqué.

Les ONG ont immédiatement salué la décision de la Cour, Human Rights Watch et Amnesty International la qualifiant de « victoire » pour les victimes du régime de Hissène Habré.

Les ministres belges des Affaires étrangères, Didier Reynders, et de la Justice, Annemie Turtelboom, « se réjouissent de la décision de la Cour qui fera date dans l'histoire du droit international », ont-ils indiqué dans un communiqué commun.

L'arrêt de la CIJ signifie que tous les Etats parties à la Convention contre la torture, 150 au total, « doivent se doter d'une législation leur donnant compétence universelle pour juger ce genre de crimes », a pour sa part assuré à l'AFP le co-agent de la Belgique auprès de la CIJ, Gérard Dive.

"Consultations" entre l'UA et Dakar pour juger Habré

« Les consultations entre l'Union africaine et le Sénégal en vue de mettre en place le plus vite possible un dispositif pour juger Hissène Habré ont débuté aujourd'hui-même », a affirmé à des journalistes Cheikh Tidiane Thiam, agent du Sénégal auprès de la CIJ.

Le Sénégal « réaffirme sa ferme volonté d'organiser le procès » de l'ex-président tchadien Hissène Habré, a de son côté réagi vendredi dans un communiqué le gouvernement sénégalais.

« Une équipe d'expert travaille déjà en ce sens et nous sommes disposés à poursuivre la coopération avec l'Union africaine sur ce dossier, pour organiser un procès juste et équitable », avait déjà déclaré dimanche le nouveau président sénégalais Macky Sall, à l'ouverture du sommet des chef d'Etats de l'UA.

Avocate pour Human Rights Watch, Leslie Haskell a indiqué à l'AFP s'attendre « à la création, peut-être même dès la semaine prochaine, d'un tribunal spécial ».

Estimant que le refus de Dakar de poursuivre Hissène Habré ou de l'extrader « viole l'obligation générale de réprimer les crimes de droit international humanitaire », la Belgique avait saisi la CIJ, lui demandant d'ordonner au Sénégal de le juger ou de l'extrader.

Bruxelles avait émis en 2005 un mandat d'arrêt contre l'ex-président à la suite d'une plainte déposée en 2000 par un Belge d'origine tchadienne en vertu d'une loi belge dite de « compétence universelle » pour les crimes de droit international. Plusieurs demandes d'extradition avaient été déposées en vain.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de [...]

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120721100831 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120721100831 from 172.16.0.100