Extension Factory Builder
15/07/2012 à 10:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les présidents soudanais Omar el-Béchir et sud-soudanais Salva Kiir se serrent la main. Les présidents soudanais Omar el-Béchir et sud-soudanais Salva Kiir se serrent la main. © AFP

Les présidents soudanais Omar el-Béchir et sud-soudanais Salva Kiir se sont rencontrés, en tête-à-tête, samedi soir dans un hôtel d'Addis Abeba, pour la première fois depuis les combats frontaliers ayant opposé les armées des deux pays entre mars et mai, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les deux présidents, qui s'étaient rencontrés directement pour la dernière fois officiellement lors du dernier sommet de l'Union africaine (UA), en janvier, se sont serré la main à l'issue de cette rencontre dans une chambre d'un grand hôtel de la capitale éthiopienne, selon cette journaliste.

En sortant, tous deux arboraient un large sourire et ni l'un ni l'autre n'ont fait de déclaration.

Selon un membre de la délégation soudanaise ayant requis l'anonymat, les deux chefs d'Etat ont discuté un peu plus d'une heure. Le contenu exact de leur entretien n'a pas été précisé. Ils ont d'abord discuté en présence de conseillers, puis se sont entretenus en tête-à-tête. "Ils se sont rencontrés (...) et ça a été un bon entretien", a déclaré à la presse le négociateur en chef du Soudan du Sud Pagan Amum, après la rencontre.

M. Amum a affirmé que les deux chefs d'Etat avaient trouvé des "accords de principe" sur toutes les sujets de tension en suspens entre les deux pays, estimant que la rencontre avait "créé un environnement favorable".

Plus tôt dans la journée, MM. Kiir et Béchir s'étaient déjà retrouvés dans la même pièce, lors d'une réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA, notamment consacrée aux tensions entre les deux pays, persistantes depuis la partition du Soudan en juillet 2009.

Les deux hommes étaient arrivés à plusieurs dizaines de minutes d'intervalle et étaient repartis séparément, prenant apparemment soin de s'éviter. D'après un participant, lors de cette réunion du CPS tenue à huis clos, les deux hommes, placés chacun d'un côté de la salle, ont prononcé tour à tour un discours mais ne se sont pas parlé directement.

Ultimatum de l'ONU

Les tensions entre les deux pays ont dégénéré entre mars et mai en combats frontaliers, d'une ampleur inégalée depuis que Juba a proclamé son indépendance après près d'un demi-siècle de guerres civiles contre Khartoum.

Les négociations entre les deux pays, sous l'égide de l'UA, n'ont pour l'heure débouché sur aucun réel progrès. Un nouveau cycle a repris le 12 juillet, à Bahar Dar, dans le nord-ouest de l'Ethiopie.

L'UA et l'ONU ont donné jusqu'au 2 août aux deux Soudans pour régler leurs différends - tracé de la frontière, ressources pétrolières et statut de zones contestées notamment -, sous peine de sanctions. M. Amum a dit samedi soir espérer que les deux pays puissent parvenir à un accord avant cette date. "Le temps de la décision est venu", a-t-il estimé.

En janvier, Juba, qui a récupéré lors de la sécession 75% du pétrole du Soudan d'avant la partition mais reste tributaire des oléoducs du nord pour l'exporter, a stoppé sa production de brut, accusant Khartoum de détourner son pétrole sur fond de différend sur les redevances de transit. Cette décision a sérieusement dégradé les économies des deux voisins.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Mali : l'ex-président ATT peut-il revenir à Bamako ?

Mali : l'ex-président ATT peut-il revenir à Bamako ?

Plus d'un millier de personnes se sont rassemblées jeudi à Bamako pour demander le retour de l'ex-président malien Amadou Toumani Touré, exilé au Sénégal depuis 2012.[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne suvient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

Gabon : le gouvernement instaure le paiement par bons de caisse pour riposter contre les grévistes

Certains enseignants gabonais, en grève depuis plus d'un mois, ont eu mercredi la mauvaise surprise de ne pas retrouver les virements de salaires sur leurs comptes bancaires. Le gouvernement a décidé de les[...]

Nigeria : Remi Sonaiya, une seule femme candidate dans le pays le plus peuplé du continent

Remi Sonaiya est la première femme dans l’histoire du Nigeria à se porter candidate à une élection présidentielle.  Bien que sa candidature fasse figure de poids plume, elle souhaite[...]

Terrorisme : les shebab menacent-ils l'Ouganda ?

Selon les informations obtenues par l'ambassade des États-Unis à Kampal, un attentat pourrait avoir lieu prochainement à Kampala.[...]

Nigeria : Goodluck et Buhari promettent de respecter le résultat de la présidentielle

Les deux principaux candidats à l'élection présidentielle, Goodluck Jonathan et Muhammadu Buhari, se sont engagés jeudi à respecter le résultat du scrutin.[...]

Une nouvelle carte diplomatique pour la Côte d'Ivoire

D'ici à 2018, la Côte d'Ivoire devrait s'être dotée de 175 représentations diplomatiques. Résultat d'une réforme de la diplomatie à la fois ambitieuse et... économe.[...]

Ebola : première campagne de vaccination à grande échelle en Guinée

Plus d’un an après le début de l’épidémie d’Ebola, une campagne de vaccination massive a été lancée lundi en Guinée. C'est la première[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120715105952 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120715105952 from 172.16.0.100