Extension Factory Builder
15/07/2012 à 10:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les présidents soudanais Omar el-Béchir et sud-soudanais Salva Kiir se serrent la main. Les présidents soudanais Omar el-Béchir et sud-soudanais Salva Kiir se serrent la main. © AFP

Les présidents soudanais Omar el-Béchir et sud-soudanais Salva Kiir se sont rencontrés, en tête-à-tête, samedi soir dans un hôtel d'Addis Abeba, pour la première fois depuis les combats frontaliers ayant opposé les armées des deux pays entre mars et mai, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les deux présidents, qui s'étaient rencontrés directement pour la dernière fois officiellement lors du dernier sommet de l'Union africaine (UA), en janvier, se sont serré la main à l'issue de cette rencontre dans une chambre d'un grand hôtel de la capitale éthiopienne, selon cette journaliste.

En sortant, tous deux arboraient un large sourire et ni l'un ni l'autre n'ont fait de déclaration.

Selon un membre de la délégation soudanaise ayant requis l'anonymat, les deux chefs d'Etat ont discuté un peu plus d'une heure. Le contenu exact de leur entretien n'a pas été précisé. Ils ont d'abord discuté en présence de conseillers, puis se sont entretenus en tête-à-tête. "Ils se sont rencontrés (...) et ça a été un bon entretien", a déclaré à la presse le négociateur en chef du Soudan du Sud Pagan Amum, après la rencontre.

M. Amum a affirmé que les deux chefs d'Etat avaient trouvé des "accords de principe" sur toutes les sujets de tension en suspens entre les deux pays, estimant que la rencontre avait "créé un environnement favorable".

Plus tôt dans la journée, MM. Kiir et Béchir s'étaient déjà retrouvés dans la même pièce, lors d'une réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA, notamment consacrée aux tensions entre les deux pays, persistantes depuis la partition du Soudan en juillet 2009.

Les deux hommes étaient arrivés à plusieurs dizaines de minutes d'intervalle et étaient repartis séparément, prenant apparemment soin de s'éviter. D'après un participant, lors de cette réunion du CPS tenue à huis clos, les deux hommes, placés chacun d'un côté de la salle, ont prononcé tour à tour un discours mais ne se sont pas parlé directement.

Ultimatum de l'ONU

Les tensions entre les deux pays ont dégénéré entre mars et mai en combats frontaliers, d'une ampleur inégalée depuis que Juba a proclamé son indépendance après près d'un demi-siècle de guerres civiles contre Khartoum.

Les négociations entre les deux pays, sous l'égide de l'UA, n'ont pour l'heure débouché sur aucun réel progrès. Un nouveau cycle a repris le 12 juillet, à Bahar Dar, dans le nord-ouest de l'Ethiopie.

L'UA et l'ONU ont donné jusqu'au 2 août aux deux Soudans pour régler leurs différends - tracé de la frontière, ressources pétrolières et statut de zones contestées notamment -, sous peine de sanctions. M. Amum a dit samedi soir espérer que les deux pays puissent parvenir à un accord avant cette date. "Le temps de la décision est venu", a-t-il estimé.

En janvier, Juba, qui a récupéré lors de la sécession 75% du pétrole du Soudan d'avant la partition mais reste tributaire des oléoducs du nord pour l'exporter, a stoppé sa production de brut, accusant Khartoum de détourner son pétrole sur fond de différend sur les redevances de transit. Cette décision a sérieusement dégradé les économies des deux voisins.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

En marge de la conférence internationale sur les minerais de conflit qui s'ouvre le 3 novembre à Kinshasa, Global Witness a accusé vendredi des militaires congolais de continuer à se livrer au commerce [...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide[...]

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme[...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents[...]

Ebola - Report de la CAN 2015 : la CAF dément "l'accord de principe"

La Confédération africaine de football (CAF) a démenti vendredi "l'accord de principe" annoncé par un quotidien marocain à propos d'un report de la Coupe d'Afrique des nations en raison[...]

Nigeria : triple attentat à Gombe, au moins 8 morts et 34 blessés

Trois bombes ont explosé vendredi matin à une heure de grande affluence dans une gare routière de Gombe, dans le nord-est du Nigeria. Le triple attentat a causé la mort d'au moins huit personnes et fait[...]

Somalie : l'Amisom juge déséquilibré un rapport de HRW

La Mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom) a jugé déséquilibré un rapport de Human Rights Watch qui accuse ses soldats de viols et d'exploitation de femmes et de jeunes filles sur leurs bases[...]

Burkina : démission de Compaoré, confusion autour de la transition

Après la démission de Blaise Compaoré vendredi, le chef d'état-major des armées, le général Honoré Nabéré Traoré, a déclaré qu'il dirigera[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers