Extension Factory Builder
14/07/2012 à 11:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra (d), le 29 juin 2012 à Yamoussoukro. Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra (d), le 29 juin 2012 à Yamoussoukro. © AFP

Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra est arrivé vendredi à Paris pour annoncer au président de transition Dioncounda Traoré "sa décision de proposer une large ouverture à toutes les forces vives du pays" pour reconquérir le nord du Mali occupé par les islamistes, indique un communiqué transmis à l'AFP.

M. Diarra va annoncer à M. Traoré "sa décision de proposer une large ouverture à toutes les forces vives du pays unies de coeur et d'esprit pour la reconquête du nord du Mali", selon un communiqué du ministère de l'Information. "Dans cet esprit, le Premier ministre va s'accorder avec le Président par intérim sur une architecture gouvernementale appropriée", ajoute le texte.

"De même, le chef du gouvernement va proposer un canevas pour obtenir l'assistance de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) en vue du renforcement des capacités des forces de défense et de sécurité du Mali dans l'accomplissement de leurs tâches régaliennes" de défense du territoire, indique le communiqué.

La formation d'un gouvernement de large union est une exigence de la Cédéao qui la considère comme un préalable indispensable à la reconquête du nord du Mali occupé depuis fin mars par deux groupes islamistes armés, Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Ils en ont chassé les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), leur ex-allié indépendantiste et laïc.

Le président Dioncounda Traoré se trouve en convalescence à Paris depuis le 23 mai à la suite d'une violente agression commise deux jours auparavant dans son bureau à Bamako par une foule hostile à son maintien au pouvoir.

Le communiqué précise que M. Diarra va également rendre compte au président Traoré de ses récentes visites au Maroc, au Niger et au Sénégal.

Il "se félicite de la parfaite identité de vues entre le Mali et les pays visités et de leur engagement à aider le Mali à rétablir son intégrité territoriale et à se débarrasser des terroristes ainsi que des narcotrafiquants qui mènent des activités intolérables sur son sol", selon le texte.

3 000 hommes

La Cédéao prépare l'envoi éventuel d'une force militaire de quelque 3.000 hommes pour aider l'armée malienne à reconquérir le Nord, mais poursuit cependant des discussions avec des groupes armés sous l'égide de la médiation burkinabè dans la crise malienne.

L'envoi de troupes est soumis à une demande formelle des autorités de transition à Bamako. La Cédéao souhaite en outre un mandat de l'ONU pour intervenir, ce qu'elle n'a pas encore obtenu.

Un coup d'Etat militaire perpétré le 22 mars a accéléré la partition du Mali dont les autorités de transition, en place depuis le retrait des putschistes du pouvoir en avril, sont incapables de mettre fin à l'occupation du Nord où l'armée, démoralisée et sous-équipée, a été mise en déroute en quelques semaines.
Les autorités de transition n'arrivent pas non plus à stopper les nombreuses exactions commises à Bamako, en particulier contre des journalistes, par des hommes armés présumés proches de l'ex-junte au pouvoir du capitaine Amadou Haya Sanogo.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers