Extension Factory Builder
08/07/2012 à 17:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kofi Annan, médiateur de l'ONU pour la Syrie. Kofi Annan, médiateur de l'ONU pour la Syrie. © AFP

Le médiateur international pour la Syrie Kofi Annan est arrivé à Damas, a annoncé à l'AFP son porte-parole, Ahmed Fawzi, alors que le conflit en Syrie a encore fait au moins 37 morts dimanche.

Le médiateur international pour la Syrie Kofi Annan est arrivé à Damas, a annoncé à l'AFP son porte-parole, Ahmed Fawzi, alors que le conflit en Syrie a encore fait au moins 37 morts dimanche. "L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe est arrivé ce soir à Damas pour des entretiens avec le président Bachar al-Assad", a déclaré ce porte-parole sans autres précisions. Il s'agit de la troisième visite de M. Annan en Syrie depuis qu'il a été désigné pour tenter de résoudre la crise en cours depuis mars 2011.

Dans le même temps, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé à une transition politique dans ce pays pour épargner "une agression catastrophique" et répété que les jours des soutiens au régime du président Bachar al-Assad étaient comptés. Si les violences cessent et qu'une transition politique est engagée, "il y aura une chance d'épargner à la nation syrienne une agression catastrophique qui serait dangereuse pour le pays mais aussi pour la région", a insisté Mme Clinton devant la presse en marge d'une conférence internationale à Tokyo.

Mais elle a estimé que Damas freinait jusqu'à présent les efforts de M. Annan. "Il n'y a eu aucun mouvement du régime syrien pour respecter" le plan de M. Annan, a-t-elle insisté.Dans une récente interview, l'émissaire international a lui-même reconnu que ses efforts avaient pour l'instant échoué et qu'il n'était pas garanti qu'ils aboutissent un jour.

Kofi Annan a ainsi prôné une implication de l'Iran, un allié majeur de Damas, une idée à laquelle Américains et Européens se sont jusqu'à présent opposés, en raison notamment du conflit qui les oppose à Téhéran sur son programme nucléaire. Le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Jihad Makdissi, avait annoncé plus tôt dimanche à l'AFP que M. Annan était attendu lundi à Damas, "dans le cadre de sa mission, pour des discussions avec les responsables syriens au sujet de son plan" de sortie de crise.

Sur le terrain, l'armée syrienne a repris ses bombardements dans l'est et le nord du pays, et a lancé des attaques coordonnées sur Qousseir et Rastane, deux bastions rebelles dans la province de Homs (centre), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Au total, les violences ont fait au moins 37 morts, pour moitié des civils et pour moitié des combattants, a ajouté à la mi-journée l'OSDH, une organisation basée au Royaume-Uni qui s'appuie sur un réseau de militants et de témoins.

Offensive sur Qousseir

Samedi, les opérations des forces de l'ordre et les combats entre soldats et rebelles avaient fait au moins 77 morts (39 civils, 25 soldats et 13 rebelles), selon la même source. Dimanche avant l'aube, de "violents combats" ont opposé soldats et rebelles près de Qousseir, près de la frontière libanaise, tandis que l'armée pilonnait la ville et les villages environnants, a déclaré à l'AFP le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Selon un correspondant de l'AFP sur place, l'offensive a commencé samedi après-midi contre les lignes de défense établies par l'Armée syrienne libre (ASL) à Qousseir, près de la frontière libanaise. Des dizaines d'explosions ont retenti et des obus de mortier sont tombés dans le centre, où des combats ont eu lieu dans les rues.

Une attaque similaire a eu lieu à Rastane, mais les forces gouvernementales ont également dû reculer face à la résistance des rebelles, selon l'OSDH. Dans le reste du pays, cinq civils dont trois enfants ont péri dans des bombardements dans la province de Deir Ezzor (est), et six autres ont été tués par des tirs dans le village de Sahel al-Ghad (centre), selon la même source.

Depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011, les violences ont fait plus de 17.000 morts en Syrie, dont près des deux-tiers des civils non-combattants, selon un dernier bilan de l'OSDH.

Paradoxalement, ces violences se sont intensifiées depuis l'entrée en vigueur officielle le 12 avril du cessez-le-feu prévu par le plan Annan, avec près de 6.000 morts pour cette seule période, selon l'OSDH. Compte tenu des restrictions imposées à la presse par les autorités syriennes et de la décision de l'ONU de ne plus comptabiliser les morts, il est impossible d'obtenir un bilan des violences de source indépendante.

Vendredi, les pays arabes et occidentaux réunis pour la conférence des Amis du peuple syrien à Paris avaient réclamé une résolution contraignante du Conseil de sécurité de l'ONU, assortie de menaces de sanctions, pour faire plier M. Assad.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Du Nigeria au Burundi en passant par la Côte d'Ivoire et la Centrafrique, les élections présidentielles, législatives et locales sont nombreuses en 2015 sur le continent africain. "Jeune Afrique&quo[...]

Égypte : 10 à 15 ans de prison pour 68 partisans de Mohamed Morsi

La justice égyptienne a condamné mercredi 63 partisans de Mohamed Morsi à 15 ans de prison. 5 autres ont écopé d'une peine de 10 ans de détention.[...]

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Libye : Mahmoudi sous haute protection

Abdelhakim Belhaj, l'ex-jihadiste libyen réfugié en Turquie, assure que l'ancien Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi Mahmoudi, peut compter sur sa protection. Celui-ci est détenu depuis juin 2012 à[...]

Algérie : Jund al-Khilafa, des "soldats" pas si inconnus

Qui sont les terroristes de Jund al-Khilafa, qui ont exécuté l'otage français Hervé Gourdel ? Leur chef, Abdelmalek Gouri, a fait allégeance à l'État islamique.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

Algérie - O. Dehendi : "Nous avons supplié les terroristes de libérer Hervé Gourdel"

Alors que les autorités algériennes ont annoncé mardi avoir identifié des auteurs de l'enlèvement et de l'assassinat du Français Hervé Gourdel, un premier témoin s'est[...]

Des ravisseurs d'Hervé Gourdel identifiés, selon le ministre algérien de la Justice

Selon le ministre algérien de la Justice, des ravisseurs de l'otage français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité la semaine dernière en Algérie, ont été[...]

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers