Extension Factory Builder
08/07/2012 à 17:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kofi Annan, médiateur de l'ONU pour la Syrie. Kofi Annan, médiateur de l'ONU pour la Syrie. © AFP

Le médiateur international pour la Syrie Kofi Annan est arrivé à Damas, a annoncé à l'AFP son porte-parole, Ahmed Fawzi, alors que le conflit en Syrie a encore fait au moins 37 morts dimanche.

Le médiateur international pour la Syrie Kofi Annan est arrivé à Damas, a annoncé à l'AFP son porte-parole, Ahmed Fawzi, alors que le conflit en Syrie a encore fait au moins 37 morts dimanche. "L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe est arrivé ce soir à Damas pour des entretiens avec le président Bachar al-Assad", a déclaré ce porte-parole sans autres précisions. Il s'agit de la troisième visite de M. Annan en Syrie depuis qu'il a été désigné pour tenter de résoudre la crise en cours depuis mars 2011.

Dans le même temps, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé à une transition politique dans ce pays pour épargner "une agression catastrophique" et répété que les jours des soutiens au régime du président Bachar al-Assad étaient comptés. Si les violences cessent et qu'une transition politique est engagée, "il y aura une chance d'épargner à la nation syrienne une agression catastrophique qui serait dangereuse pour le pays mais aussi pour la région", a insisté Mme Clinton devant la presse en marge d'une conférence internationale à Tokyo.

Mais elle a estimé que Damas freinait jusqu'à présent les efforts de M. Annan. "Il n'y a eu aucun mouvement du régime syrien pour respecter" le plan de M. Annan, a-t-elle insisté.Dans une récente interview, l'émissaire international a lui-même reconnu que ses efforts avaient pour l'instant échoué et qu'il n'était pas garanti qu'ils aboutissent un jour.

Kofi Annan a ainsi prôné une implication de l'Iran, un allié majeur de Damas, une idée à laquelle Américains et Européens se sont jusqu'à présent opposés, en raison notamment du conflit qui les oppose à Téhéran sur son programme nucléaire. Le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Jihad Makdissi, avait annoncé plus tôt dimanche à l'AFP que M. Annan était attendu lundi à Damas, "dans le cadre de sa mission, pour des discussions avec les responsables syriens au sujet de son plan" de sortie de crise.

Sur le terrain, l'armée syrienne a repris ses bombardements dans l'est et le nord du pays, et a lancé des attaques coordonnées sur Qousseir et Rastane, deux bastions rebelles dans la province de Homs (centre), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Au total, les violences ont fait au moins 37 morts, pour moitié des civils et pour moitié des combattants, a ajouté à la mi-journée l'OSDH, une organisation basée au Royaume-Uni qui s'appuie sur un réseau de militants et de témoins.

Offensive sur Qousseir

Samedi, les opérations des forces de l'ordre et les combats entre soldats et rebelles avaient fait au moins 77 morts (39 civils, 25 soldats et 13 rebelles), selon la même source. Dimanche avant l'aube, de "violents combats" ont opposé soldats et rebelles près de Qousseir, près de la frontière libanaise, tandis que l'armée pilonnait la ville et les villages environnants, a déclaré à l'AFP le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Selon un correspondant de l'AFP sur place, l'offensive a commencé samedi après-midi contre les lignes de défense établies par l'Armée syrienne libre (ASL) à Qousseir, près de la frontière libanaise. Des dizaines d'explosions ont retenti et des obus de mortier sont tombés dans le centre, où des combats ont eu lieu dans les rues.

Une attaque similaire a eu lieu à Rastane, mais les forces gouvernementales ont également dû reculer face à la résistance des rebelles, selon l'OSDH. Dans le reste du pays, cinq civils dont trois enfants ont péri dans des bombardements dans la province de Deir Ezzor (est), et six autres ont été tués par des tirs dans le village de Sahel al-Ghad (centre), selon la même source.

Depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011, les violences ont fait plus de 17.000 morts en Syrie, dont près des deux-tiers des civils non-combattants, selon un dernier bilan de l'OSDH.

Paradoxalement, ces violences se sont intensifiées depuis l'entrée en vigueur officielle le 12 avril du cessez-le-feu prévu par le plan Annan, avec près de 6.000 morts pour cette seule période, selon l'OSDH. Compte tenu des restrictions imposées à la presse par les autorités syriennes et de la décision de l'ONU de ne plus comptabiliser les morts, il est impossible d'obtenir un bilan des violences de source indépendante.

Vendredi, les pays arabes et occidentaux réunis pour la conférence des Amis du peuple syrien à Paris avaient réclamé une résolution contraignante du Conseil de sécurité de l'ONU, assortie de menaces de sanctions, pour faire plier M. Assad.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

La Tunisie face à la menace terroriste à l'approche des élections

La Tunisie face à la menace terroriste à l'approche des élections

Faisant état de "menaces terroristes sérieuses" à l'approche des élections législatives et présidentielle (26 octobre et 23 novembre), le Premier ministre Mehdi Jomaa[...]

Tunisie : jasmin fané...

J'ai failli manquer à mon devoir de vous emmener faire un petit tour du côté de Hammamet, comme chaque été. Puis-je me rattraper ? Voici donc la ville symbole du tourisme tunisien et[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention[...]

Algérie : Rachid Nekkaz contre le FLN

L'homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz passe pour un original, voire un provocateur. Son dernier "coup" ? Jouer les justiciers en portant plainte contre le patron du FLN.[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex