Extension Factory Builder
08/07/2012 à 16:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats rebelles du Mouvement du 23 mars dans les collines du Nord-Kivu, le 3 juin en RDC. Des soldats rebelles du Mouvement du 23 mars dans les collines du Nord-Kivu, le 3 juin en RDC. © Melanie Gouby/AFP

Les mutins du Mouvement du 23 mars ont poursuivi dimanche leur offensive dans l'est de la République démocratique du Congo, prenant Rutshuru et deux autres localités de la province du Nord-Kivu sans rencontrer de résistance, 48 heures à peine après avoir conquis la ville de Bunagana, près de l'Ouganda.

Les mutins du Mouvement du 23 mars ont poursuivi dimanche leur offensive dans l'est de la République démocratique du Congo, prenant Rutshuru et deux autres localités de la province du Nord-Kivu sans rencontrer de résistance, 48 heures à peine après avoir conquis la ville de Bunagana, près de l'Ouganda.

Quelques dizaines de combattants du Mouvement du 23 mars (M23), bien armés, se trouvaient peu après 12H00 locales (10H00 GMT) à Rutshuru, où il n'y avait aucun soldat de l'armée congolaise (FARDC), a constaté un journaliste de l'AFP. Des mutins ont tiré des coups de feu sporadiques en l'air à la mi-journée, provoquant un mouvement de panique parmi les rares habitants encore présents dans la ville.

Peu avant Rusthuru, les localités de Ntamugenga et de Rubare, situées à moins de 10 km au sud de Rutshuru sur la route qui va à Goma (60 km plus au sud), la capitale du Nord-Kivu, sont également tombées aux mains des mutins. "Nos éléments viennent de conquérir la cité administrative de Rutshuru. Hier (samedi) soir, les FARDC sont venues dans notre position de Mbuzi. Nous avons décidé de les poursuivre, et ils ont perdu Ntamugenga, puis nous sommes descendus à Rubare. Les FARDC sont en débandade", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole du M23.

Huit blindés de la mission de l'ONU en RDC (Monusco) se sont retirés de Rutshuru pour retourner à leur base de Kiwanja -5 km au nord-, où de nombreux habitants venaient se réfugier dans un camp de déplacés attenant à la base onusienne, a constaté l'AFP.

Samedi, craignant une attaque du M23, la population de Rutshuru avait commencé à quitter la ville où les commerces avaient quasiment tous fermé. Vendredi, les mutins avaient déjà pris la ville de Bunagana, poste frontalier avec l'Ouganda -à une vingtaine du km au sud-est de Rutshuru-, mais cette fois après d'âpres combats contre les FARDC, dont 600 soldats ont fui de l'autre coté de la frontière, abandonnant de l'armement lourd et des munitions.
Plus de 230.000 réfugiés et déplacés

Un Casque bleu indien tué

Un Casque bleu indien a été mortellement blessé lors de ces affrontements. Depuis samedi, la Monusco a quitté Bunagana où elle avait renforcé sa présence ces dernières semaines pour protéger la population. Avant de prendre Bunagana et Rutshuru, les mutins, qui ont commencé à faire défection en avril, étaient cantonés depuis mai à une dizaine de km au sud de cet axe, sur plusieurs collines (Mbuzi, Tshanzu et Runyoni) dans le sud-est du parc national des Virunga, adossé à l'Ouganda et au Rwanda, où ils ont résisté aux bombardement réguliers des FARDC.

Le M23 est constitué d'ex-combattants de la rébellion tutsi congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans les FARDC dans le cadre d'un accord de paix avec Kinshasa signé le 23 mars 2009. Le M23 réclame la pleine application de cet accord, dénonçant notamment les conditions de vie des militaires.

Le général Bosco Ntaganda, ex-chef d'état-major du CNDP, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour recrutement d'enfants soldats, est accusé d'être à la tête de la mutinerie. Le M23, dirigé officiellement par le colonel Sultani Makenga, ex-N.3 du CNDP, a toujours démenti tout lien avec Ntaganda.

Samedi soir, un Conseil supérieur de la défense, présidé par le chef de l'Etat Joseph Kabila, a prononcé la radiation de l'armée de Ntaganda et des officiers supérieurs du M23, avec ordre de les rechercher pour les juger. Un récent rapport d'experts de l'ONU a affirmé que les mutins étaient soutenus par des hauts responsables rwandais, notamment le ministre de la Défense, le général James Kabarebe, et le chef d'état-major des armées, le général Charles Kayonga, qui auraient apporté "une aide directe" à la création du M23, en fournissant des armes, des munitions et des recrues. Kigali, qui soutenait à l'époque le CNDP, a toujours nié tout appui à la mutinerie et rejeté ce rapport.

Le regain de violences dans l'est de la RDC a fait plus de 200.000 déplacés et plus de 30.000 réfugiés au Rwanda et en Ouganda.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants congol[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

RDC - Football : Florent Ibenge, le plafond de verre et le tremplin chinois

En moins de deux ans, Florent Ibenge s’est construit une belle notoriété internationale, en qualifiant l’AS Vita Club pour la finale de la Ligue des champions 2014, puis en installant la RDC sur la[...]

RDC : pourquoi dix militants congolais sont-ils toujours sous les verrous ?

Arrêtés le 15 mars à Kinshasa, à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, dix militants congolais[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120708160854 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120708160854 from 172.16.0.100