Extension Factory Builder
07/07/2012 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants mutins du M23 déballent des munitions à Bunagana. Des combattants mutins du M23 déballent des munitions à Bunagana. © AFP/

Dans l'école primaire de Bunagana, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), bottes, casques, uniformes jetés à terre, témoignent de la fuite précipitée vendredi en Ouganda de 600 soldats qui tenaient ce poste-frontière, désormais aux mains des mutins du M23.

Dans l'école primaire de Bunagana, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), bottes, casques, uniformes jetés à terre, témoignent de la fuite précipitée vendredi en Ouganda de 600 soldats qui tenaient ce poste-frontière, désormais aux mains des mutins du M23. Située presque au centre de la cité, bordée par quelques maisons et des bananiers, l'école était l'une des deux bases de commandement du 42e Bataillon de la Force de réaction rapide de l'armée congolaise (FARDC).

Jeudi, les mutins du M23 (Mouvement du 23 mars), des ex-rebelles tutsi congolais du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), regroupés depuis mai dans des collines à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Bunagana, dans le parc national des Virunga, ont mené une offensive contre les FARDC.

Ils ont pris le poste frontalier tôt vendredi matin, après deux autres villages plus à l'ouest, Jomba et Chengerero, dans le territoire de Rusthuru, en province du Nord-Kivu.

Sur les bâtiments de l'école, aucun impact de balles ni de traces de combats, mais les preuves d'une "débandade" face aux rebelles, qui sont soutenus par des hauts gradés de l'armée rwandaise, selon des experts de l'ONU. Dans certaines pièces, des caisses de munitions et de médicaments, des roquettes anti-chars, mais aussi des documents militaires sont abandonnés ça et là, a constaté un journaliste de l'AFP.

Sur une petite colline qui surplombe la cité avec vue sur l'Ouganda, c'est une base stratégique laissée aussi à l'abandon, avec de l'armement lourd: lance-roquettes multiples, mortiers de 120 mm, canons anti-chars et antiaérien, etc... Sous une grande tente "FARDC", on trouve pêle-mêle des cartons de médicaments, de bouteilles d'eau, une dizaine de sacs de haricots, une quinzaine de sacs de farine de maïs, des bidons de carburant et une dizaine de caisses d'obus.

Bunagana vidée de sa population

"Les FARDC avaient attaqué notre position (sur la colline) de Chanzu. Nous les avons poursuivis et nous les avons fait descendre vers Bunagana", raconte à l'AFP le colonel mutin Antoine Manzi, chef des opérations sur place. "Avant la tombée de la nuit (jeudi) nous étions déjà aux environs de la ville. Toute la nuit on a combattu et c'est à 05H00 du matin que nous avons pris le contrôle de tout Bunagana", ajoute l'officier.

Selon la presse ougandaise, 600 soldats, dont 25 blessés, et 60 policiers congolais ont fui en Ouganda vendredi matin. Samedi, Bunagana, vidée de sa population, était silencieuse. Les commerces sont fermés et les mutins, en uniforme de l'armée congolaise, déambulent dans le centre de la cité. Quelques habitants réfugiés en Ouganda (plus de 5.000 ont fui en deux jours) font la navette pour récupérer nourriture et effets personnels.

Debout devant la porte de sa maison, Suzanne Bikoro, 28 ans, emballe des casseroles avec de la farine de maïs et quelques haricots. "J'ai fui avec mes deux enfant et mon mari, tôt le matin (jeudi) parce que les rebelles avançaient vers Bunagana", raconte-elle. "J'ai entendu des armes lourdes et j'ai eu peur. Nous avons traversé la frontière jusqu'en Ouganda. Je suis venu récupérer de la nourriture pour la cuisine", ajoute la jeune femme.

Bamas Sibomana, 36 ans, dit qu'il ne peut pas rester ici, "parce que si les FARDC reviennent pour attaquer, cela sera grave. Nous souffrons beaucoup à cause de cette guerre. En Ouganda nous n'avons pas à manger c'est pourquoi je suis revenu ici, mais je retourne bientôt là-bas", explique-t-il. A la barrière-frontière, les mutins demandent simplement à ceux qui veulent rentrer à Bunagana ce qu'ils viennent y faire.

Sur une autre colline toute proche où trône une antenne de téléphonie mobile, la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) a établi une petite base. Des Casques bleus sont installés dans un blindé léger. Lors des combats entre mutins et FARDC à Bunagana, un Casque bleu indien a été mortellement blessé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et enfant[...]

RDC : que faisaient des tenues de l'armée dans un fourgon de la Monusco à Goma ?

Des tenues de l'armée congolaise ont été retrouvées mercredi dans un fourgon de la Monusco à l'aéroport de Goma, selon plusieurs témoins sur place. Une affaire bien embarrassante[...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

RDC - Massacres à Beni : des députés réclament l'ouverture d'une enquête parlementaire

Dans un rapport, douze députés congolais, de retour de cinq jours de mission à Beni, territoire endeuillé par une série de massacres depuis début octobre, fustigent les défaillances[...]

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces