Extension Factory Builder
07/07/2012 à 17:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des couples sur une plage à Rabat, le 5 juillet 2012, au Maroc. Des couples sur une plage à Rabat, le 5 juillet 2012, au Maroc. © AFP

L'appel au meurtre lancé il y a quelques jours au Maroc par un imam radical contre un journaliste relance un débat passionnel et récurrent entre islamistes et laïcs sur la liberté sexuelle, dans un pays écartelé entre modernité et tradition.

L'appel au meurtre lancé il y a quelques jours au Maroc par un imam radical contre un journaliste relance un débat passionnel et récurrent entre islamistes et laïcs sur la liberté sexuelle, dans un pays écartelé entre modernité et tradition. Lors d'un prêche tenu fin juin à Oujda (nord-est), Abdellah Nhari, un imam connu pour ses propos radicaux et à l'emporte-pièce, a déclaré que le journaliste Elmokhtar Laghzioui "est un +dayoute+ (littéralement qui n'est pas jaloux, ou "cocu" en arabe courant, ndlr) et en islam, le +dayoute+ doit être tué".

L'imam réagissait aux propos du journaliste à une chaîne satellitaire indiquant qu'il était "favorable" aux libertés individuelles, notamment en matière sexuelle, même s'agissant de sa "mère ou soeur". Sans revenir sur ce qu'il a dit, l'imam a indiqué que ses propos n'étaient pas un appel au meurtre alors que médias et réseaux sociaux font grand cas de cette affaire.

L'affaire de l'imam, qui fait l'objet d'une enquête judiciaire, a relancé le débat sur la liberté sexuelle qui a connu un nouvel épisode après la présentation, le 16 juin à Rabat, d'une pièce de théâtre faisant l'éloge du sexe féminin, et prenant clairement le parti de la liberté des femmes.

Ce spectacle est une adaptation marocaine de la célèbre pièce théâtrale "Monologues du Vagin", écrite par l'américaine Eve Ensler en 1996 et traduite en 46 langues.

Les défenseurs de la liberté sexuelle, pour la plupart des laïcs, appellent à l'abrogation de l'article 490 du code pénal qui prévoit une peine d'un mois à un an de prison pour toute relation sexuelle extra-maritale entre deux adultes. Dans les faits, cet article est quotidiennement transgressé, les relations sexuelles en dehors du mariage étant discrètes mais largement tolérées.

L'Etat défenseur de la chasteté

"Le fait de rechigner à dépénaliser la sexualité en dehors du mariage est l'aveu même de l'hypocrise d'un Etat et d'une société", ajoute cette militante. "Nous savons tous que les relations sexuelles en dehors du mariage sont courantes au Maroc. Le fait que tout cela soit caché favorise les abus et les atteintes aux libertés individuelles", a indiqué Khadija Ryadi, la présidente de l'Association marocaine des droits humains (AMDH).

A leur tour, les conservateurs islamistes critiquent les appels à la liberté sexuelle en dehors du mariage. Le quotidien islamiste Attajdid, organe du Parti justice et développement (PJD, au pouvoir), a ainsi consacré plusieurs éditoriaux à ce débat. "Il y a un terrorisme intellectuel exercé contre les islamistes pour les empêcher de communiquer leurs points de vue quant à l'art et la création", écrivait Attajdid le 20 juin dans un éditorial.

"Les courants laïcs "utilisent la provocation et la permissivité pour des calculs qui n'ont rien à voir avec l'art et la création, afin de porter atteinte aux mouvements islamistes", selon le journal islamiste. Et El Moukri Abouzeid, député et membre dirigeant du PJD, d'enfoncer le clou: "Tout acte sexuel en dehors du mariage est considéré comme un acte de débauche, un crime".

"Ces philosophies permissives qui sont nées en Europe ont-elles amélioré les relations sociales et familiales dans ce continent? Je ne le pense pas", a-t-il ajouté. Ce débat est d'autant plus aigu que le royaume est confronté à des courants contrastés frisant parfois la schizophrénie, à l'instar de plusieurs pays arabes: un vent de liberté venu d'Occident dans une société conservatrice sur fond de religion islamique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120707170107 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120707170107 from 172.16.0.100