Extension Factory Builder
01/07/2012 à 11:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kofi Annan le 30 juin 2012 à Genève après la conclusion d'un accord sur la Syrie. Kofi Annan le 30 juin 2012 à Genève après la conclusion d'un accord sur la Syrie. © AFP

Le Groupe d'action sur la Syrie a trouvé un accord sur les principes d'une transition dans le pays, mais la presse officielle syrienne et un groupe d'opposants l'ont qualifié d'échec, et les violences sur le terrain ont rappelé qu'il serait difficilement applicable.

Les membres du Groupe d'action eux-mêmes ont divergé sur l'interprétation de l'accord, les Etats-Unis estimant qu'il ouvrait la voie à l'ère "post-Assad" tandis que la Russie et la Chine, alliés du président Bachar al-Assad, réaffirmaient qu'il revenait aux Syriens de choisir leur avenir.

Au même moment, une explosion, vraisemblablement provoquée par un obus, a tué 30 personnes qui participaient à un cortège funéraire à Zamalka, à 10 km à l'est de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Au total, les violences ont fait plus de 120 morts à travers le pays samedi. Et dimanche matin, l'OSDH déplorait déjà la mort de cinq civils dans la région de Hama (centre) et d'un rebelle dans celle de Deir Ezzor (est).

Ni les autorités syriennes ni les principales organisations de l'opposition n'ont encore officiellement réagi à l'accord conclu à Genève, qui prévoit en particulier un gouvernement de transition pouvant inclure des membres du gouvernement actuel. Mais les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation sur le terrain, ont estimé que les "tournures obscures" employées dans l'accord permettaient au régime "de jouer avec le temps pour réprimer le mouvement de révolution populaire et le faire taire par la violence et les massacres".

"La communauté internationale a une fois de plus échoué à adopter une position commune pour faire cesser les crimes du régime d'Assad", ont insisté les LCC dans leur communiqué. La presse officielle syrienne a elle aussi parlé d'"échec". "La réunion du Groupe d'action sur la Syrie à Genève hier ressemblait à une réunion élargie du Conseil de sécurité de l'ONU, où les positions des participants sont restées les mêmes", selon le journal du parti au pouvoir, al-Baas.

"Consentement mutuel"

"Aucun règlement de la crise n'aboutira s'il n'est pas basé sur l'avis du peuple syrien, source de la légalité. Les Syriens sont capables d'engager un dialogue national où il n'y a pas de place pour les pays voisins et les autres pays plus lointains, en particulier ceux qui incitent à tuer les Syriens", insiste un éditorial du journal.

Samedi à Genève, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis, Chine, Russie, France et Grande-Bretagne) mais aussi la Turquie et des pays représentant la Ligue arabe se sont accordés sur les principes d'une transition en Syrie, où la révolte contre M. Assad tourne au conflit armé.

L'accord prévoit un gouvernement de transition qui "pourra inclure des membres du gouvernement actuel et de l'opposition et d'autres groupes, et doit être formé sur la base d'un consentement mutuel", a expliqué l'émissaire international Kofi Annan, architecte de la réunion, en précisant que l'avenir de M. Assad serait l'affaire des "parties syriennes". Mais pour la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, "Assad doit partir".

Côté russe et chinois, le propos était différent. Une transition doit être décidée par les Syriens, a insisté le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, excluant par avance tout recours au chapitre 7 de la Charte de l'ONU, qui permet un recours à la force, pour faire pression sur Damas. Désormais, le Conseil de sécurité devrait être saisi pour donner plus de poids à l'accord, qui prévoit ensuite l'application du cessez-le-feu officiellement en vigueur depuis le 12 avril, ainsi que la nomination de représentants du gouvernement et de l'opposition pour préparer la transition.

M. Annan a indiqué qu'il comptait se rendre à Damas mais qu'aucune date n'avait encore été fixée. En plus de 15 mois de révolte, la répression et, depuis quelques mois, les combats entre armée et rebelles ont fait plus de 15.800 morts, en majorité des civils, selon l'OSDH, basée au Royaume-Uni et s'appuyant sur un réseau de militants et de témoins. Depuis deux semaines, les bilans quotidiens fournis pas l'OSDH dépassent souvent, et parfois largement, la centaine de morts.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de retr[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex