Extension Factory Builder
01/07/2012 à 10:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran d'une vidéo montrant des islamistes armés patrouillant dans une rue de Gao. Capture d'écran d'une vidéo montrant des islamistes armés patrouillant dans une rue de Gao. © AFP

Au moins 35 personnes, dont des civils, ont été tuées dans les violents combats ayant opposé cette semaine des islamistes et des rebelles touareg à Gao, dans le nord malien sous contrôle de groupes armés, selon un nouveau bilan communiqué samedi à l'AFP par une source hospitalière.

"Il y a eu au moins 35 morts" lors des combats, "parce qu'on n'avait pas compté ceux qui sont tombés dans le fleuve Niger et les blessés qui sont morts par la suite", a affirmé à l'AFP un médecin de retour de cette ville située sur le fleuve Niger. Il a été joint par téléphone à Bamako. "Il y a eu au moins 35 morts, ça c'est sûr. Dans des poches de trois combattants tués, on a retrouvé des cartes d'identité nigérienne", a-t-il ajouté, sans préciser leur camp.

Le précédent bilan établi de sources concordantes était d'au moins 20 morts. Le Comité international de Croix-Rouge (CICR) a évoqué 41 blessés par balle admis à l'hôpital de Gao après des "manifestations de rues et combats entre groupes armés" les 26 et 27 juin.

La rébellion touareg du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) a affirmé vendredi dans un communiqué avoir dénombré quatre morts et dix blessés dans ses rangs, et fait "plusieurs dizaines de morts" dans le camp de ses adversaires islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). D'après plusieurs témoins et d'après des vidéos que s'est procurées l'AFP, les combats ont été violents entre ces anciens alliés, qui avaient pris le contrôle de Kidal (extrême nord-est), Gao (nord-est) et Tombouctou (nord-ouest). A l'issue des affrontements, des habitants ont exprimé leur soutien aux jihadistes.

Sur une des vidéos, on voit des combattants en turban, armés de fusils d'assaut et de lance-roquettes, un "technical" (pick-up armé) avec le drapeau noir des jihadistes rouler à tombeau ouvert dans la ville. Des jihadistes lançaient "Allah akbar !" ("Dieu est grand", en arabe) pendant les échanges de coup de feu et après la bataille. Des habitants leur ont exprimé leur soutien, certains courant le long de leur véhicule. On voit également des personnes emporter des meubles d'anciens bâtiments officiels qui étaient occupés par le MNLA. Sur la seconde vidéo de Gao, on entend des jeunes crier "Vive le Mali!" et chanter l'hymne national sur une place publique après les combats.

Lourde défaite pour le MNLA

Le Mujao, issu d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) très présente dans le nord malien, a affirmé avoir infligé une lourde défaite au MNLA, qu'il a chassé de la ville, ce qu'ont confirmé de nombreux témoins. Des chefs du MNLA ont été blessés, tués ou contraints à la fuite. Parmi les blessés, figure son secrétaire général Bilal Ag Achérif, évacué au Burkina Faso, pays médiateur pour une sortie de crise au Mali.

Selon plusieurs autres témoins, ce mouvement a également été contraint de se retirer jeudi de ses dernières positions dans la ville de Tombouctou et ses alentours sur injonction d'Ansar Dine, un groupe islamiste dirigé par un chef touareg malien et allié d'Aqmi. Ansar Dine a détruit samedi trois des mausolées de saints musulmans de Tombouctou, ville mythique classée patrimoine mondial en péril, ce que l'Unesco a qualifié de "nouvelle tragique" alors que Bamako a dénoncé une "furie destructrice" et des actes assimilables "à des crimes de guerre".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers