Extension Factory Builder
30/06/2012 à 16:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Abbou,le 15 mai 2012 à Tunis. Mohamed Abbou,le 15 mai 2012 à Tunis. © AFP

Le ministre tunisien chargé de la réforme administrative, Mohamed Abbou, a annoncé samedi sa démission, estimant ne pas disposer des moyens nécessaires pour exercer ses prérogatives dans la lutte de la corruption administrative.

"Les accords conclus avec le gouvernement concernant mes prérogatives n'ont pas été respectés, donc j'ai décidé de rester chez moi", a précisé M. Abbou sur les ondes de la radio privée tunisienne Mosaïque. "J'ai tenté durant toute la période précédente de convaincre le chef du gouvernement Hamadi Jebali que, sans ces prérogatives, je ne peux pas travailler", a-t-il encore ajouté, précisant qu'il "ne retournera plus au gouvernement".

"Après avoir présenté ma démission au chef du gouvernement le 24 mai, ce dernier m'a convoqué une semaine après pour me dire que je vais bénéficier des prérogatives qu'il faut dans ma mission. Il faut dire que le chef du gouvernement ne m'a rien donné par écrit. Et les dossiers de la corruption dans l'administration sont d'une rare ampleur et les corrompus sont toujours là, actifs", a souligné M. Abbou.

Contexte de crise politique

L'agence officielle TAP a confirmé aussi que les raisons de la démission de M. Abbou, également secrétaire général du parti politique le Congrès pour la République, un partenaire d'Ennahda, mouvement islamiste au pouvoir, "sont liées à une controverse relative à ses prérogatives". Cet avocat et défenseur des droits de l’homme est le fondateur de l’Association internationale de soutien aux Prisonniers Politiques (Aispp), membre du Conseil National pour les Libertés en Tunisie (Cnlt).

Il a connu les geôles du président déchu Ben Ali durant deux ans et demi pour "la publication d’écrits de nature à troubler l’ordre public", avant d'être libéré en 2007 à la suite d'une grâce présidentielle. La démission de M. Abbou intervient dans un contexte de crise politique entre le gouvernement et la présidence après l'extradition de l'ex Premier ministre libyen Al-Baghdadi Al-Mahmoudi.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : les familles des martyrs de la révolution réclament plus de justice

Tunisie : les familles des martyrs de la révolution réclament plus de justice

Les familles des martyrs de la révolution se mobilisent ce mercredi dans la capitale tunisienne. Objectif : protester contre la sentence rendue en appel, le 11 avril, par le tribunal militaire de Tunis contre d'ex-responsa[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Stéphanie Pouessel : "Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme"

Docteur en anthropologie, Stéphanie Pouessel a dirigé l’étude "Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires", publié aux éditions Karthala en 2012. Résidente en Tunisie[...]

Microsoft : Jamel Gafsi, numéro 8

Tunisien formé en Allemagne et en France, Jamel Gafsi dirige le Centre d'ingénierie de Microsoft, à Issy-les-Moulineaux. Portrait.[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Street art : Zoo project en toute liberté

L'artiste franco-algérien qui avait rendu hommage aux martyrs de la révolution tunisienne a été retrouvé mort.[...]

Algérie - Tunisie : quand le business finance le terrorisme

En Tunisie, non loin de la frontière avec l'Algérie, le massif du Chaambi sert de repaire à des contrebandiers et à des groupes armés. Et souvent le business finance le terrorisme.[...]

Tunisie : avec Jomâa, la revanche des diplomates

Mis à rude épreuve par les errements de l'ex-troïka au pouvoir, ils forment désormais l'ossature du gouvernement de Mehdi Jomâa, qui a fait de la restauration de l'image de la Tunisie l'une[...]

Leekens en Tunisie : "Il faut regagner la confiance des supporteurs"

Nommé sélectionneur de la Tunisie pour les deux prochaines années, le Belge Georges Leekens s’est installé à Tunis afin de préparer les qualifications pour la CAN 2015 au Maroc.[...]

Tunisie : à Ben Guerdane, un vent de colère souffle sur la route de la contrebande

La fermeture prolongée du poste-frontière de Ras el-Jdir, entre la Tunisie et la Libye, nuit gravement à l'économie de la région de Ben Guerdane, fondée sur la contrebande d'armes et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers