Extension Factory Builder
24/06/2012 à 10:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président gabonais Ali Bongo lors du New York Forum Africa, le 10 juin 2012 à Libreville. Le président gabonais Ali Bongo lors du New York Forum Africa, le 10 juin 2012 à Libreville. © AFP

L'opposition gabonaise a menacé samedi de boycotter les élections locales de 2013 si elle n'obtenait pas une application plus large de la biométrie, au cours d'une conférence de presse qui a rassemblé toute ses composantes.

L'opposition demande que le projet d'introduction de la biométrie dans le processus électoral ne concerne pas uniquement l'enrôlement lors de la création de la liste électorale, mais aussi un processus d'authentification de chaque électeur lors du vote.

"Nous déclinons notre responsabilité sur les conséquence à venir si le pouvoir persiste dans son refus de prévoir l'authentification des électeurs dans les bureaux de vote", a affirmé Louis Gaston Mayila, président de l'Union pour la nouvelle république (UPNR) et ancien ministre de l'Intérieur.

M. Mayila a souligné que l'opposition ne participerait pas à la commission technique mise en place par le ministère de l'Intérieur tant que cette disposition ne serait pas mise en oeuvre. "On nous demande de nous marier avec une femme qui serait couverte de la tête aux pieds. On nous dit +mariez-vous, vous la verrez une fois rentré à la maison, une fois le mariage terminé+", a-t-il ironisé.

"Nous ne voulons pas être une simple caution", a affirmé de son côté Richard Moulomba, une figure de l'opposition. Il a soulevé d'autres problèmes à régler, comme l'achat de voix ou l'accès par le seul gouvernement au fichier électoral biométrique informatisé. "C'est comme si vous laissiez un mouton dans une cage avec une panthère", a-t-il dit.

"Les dés sont déjà pipés"

Le président de l'Union nationale (UN, dissoute par les autorités en 2011), Zacharie Myboto, a lancé: "Si toutes les conditions ne sont pas réunies, ne nous demandez pas d'aller aux élections alors que les dés sont déjà pipés".

Le ministre de l'Intérieur Jean-François Ndongou avait assuré début juin: "le recours à la biométrie participe à la quête permanente d'élections justes et transparentes (...) et vise à la consolidation de l'Etat de droit".

Depuis 1990, les résultats des élections sont systématiquement contestés par l'opposition. Une partie de l'opposition, qui réclamait la biométrie, a boycotté les législatives de décembre 2011 qui ont vu une écrasante victoire de la majorité présidentielle.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Gabon

Gabon - Jean Rémy Ossibadjouo  : Franceville, 'un paradis pour jeunes médecins'

Gabon - Jean Rémy Ossibadjouo : Franceville, "un paradis pour jeunes médecins"

Pôle sanitaire de référence au Gabon, le centre hospitalier régional de Franceville est moderne et bien coté. Mais souffre d'un manque de praticiens.[...]

Gabon : Franceville blues

Dans le fief de l'ancien président gabonais Omar Bongo Ondimba, les demeures laissées à l'abandon illustrent le changement d'ère. Les cartes du pouvoir sont aujourd'hui redistribuées.[...]

Assises sociales au Gabon : un pacte en trois actes

À l'issue des Assises sociales, qui se sont tenues à Libreville les 25 et 26 avril, le chef de l'État a annoncé les mesures concrètes qu'il avait[...]

Corruption au Gabon : la fête est-elle finie ?

Les magistrats seront-ils libres de mener l'opération "mains propres" ? Une campagne anticorruption qui menace l'opposition comme la majorité.[...]

Gabon - Ali Bongo Ondimba : "Le temps de l'impunité est révolu"

Bilan, gouvernement, réformes, opposition, présidentielle 2016, corruption, Centrafrique, France... Cinq ans après son élection, le chef de l'État gabonais s'explique.[...]

Gabon : ministres en sursis

Une demi-douzaine de ministres gabonais sont menacés de limogeage, pour différentes raisons. Explications.[...]

Gabon : Minkébé, dernière frontière sauvage

Le parc national de Minkébé est l'un des rares à être inhabité. Afin de préserver ses richesses, les brigades de la jungle ne doivent jamais baisser la garde.[...]

Gabon : septentrion désenchanté

Chômage, sida, exode rural... La province gabonaise a perdu de son panache. Elle reprend peu à peu des couleurs grâce à la relance des activités économiques et à la mise[...]

Gabon : un système de santé encore fébrile

L'État a investi massivement dans les hôpitaux et les centres de santé sur tout le territoire. Reste à trouver les médecins qualifiés et le personnel soignant pour les faire[...]

Gabon : Ona Ondo, Monsieur Loyal

Le troisième Premier ministre, Ona Ondo, d'Ali Bongo Ondimba doit mettre en oeuvre le nouveau contrat social et regagner sa province d'origine, le Woleu-Ntem, à la cause présidentielle.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers