Extension Factory Builder
23/06/2012 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre malien par intérim Cheikh Modibo Diarra (g) en visite au Burkina Faso. Le Premier ministre malien par intérim Cheikh Modibo Diarra (g) en visite au Burkina Faso. © AFP

La négociation est la "première option" pour résoudre la crise dans le nord du Mali, contrôlé par des groupes armés, a déclaré vendredi le Premier ministre par intérim Cheikh Modibo Diarra, reçu par le président burkinabè et médiateur Blaise Compaoré.

"Nous avons toujours dit (...) que la négociation est notre première option", a indiqué M. Diarra à l'issue d'un entretien au palais présidentiel de Ouagadougou avec M. Compaoré, médiateur de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) dans la crise au Mali.

"Nous n'avons ni peur ni honte de négocier parce que nous avons affaire à des compatriotes maliens", a-t-il poursuivi en référence aux groupes armés.

"Nous avons dit en son temps que nous ne voulions pas nécessairement la guerre" mais que, "si la négociation n'était pas possible, nous étions prêts" à une "guerre qui mettrait fin à la guerre", a-t-il souligné.

Au terme d'une tournée dans des pays concernés par la crise qui l'a conduit en Algérie, en Mauritanie et en France, le Premier ministre malien a précisé être venu chez M. Compaoré voir "les opportunités de négociation afin qu'au niveau gouvernemental le Mali décide de ses options".

Sa visite au Burkina Faso survient au moment où deux des mouvements armés qui contrôlent le Nord malien depuis fin mars ont des délégations à Ouagadougou depuis plusieurs jours: les islamistes d'Ansar Dine et la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

Discussions

A l'issue d'une rencontre lundi avec M. Compaoré, la délégation d'Ansar Dine avait annoncé accepter la médiation du président burkinabè qui, de son côté, a appelé ce groupe à rompre avec les "terroristes" d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ses alliés avec lesquels il est en position de force dans le Nord.

Les représentants d'Ansar Dine ont poursuivi cette semaine leurs discussions avec des collaborateurs de M. Compaoré, et réitéré leur principale exigence, l'application de la charia (loi islamique) au Mali.

Dans le même temps, la Cédéao prépare l'envoi éventuel d'une force de quelque 3.300 hommes au Mali. La France a dit mardi s'attendre à une décision rapide du Conseil de sécurité de l'ONU soutenant ce projet de l'Union africaine et de la Cédéao.

A Bamako, les autorités maliennes de transition peinent par ailleurs à s'affirmer face à la junte responsable du coup d'Etat militaire du 22 mars, qui a officiellement rendu le pouvoir mais reste influente.

Frappé et blessé le 21 mai par des manifestants hostiles à son maintien au pouvoir pour un an, le président de transition Dioncounda Traoré est depuis le 24 mai en France où il a reçu des soins.

Il "poursuit sa convalescence à Paris" et "a un moral d'acier, il a envie de retourner dans son pays", a assuré vendredi à Ouagadougou le porte-parole du gouvernement malien, Hamadoun Touré.

Le Premier ministre malien et son équipe doivent quitter Ouagadougou samedi.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers