Extension Factory Builder
17/06/2012 à 11:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Français dans l'isoloir, le 17 juin 2012 à Hénin Beaumont. Des Français dans l'isoloir, le 17 juin 2012 à Hénin Beaumont. © AFP

Les Français votent depuis dimanche matin pour le second tour des élections législatives, l'occasion pour la gauche de donner au président François Hollande une majorité à l'Assemblée nationale et pour la droite de limiter les dégâts un mois après la présidentielle.  

Seuls 36 des 577 sièges avaient été attribués dès le premier tour dimanche dernier. Le vote concerne donc encore 541 circonscriptions.

Comme à son habitude, François Bayrou, président du MoDem, a été l'un des premiers à voter, dans son fief des Pyrénées-Atlantiques où il joue son avenir politique dans une triangulaire.

Marie-Arlette Carlotti (PS), ministre déléguée en charge des personnes handicapées, en situation délicate à Marseille, Gilbert Collard, candidat FN dans le Gard, ou Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP), députée sortante de l'Essonne, ont également voté peu après l'ouverture du scrutin.

Six semaines après l'élection de François Hollande à la présidence de la République, le principal enjeu du scrutin est de savoir si le PS obtiendra seul la majorité absolue à l'Assemblée nationale, qui est de 289 sièges.

« Rien n'est joué, les législatives précédentes l'ont prouvé, de nombreux sièges peuvent se jouer à quelques dizaines de voix. Il faut mobiliser » et donner une majorité à François Hollande pour lui permettre de « tenir ses engagements », a martelé entre les deux tours le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Abstention record

L'abstention avait atteint le taux record de 42,77% au premier tour. Elle pourrait être une clé du scrutin et droite et gauche ont appelé à la mobilisation. Parmi les 36 députés élus dimanche dernier, figurent 23 PS, une DVG, un EELV, et à droite 7 UMP, deux élus du Parti radical, un Nouveau centre et une DVD. Dix femmes font partie de ces élus. Et trois d'entre eux entameront leur premier mandat.

L'ensemble de la gauche (PS, EELV et Front de gauche) a totalisé 46,7% des voix au premier tour, contre 34,1% des voix pour la droite parlementaire (UMP, alliés). Cette dernière est confrontée à la bonne tenue du Front national qui, à 13,6%, a réalisé un de ses meilleurs scores à des législatives. L'UMP a choisi de répondre à la pression de l'extrême droite par le « ni-ni » : ni Front national, ni Front républicain avec la gauche. Elle a affiché sa fermeté à l'égard de ses candidats qui, localement, contestent cette ligne officielle.

Les bureaux de vote de métropole ont ouvert à 08H00. Le scrutin avait commencé dès samedi pour les Français d'outre-mer et les expatriés sur le continent américain. 43,15 millions d'électeurs doivent désigner les 541 députés à élire.

En Nouvelle-Calédonie, la participation était quasiment identique à celle du premier tour une heure avant la clôture du scrutin (38,63%, contre 38,9%). Elle était supérieure de cinq points à Wallis et Futuna (68,52%, contre 63,53%). En Guyane, elle s'affichait en deçà de celle du premier tour, d'environ dix points.

Trente-quatre triangulaires vont être disputées, dont 28 avec la présence de candidats FN. Par ailleurs, dans une quinzaine de circonscriptions, les électeurs ne peuvent voter que pour un seul candidat, en raison des accords de désistement.

Le tweet de Valérie Trierweiler

L'entre-deux-tours a été marqué par plusieurs polémiques. La gauche a accusé l'UMP de préparer « une alliance stratégique » avec le Front national. A gauche, un tweet d'encouragement envoyé par Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, au rival dissident de Ségolène Royal à La Rochelle a provoqué la consternation au PS. Les sondages donnent Mme Royal perdante.

En revanche, le FN espère faire son retour à l'Assemblée où il n'a plus d'élus depuis 1998. Sa présidente, Marine Le Pen, qui a défait au premier tour le leader du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a des chances de l'emporter à Hénin-Beaumont.

EELV peut envisager entre 13 et 20 sièges et obtenir son propre groupe parlementaire. Cela semble plus difficile pour le FG, crédité de 8 à 10 sièges. Il faut 15 députés pour créer un groupe.

Alors que Jean-Marc Ayrault et cinq des 24 ministres candidats ont été élus dès le premier tour, les autres sont en ballottage favorable. Le Premier ministre a annoncé que les membres du gouvernement qui seraient battus devraient quitter son équipe.

L'ex-Premier ministre François Fillon, ancien élu de la Sarthe, se présente à Paris, où il est arrivé en tête dans la 2e circonscription (48,6%). La situation est plus incertaine pour l'ancien ministre de la Santé, Xavier Bertrand (Aisne), et pour NKM.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120617112958 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120617112958 from 172.16.0.100