Extension Factory Builder
16/06/2012 à 10:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le procureur de la CPI Luis Moreno-Ocampo, le 21 avril 2012 à Tripoli. Le procureur de la CPI Luis Moreno-Ocampo, le 21 avril 2012 à Tripoli. © AFP

Les quatre membres du personnel de la Cour pénale internationale détenus depuis le 7 juin à Zenten, dans l'ouest de la Libye, ont assuré mardi à des émissaires de la Cour être "en bonne santé et bien traités", a annoncé vendredi la CPI.  

« Les fonctionnaires de la CPI ont dit être en bonne santé et bien traités », a indiqué le CPI dans un communiqué, précisant qu'une délégation de la CPI s'était « brièvement » entretenue avec les quatre prisonniers en présence de représentants des autorités locales et du procureur général libyen.

Quatre membres du personnel de la CPI, dont l'avocate australienne Melinda Taylor, qui fait partie de l'équipe de défense de Seif al-Islam, sont détenus depuis le 7 juin à Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli), où ils s'étaient rendus pour rencontrer le fils de l'ancien homme fort de la Libye.

« La CPI exprime le vif espoir que les quatre personnes détenues seront libérées sans délai », a ajouté la Cour.

Mme Taylor, qui assiste l'avocat désigné par la Cour pour représenter Seif al-Islam, est accusée d'espionnage après avoir tenté d'échanger des documents non-déclarés avec ce fils de Mouammar Kadhafi, arrêté en novembre 2011 et détenu depuis par une brigade d'anciens rebelles de Zenten.

Selon les ex-rebelles de Zenten qui détiennent celui-ci, Melinda Taylor avait avec elle une lettre codée d'un des hommes les plus recherchés par la justice libyenne, Mohammed Ismaïl, ancien bras droit de Seif al-Islam.

Une "affaire de sécurité nationale"

Âgé de 39 ans, Seif al-Islam fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI pour des crimes contre l'humanité commis pendant la révolte qui a provoqué la chute puis la mort de Mouammar Kadhafi en 2011. Tripoli et la CPI se disputent le droit de le juger.

« Les droits d'un suspect devant la CPI comprennent le droit de désigner un conseil de son choix et de disposer du temps et des facilités nécessaires à la préparation de sa défense, ainsi que le droit de communiquer librement et confidentiellement avec son conseil », a souligné la Cour.

« Ce dernier droit peut notamment couvrir l'échange de documents, ainsi que les discussions au sujet de ceux-ci, des témoins potentiels et des arguments de la Défense », a en outre expliqué la même source.

Selon le porte-parole du gouvernement libyen, Nasser al-Manaa, l'arrestation de Mme Taylor et de ses collègues, placés dimanche en détention préventive pour 45 jours par la justice libyenne, est « une affaire de sécurité nationale ».

Outre Mme Taylor, son interprète libanaise Helen Assaf et deux membres du greffe, le Russe Alexandre Khodakov, 60 ans, et le chef de la section d'aide aux conseils, l'Espagnol Esteban Peralta Losilla, 48 ans, sont détenus, selon la CPI.

Les autorités libyennes veulent juger elles-mêmes Seif el-Islam

Le représentant de la Libye auprès de la CPI, Ahmed al-Jehani, avait déjà annoncé mardi à Tripoli que des émissaires de la Cour avaient pu rencontrer leurs collègues détenus, mais n'avait rien dit quant à leur état de santé et leurs conditions de détention.

M. al-Jehani avait réaffirmé mardi que les deux hommes étaient restés en solidarité avec leurs collègues, tout en assurant qu'ils peuvent partir « quand ils le veulent ».

Les ambassadeurs de l'Australie, du Liban, de la Russie et de l'Espagne ont également rencontré mardi les quatre détenus.

Les autorités libyennes, qui souhaitent juger elles-mêmes Seif Al-Islam, ont déposé le 1er mai une requête contestant la compétence de la CPI pour poursuivre le seul fils de l'ancien dirigeant à être détenu en Libye.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pous but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

L'Italie enregistre un nombre record de migrants clandestins venus d'Afrique par la mer

Le nombre de migrants clandestins qui a traversé la Méditerranée entre l’Afrique et l’Italie a explosé au début de l'année 2015 : une hausse de 43 % par rapport à[...]

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120616105410 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120616105410 from 172.16.0.100