Extension Factory Builder
10/06/2012 à 10:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les présidents guinéen Alpha Condé (d) et nigérien Mahamadou Issoufou. Les présidents guinéen Alpha Condé (d) et nigérien Mahamadou Issoufou. © AFP

Les chefs d'Etat de Guinée et du Niger, Alpha Condé et Mahamadou Issoufou, se sont déclarés samedi, à Conakry, favorables à une intervention militaire au Mali pour chasser les putschistes de Bamako et les groupes armés touareg et islamistes qui controlent le Nord du pays.

"Il faut intervenir militairement à Bamako. Comment peut-on rentrer dans un palais présidentiel (et) malmener un président ? Si on fait ça à un président, quel est l'homme politique qui est en sécurité ?", s'est interrogé le président Alpha Condé qui s'exprimait lors d'un meeting avec son homologue nigérien.

Le président intérimaire malien Dioncounda Traoré a été agressé le 21 mai par des manifestants à Bamako. Il s'était ensuite rendu en France pour des examens médicaux et y poursuit son séjour. "La deuxième chose à faire, a insisté M. Condé, est d'intervenir militairement au Nord du Mali pour chasser les forces islamistes".

"A défaut, il faut l'intervention militaire"

De son côté, le président nigérien, évoquant la double crise au Mali, a estimé: "l'idéal serait de trouver des solutions négociées mais à défaut il faut l'intervention militaire". M. Issoufou est arrivé samedi à Conakry pour une visite de 48 heures.

Les putschistes et leur chef, le capitaine Amadou Haya Sanogo, ont officiellement quitté le pouvoir en vertu d'un accord conclu le 20 mai avec l'Afrique de l'Ouest, après le coup d'Etat du 22 mars. Mais ils restent très présents face au président intérimaire Dioncounda Traoré et au gouvernement, en place pour une transition d'un an.

Poursuite des négociations

Depuis plus de deux mois, l'immense région nord du Mali est contrôlée par le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg) et surtout Ansar Dine et son allié jihadiste d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). A l'issue d'une réunion de chefs d'Etat mercredi à Lomé, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (Cédéao) avait appelé à la poursuite des négociations avec les mouvements armés "à l'exclusion des groupes terroristes", mais aussi décidé d'une saisine du Conseil de sécurité de l'ONU en vue d'une éventuelle intervention.

Toutefois les contours, les composantes et le mandat exact d'une telle opération dans l'immense Nord malien ne sont toujours pas déterminés.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti merc[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Exclusif - Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : demande d'entraide judiciaire de la France au Mali

Rebondissement dans l'enquête sur le financement présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007. Soupçonnant certains hommes d'affaires maliens d'être[...]

Mali - OIF : Dioncounda Traoré, le lièvre de Bamako

Après des mois d'hésitations, l'ancien chef de l'État malien se lance enfin dans la course pour succéder à Abdou Diouf à la tête de l'OIF. Le soutien du président IBK[...]

Nord du Mali : deux soldats burkinabè tués, quatre blessés dans un attentat suicide

Deux soldats burkinabè de la force de l'ONU au Mali ont été tués samedi et quatre blessés dans un attentat-suicide à Ber, dans le nord du Mali, a-t-on appris de source sécuritaire[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Mali : trois jihadistes, dont un proche de l'émir d'Aqmi au Sahel, arrêtés par l'armée française

Trois présumés jihadistes, dont un proche de Djamel Okacha, ont été arrêtés par l'armée française le 10 août près de Tombouctou.[...]

Mali : Karim Keïta, ascenseur pour un novice

Le fils du président malien, Karim Keïta, déjà président de la Commission de la Défense de l'Assemblée, multiplie les interventions à l'étranger. Une manière de[...]

Mali - Yero Ould Daha : "Le Mujao nous protégeait du MNLA"

Yero Ould Daha, ancien cadre du Mujao à Gao, a rejoint le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), groupe armé opposé au MNLA qui participe aux négociations d'Alger en vue d'un accord de paix.[...]

Le Mali relâche un ex-responsable jihadiste arrêté par les militaires français

Un ancien responsable du Mujao, un groupe islamiste armé, arrêté la semaine dernière à Gao, dans le nord du Mali, par les militaires français de l'opération Barkhane, a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers