Extension Factory Builder
03/06/2012 à 15:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'écrivain congolais Emmanuel Dongala le 1er juin 2012 à Lyon, dans le sud est de la France. L'écrivain congolais Emmanuel Dongala le 1er juin 2012 à Lyon, dans le sud est de la France. © Philippe Merle/AFP

Chroniqueur des bouleversements africains depuis près de quarante ans, l'écrivain congolais Emmanuel Dongala observe avec prudence les révolutions arabes, qui lui rappellent "l'euphorie du printemps africain des années 1990" et les désillusions qui lui ont succédé.

"Avant le printemps arabe - on l'a un peu oublié -, il y eut le +printemps d'Afrique noire+, lorsque les partis uniques se sont effondrés au profit du multipartisme", observe l'auteur de 71 ans, invité des Assises internationales du roman à Lyon, dans un entretien à l'AFP.

Dans un discours fameux prononcé à La Baule en 1990, François Mitterrand avait conditionné l'aide française à la démocratisation des régimes africains, suscitant "beaucoup d'espoir", rappelle ce scientifique de formation, proche de l'écrivain Philip Roth, qui enseigne la chimie aux Etats-Unis.

Des "conférences nationales" avaient été tenues dans plusieurs pays "dans un climat euphorique", où prévalait le désir de chasser les autocrates au pouvoir, se souvient l'auteur de six ouvrages dont "Johnny Chien Méchant", saisissant portrait d'enfant-soldat adapté au cinéma en 2008.

"Partis uniques"

"Exactement comme les Egyptiens se sont unis derrière le +Moubarak, dégage!+", les Congolais "ont chassé Denis Sassou NGuesso", au pouvoir depuis 1979, au terme d'élections arrachées après de longues grèves générales, poursuit Emmanuel Dongala.

"En un mois, on a eu 70 partis. Mais faute de culture démocratique, c'était 70 +partis uniques+, alignés derrière leurs chefs. Profitant de la pagaille, les hommes forts sont revenus par le biais d'élections truquées", déplore l'écrivain, exilé depuis la guerre civile qui a déchiré le Congo en 1997.

Des romans "visant l'universel"

L'ancien militant tiers-mondiste, résolu à "tout donner" à son pays avant de se résigner à le fuir, a sympathisé pendant les Assises du roman avec l'Egyptien Alaa El Aswani, auteur de "L'immeuble Yacoubian" et chroniqueur de la révolution égyptienne.

"Le plus dur commence quand on sort de l'unanimité +contre+ quelqu'un et qu'il faut imaginer la suite", à l'image de la situation actuelle en Egypte, Tunisie et Libye, estime-t-il.

"Dans beaucoup de pays africains, on a les attributs extérieurs de la démocratie mais c'est une coquille vide. Les mêmes restent au pouvoir 20 ans et les médecins et intellectuels cherchent leur salut ailleurs", poursuit-il, même s'il y a "des progrès au Ghana et l'alternance au Sénégal".

La corruption, la confiscation des ressources pétrolières et le mépris des plus pauvres forment d'ailleurs la trame de son dernier roman, "Portrait de groupe au bord du fleuve" (2010), sur le combat de femmes casseuses de pierres pour être justement rémunérées.

L'universel

Dans ce roman comme dans les précédents, traduits dans une quinzaine de langues dont l'hébreu et le grec, les indications de lieux sont discrètes et Dongala "vise l'universel", cherchant à traduire "la condition féminine" comme il l'avait fait pour les enfants perdus ou les idéalistes post-coloniaux.

Maniant indignation et humour dans une langue attentive au quotidien, Emmanuel Dongala se définit comme "un écrivain africain faisant de la littérature tout court", pourvu qu'elle soit "ouverte sur le monde".

"Mon premier roman, +Un fusil dans la main, un poème dans la poche+ (1973) était écrit avec les tripes. Les autres sont plus mûris, mais j'y crois profondément. Je reste du côté des opprimés, même si c'est grandiloquent", résume-t-il.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Notation : 10 pays africains passés au crible

Notation : 10 pays africains passés au crible

Le Rwanda a été noté B+ par l'agence Fitch Ratings. Comment expliquer que ce pays, avec un PIB de 7,5 milliards de dollars, soit mieux noté que le Ghana (48 milliards de dollars) ou l'Égypte (272[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Congo : Annette Kouamba Matondo, caméra au poing

Déterminée et combattante, cette femme de culture installée à Brazzaville explore la société congolaise dans des courts-métrages engagés.[...]

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka.[...]

Congo Brazzaville : SNPC va lever 1,5 milliard de dollars

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) va lever 1,5 milliard de dollars. L'opération, un préfinancement pétrolier piloté par Ecobank Capital, devrait permettre à[...]

Centrafrique : ouverture à Brazzaville du "Forum pour la réconciliation nationale"

Un "Forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique" en Centrafrique se tient à Brazzaville du 21 au 23 juillet. Mais ses participants sont divisés et l'on voit mal comment les[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

Congo : le procès Ntsourou s'ouvre à Brazzaville

Plus de six mois après son arrestation, Marcel Ntsourou a été présenté mercredi matin devant la chambre criminelle de la Cour d'appel de Brazzaville. L'ancien chef adjoint des services de[...]

Bassin du Congo : le Mokélé-Mbembé, cousin africain du monstre du loch Ness ?

L'explorateur Michel Ballot est parti à la recherche du mystérieux Mokélé-Mbembé, en Afrique centrale. Il livre aujourd'hui le récit de sa longue et obsédante quête.[...]

Congo-Brazzaville : à Paris, l'opposition en exil veut forcer Sassou Nguesso au départ

Alors que le camp présidentiel évoque une modification de la Constitution pour permettre à Denis Sassou Nguesso de se représenter, l’opposition congolaise en exil a organisé un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers