Extension Factory Builder
02/06/2012 à 16:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les candidats PS et UMP des circonscriptions 'africaines'. Les candidats PS et UMP des circonscriptions "africaines". © Montage J.A.

Une semaine avant la métropole et la majorité de l'outre-mer, les Français de l'étranger et les Polynésiens sont invités ce week-end à voter pour le premier tour des législatives, un mois après l'élection à l'Elysée de François Hollande.

Une semaine avant la métropole et la majorité des outre-mer, les Français de l'étranger et les Polynésiens sont invités ce week-end à voter pour le premier tour des législatives, un mois après l'élection à l'Elysée de François Hollande. Premiers à voter des quelque 1,1 million d'électeurs expatriés, ceux de la 1ère circonscription (Etats-Unis, Canada) où 18 candidats, dont l'ancien secrétaire d'Etat UMP, Frédéric Lefebvre, se disputent leurs suffrages.

Pour la première fois, les expatriés vont pouvoir élire leurs députés, qui seront au nombre de onze dans la nouvelle Assemblée nationale. Jusqu'à présent, ils n'avaient que des sénateurs pour les représenter spécifiquement au Parlement. Autre innovation, ces électeurs ont pu voter par internet entre le 23 et le 29 mai. Près de 130.000 d'entre eux se sont laissés convaincre de participer à ce premier scrutin numérique organisé en France pour une consultation nationale.

700.000 électeurs avaient renvoyé aux autorités leur adresse e-mail pour voter numériquement, mais compte tenu du fait qu'environ 10% des adresses n'étaient pas valides, ce sont un peu plus de 600.000 électeurs qui pouvaient finalement participer au scrutin par internet. Les résultats de ce vote numérique ne seront connus qu'une fois que l'ensemble des Français de l'étranger auront voté. C'est à ce moment là qu'on pourra tenter d'apprécier s'il a favorisé la participation, en gommant l'obstacle de la distance, d'une population qui a boudé les urnes près de trois fois plus que les autres Français au second tour de la présidentielle : 57,8% d'abstention contre 19,6%.

Les expatriés peuvent voter par internet depuis 2003 pour désigner l'Assemblée des Français de l'étranger, mais c'est la première fois que cet outil est employé pour une élection nationale. Le scrutin par internet (différent du vote avec des machines à voter électroniques, assez courant en France comme à l'étranger) n'est utilisé en Europe pour l'ensemble du corps électoral que par un seul pays, l'Estonie, où un quart des votants (15% des électeurs inscrits) ont voté de cette façon lors d'élections législatives en mars 2011.

Risques de piratage

Aux Etats-Unis, pratiqué par certains états et réclamé par un nombre croissant d'électeurs, il suscite toujours les doutes de beaucoup experts, qui s'inquiètent des risques de piratage. Reste que la majorité des expatriés qui a boudé le vote numérique pourra se rendre dans les 800 bureaux de vote ouverts samedi et dimanche.

Les résultats ne sont pas attendus avant lundi soir. Au total, 178 candidats se disputent les onze nouveaux sièges de députés des Français de l'étranger. La 11e circoncription est la plus étendue. Elle regroupe 50 pays dont la Russie, la Chine, la Nouvelle Zélande et une partie de l'Asie.

Dans toutes ces circonscriptions, Nicolas Sarkozy est arrivé en tête au second tour de la présidentielle (52,3% à 62,91%, selon les zones). Aux Français de l'étranger s'ajoutent les Polynésiens, appelés aux urnes également une semaine avant la métropole et la majorité des outre-mer. Quelque 174.600 polynésiens doivent élire leurs trois députés.

La dispersion des 227 bureaux votes sur une surface équivalente à celle de l'Europe dans l'océan Pacifique, rend les opérations de vote bien complexes à organiser : dans certaines îles, il a fallu ainsi larguer la propagande électorale par avion.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Un Michel peut en cacher un autre

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers