Extension Factory Builder
27/05/2012 à 11:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des assesseurs procèdent au dépouillement des bulletins de vote, dans un bureau à Tsereoane. Des assesseurs procèdent au dépouillement des bulletins de vote, dans un bureau à Tsereoane. © AFP

Près d'un million d'électeurs ont voté samedi dans le petit royaume africain du Lesotho pour élire un nouveau parlement, lors d'un scrutin serré qui pourrait déboucher sur la première coalition gouvernementale de l'histoire du pays.

Les bureaux ont fermé à 17H00 locales (15H00 GMT), mais les personnes qui faisaient encore la queue pouvaient encore voter, ont indiqué des officiels.

Les opérations de dépouillement ont débuté immédiatement dans chaque bureau, souvent installés dans des écoles ou des églises, et les résultats devaient être centralisés à Maseru. Le résultat final sera probablement annoncé lundi.

La journée électorale s'est globalement déroulée paisiblement dans ce pays montagneux d'Afrique australe, enclavé au coeur de l'Afrique du Sud et dont la plupmart des habitants vivent dans des villages de fermiers.

Très contesté après 14 ans de pouvoir, le Premier ministre Pakalitha Mosisili demandait samedi aux électeurs de lui donner un nouveau mandat avec son nouveau parti le Congrès démocratique (DC). Il reste populaire dans les zones rurales, mais un sondage Gallup l'a récemment classé parmi les cinq dirigeants africains les plus détestés, avec seulement 39% d'opinions positives.

Menacé par une révolution de palais, Mosisili a quitté son parti, le Congrès du Lesotho pour la démocratie (LCD) en février pour fonder son propre Congrès démocratique (DC), entraînant une majorité de députés.

Il a mis en avant son bilan, en affirmant qu'il avait ramené le pays à la stabilité après des années de dictature militaire et une période monarchique agitée.

Mais beaucoup se souviennent cependant de son arrivée au pouvoir de Mosisili en 1998 lors d'élections contestées par l'opposition. Les protestations avaient été si violentes que l'Afrique du sud avait conduit une force militaire régionale pour rétablir l'ordre chez son petit voisin.

Face à lui samedi: ses anciens alliés Mothejoa Metsing, ancien ministre de la Communication et chef de file de ce qui reste du LCD, et Tom Thabane qui représente l'All Basotho Convention (ABC), principale formation d'opposition qui espère profiter de l'éclatement du LCD.

A 72 ans, M. Thabane est le plus vieux des adversaires de Mosisili, dont il a été un temps ministre des Affaires étrangères. Il est soutenu par la population urbaine à qui il promet de revoir les conditions de travail dans les usines du textile et de passer des accords avec des firmes étrangères pour l'exploitation du diamant.

Malgré l'image bucolique du pays, les électeurs demandent en priorité plus d'emplois et de meilleurs services publics.

Un quart de la population adulte est séropositive

Au Lesotho, trois quarts des habitations n'ont pas l'électricité et un tiers ne possède pas l'eau courante. Près d'un quart de la population adulte est séropositive.

Le textile et le diamant sont les principales industries, mais la main d'oeuvre est rare car beaucoup vont travailler en Afrique du Sud pays au sein duquel le Lesotho est enclavé.

"Je veux plus de cliniques, d'hôpitaux, je veux un passeport, je veux que nous enfants soient scolarisés et trouvent du travail", plaide Mamotsamai Macheli, une quinquagénaire patronne d'une petite entreprise, venue voter dans une école de Ha Mohalenyana, un village à la sortie de Maseru.

"Nous travaillons dur pour un maigre salaire et je voudrais m'exprimer pour qu'ils le sachent", déclare Momotselis Likotsi, 23 ans, employée dans une usine taïwanaise de textile pour environ 100 dollars par mois.

"Je veux vraiment un gouvernement différent", ajoute-t-elle, s'apprêtant à voter pour le LCD de Metsing.

"Je veux voir plus d'emplois. J'aimerais avoir un emploi dans la mine", ajoute un autre électeur, Rethabile Mphiphi, 18 ans, qui vote pour la première fois.

Les deux tiers des 120 députés sont élus au scrutin majoritaire, les 40 autres à la proportionnelle.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Lesotho

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Fin août, un coup d’État contre le Premier ministre Tom Thabane avait échoué. Hier, les négociateurs sud-africains ont annoncé être parvenus à mettre d’accord les[...]

Lesotho : le vice-président sud-africain annonce des législatives anticipées

Des élections législatives anticipées se tiendront vers la fin février 2015 au Lesotho selon le vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui s'exprimait lors d’un point de presse, le[...]

Lesotho : des élections législatives anticipées pour sortir de l'impasse

Les protagonistes de la crise politique au Lesotho se sont entendus sur la nécessité de convoquer des élections législatives anticipées, a annoncé mardi la ministre sud-africaine des[...]

Jacob Zuma tente de sauver l'accord de paix au Lesotho

Les dirigeants rivaux du Lesotho se sont engagés mardi à résoudre la crise politique ouverte par une tentative de coup d'État fin août, après une médiation du président[...]

Jacob Zuma attendu mardi au Lesotho

Le président sud-africain, Jacob Zuma, devrait se rendre mardi au Lesotho pour tenter une médiation entre les différents partis politiques.[...]

Lesotho : la crise expliquée en sept points clés

La confusion est totale au Lesotho. Entre les accusations de coup d'État orchestré par l'armée, la fuite du Premier ministre en Afrique du sud et la fragilité de la coalition au pouvoir, le petit[...]

Le Lesotho se dirige vers une sortie de crise sous l'égide de la SADC

La Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) a annoncé lundi une sortie de crise au Lesotho après le coup de force de l'armée : le Premier ministre en fuite rentre, des[...]

Coup d'État au Lesotho : le Premier ministre en exil demande à la SADC d'envoyer des troupes

Le ministre de la Fonction publique du Lesotho, Motloheloa Phooko, a affirmé lundi être le Premier ministre en exercice. L'actuel chef du gouvernement Thomas Thabane, réfugié en Afrique du sud à[...]

Lesotho : situation incertaine après un coup de force de l'armée

Il était difficile de savoir qui gouvernait dimanche le Lesotho, petit royaume montagneux enclavé dans l'Afrique du Sud, au lendemain d'un coup de force de l'armée contre la police qualifié de[...]

Lesotho : l'armée dément avoir mené un coup d'État

L'armée du Lesotho a formellement démenti avoir perpétré un coup d’État samedi, contrairement à ce qu'a affirmé le Premier ministre Thomas Thabane, réfugié en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers