Extension Factory Builder
20/05/2012 à 10:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats des Forces armées de la République Démocratique du Congo. Des soldats des Forces armées de la République Démocratique du Congo. © AFP

L'armée de la République démocratique du Congo et les mutins ex-rebelles se sont affrontés à l'arme lourde samedi pour le contrôle de Jomba (est), près du parc des Virunga au Nord-Kivu où les dissidents sont confinés mais résistent depuis dix jours aux attaques répétées des loyalistes.

Les affrontements ont débuté vers 04H00 (02H00 GMT) quand les mutins ont attaqué les positions des Forces armées (FARDC) dans cette zone du territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, située à une dizaine de kilomètres à l'ouest de la frontière avec l'Ouganda, selon une source militaire. Les loyalistes ont reculé d'environ deux kilomètres, permettant aux mutins d'occuper la paroisse de Jomba. Les combats se sont intensifiés en fin de matinée, et l'armée a dû user d'armes lourdes pour finalement arriver à récupérer ses positions. Les combats ont cessé en fin de journée. Un journaliste de l'AFP a pu voir six soldats FARDC blessés qui ont été acheminés à l'hôpital de Ruthuru.  "C'est l'armée gouvernementale qui a commencé à nous attaquer. Nous avons avancé un peu et récupéré des armes lourdes", a affirmé à l'AFP le porte-parole des mutins, le lieutenant-colonel Vianney Kazarana. "L'objectif n'est pas de prendre Jomba", avait-il assuré dans la matinée.

Les combats dans la zone ont fait fuir les habitants de la proche localité de Bunagana, frontalière avec l'Ouganda. "Toute la semaine il y avait des gens qui partaient, mais depuis le front ouvert samedi, la population a fui en Ouganda. C'est le désert ici maintenant. Il n'y a peut-être plus que des chiens et des militaires", a déclaré à l'AFP le chef de poste de Bunagana, Léon Bipegeka. Le regain de violences ces derniers jours dans la région a provoqué le déplacement de milliers de civils: plus de 8.200 se sont réfugiés au Rwanda depuis le 27 avril, et plus de 30.000 en Ouganda en mai, selon des chiffres communiqués mercredi par le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Alliance avec les FDLR ?

Estimés à plus de 300 selon Kinshasa, les mutins sont des anciens combattants de la rébellion tutsi-congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrée dans les FARDC après un accord de paix le 23 mars 2009. Ils ont commencé à faire défection de leurs unités au Sud et au Nord-Kivu début avril. Traqués par l'armée depuis fin avril, ils sont regroupés depuis une dizaine de jours à l'extrême nord-est d'une petite bande du parc national des Virunga, bordée par le Rwanda et l'Ouganda, à une soixantaine de km au nord-est de Goma, la capitale du Nord-Kivu. Ils sont établis sur quelques collines, dont celle de Runyonyi où se trouve leur QG, qui ont été récemment bombardées par des hélicoptères de l'armée.

Vendredi, le gouvernement les a appelés à rentrer dans le rang. Seuls les "initiateurs de la mutinerie et les criminels parmi eux" seront traduits devant la justice militaire, a déclaré le porte-parole du gouvernement Lambert Mende. Kinshasa accuse le général Bosco Ntaganda, ex-chef d'état-major du CNDP qui a fait aussi défection, d'être le meneur de la mutinerie.

Selon M. Mende, le général s'est allié avec des milices locales et un colonel de la rébellion hutu-rwandaise des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), actives au Nord et au Sud-Kivu. Les FDLR ont démenti toute alliance avec le général. Le lieutenant-colonel Kazarana se réclame, lui, du Mouvement du 23 mars (M23), créé début mai par le colonel Sultani Makenga -ex N.3 du CNDP- juste après avoir déserté. Le M23 affirme n'avoir aucun lien avec les FDLR ou Ntaganda.

Ce dernier est visé depuis 2006 par un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour enrôlement d'enfants soldats. Depuis sa fuite le général mutin aurait recruté plus de 150 mineurs et jeunes hommes, selon l'ONG Human Rights Watch (HRW). La localité de Jomba, où se déroulaient les affrontements samedi, est le fief de l'ancien chef du CNDP, le Tutsi congolais Laurent Nkunda, détenu depuis janvier 2009 au Rwanda voisin.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Centrafrique : nomination d'un nouveau gouvernement de large ouverture

Centrafrique : nomination d'un nouveau gouvernement de large ouverture

Le Premier ministre centrafricain Mahamat Kamoun a annoncé vendredi la formation d'un nouveau gouvernement de large ouverture, comptant une trentaine de ministres, dont des représentants des groupes armés et[...]

Ebola : stopper la progression de l'épidémie "prendra 6 à 9 mois", selon l'OMS

L'épidémie d'Ebola a atteint une telle vitesse de propagation qu'il faudra de six à neuf mois pour l'arrêter, a prévenu vendredi un haut responsable de l'Organisation mondiale de la santé[...]

Newton Ahmed Barry, journaliste burkinabè : "Je crains pour ma vie"

Les tensions politiques au Burkina Faso se traduisent par une insécurité de plus en plus grande pour les journalistes. Newton Ahmed Barry, le rédacteur en chef du bimensuel "L’Évenement"[...]

L'Afrique, nouveau terrain de jeu des drones ?

Livraison de colis, aide humanitaire, antennes relais... Les drones semblent bons à tout faire et l'Afrique pourrait bien devenir le terrain de jeu idéal pour expérimenter de nouvelles applications.[...]

Gabon : Jean Ping et Ali Bongo Ondimba, duel de phrases assassines

À deux ans de l'élection présidentielle, la guerre des mots est déclarée entre le président gabonais Ali Bongo Ondimba et celui qui se voit déjà comme son principal adversa[...]

Centrafrique : Mahamat Kamoun a formé son gouvernement

Quelques heures après le discours à la nation de la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, au cours duquel elle a confirmé Mahamat Kamoun au poste de Premier ministre, celui-[...]

Gaza : le Hamas exécute dix-huit "collaborateurs" d'Israël

Dix-huit hommes accusés d’avoir "collaboré" avec Israël ont été exécutés vendredi dans la bande de Gaza selon la télévision du Hamas.[...]

RDC : Jean-Claude Kifwa, le général "action, réaction" à Kisangani

Alors que Kisangani, dans le nord-est de la RDC, s’apprête à accueillir temporairement des ex-rebelles FDLR, le climat est tendu entre société civile et autorités militaires. Sur place, le g[...]

"Je vais vous tuer" : quand un policier pointe son fusil d'assaut sur des manifestants à Ferguson

Après le meurtre de Michael Brown le 9 août dernier, la ville de Ferguson, dans la banlieue de Saint-Louis, s'est transformée en poudrière. Des manifestants en colère. Une police à cran,[...]

Football : le Mondial des clubs 2014 maintenu au Maroc par la Fifa

Le Mondial des clubs 2014, avec entre autres le Real Madrid vainqueur de la Ligue des champions, pourra se tenir en décembre comme prévu au Maroc, le pays n'étant pas touché par l'épidém[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de l&[...]

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

La foire d'art contemporain de Johannesburg, la Joburg Art Fair, s'est ouverte jeudi pour trois journées d'expositions. L'occasion pour les artistes africains de révéler aux collectionneurs le potentiel de la [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers