Extension Factory Builder
19/05/2012 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre des Affaires étrangères ivoirien, Daniel Kablan Duncan. Le ministre des Affaires étrangères ivoirien, Daniel Kablan Duncan. © AFP

L'Afrique de l'Ouest cherchait samedi à Abidjan une issue à l'impasse politique au Mali et tentait d'accélérer la mise en place de la transition en Guinée-Bissau, deux pays secoués par des coups d'Etat militaires.

Plusieurs ministres des Affaires étrangères de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont entamé des travaux d'une journée, au lendemain d'une réunion centrée sur la réforme de l'organisation régionale. Vendredi, le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, dont le pays préside actuellement la Cédéao, avait employé un ton très ferme à l'égard de l'ex-junte malienne, accusée d'être responsable de l'"impasse" dans le pays et de faire preuve de "défiance" envers ses voisins.

Les ex-putschistes qui ont renversé le 22 mars le régime d'Amadou Toumani Touré restent incontournables. Bien qu'ils aient officiellement rendu le pouvoir aux civils en vertu d'un accord-cadre conclu avec la Cédéao le 6 avril, ils bloquent la transition en s'opposant au maintien du président par intérim Dioncounda Traoré, investi le 12 avril, au-delà de 40 jours, soit le 22 mai.

Après l'échec des dernières discussions, les ministres burkinabè Djibrill Bassolé et ivoirien Adama Bictogo, chevilles ouvrière de la médiation ouest-africaine, sont attendus de nouveau samedi à Bamako, selon une source proche de la médiation. Prévu par l'accord-cadre, un projet de loi accordant l'amnistie aux auteurs du coup d'Etat a été approuvé vendredi par l'Assemblée nationale. Pour les partisans comme les adversaires du putsch, c'est un pas vers la "stabilité" et la "paix". Les militaires restent toutefois largement au ban de la communauté internationale. Selon une source diplomatique malienne, un visa français demandé par le porte-parole de l'ex-junte militaire, le lieutenant Amadou Konaré, et son épouse leur a été refusé.

Force de la Cédéao à Bissau

Le défi le plus grave est cependant la partition du pays : le putsch a favorisé la chute de tout le nord du Mali aux mains de groupes armés, rebelles touareg et surtout islamistes, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Le médiateur, le président burkinabè Blaise Compaoré, a ouvert des "consultations" avec les mouvements armés.

En Guinée-Bissau, pays à l'instabilité chronique devenu depuis plusieurs années une plaque tournante du trafic de drogue entre l'Amérique du Sud et l'Europe, une force militaire de la Cédéao a commencé cette semaine à se déployer pour sécuriser les organes de transition après le coup d'Etat du 12 avril. Cette force de 639 éléments doit remplacer la très controversée mission militaire angolaise (Missang) de 600 hommes présente depuis plus d'un an. Un processus de transition politique est en cours après l'installation d'un président et d'un Premier ministre intérimaires, Manuel Serifo Mhamadjo et Rui Duarte Barros, investi jeudi.

Le nouveau Premier ministre doit désormais former un gouvernement de transition qui doit conduire à des élections générales d'ici un an. Mais l'ex-parti au pouvoir ne reconnaît pas les nouveaux maîtres de Bissau. Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé de son côté vendredi le retour immédiat à "l'ordre constitutionnel" et adopté à l'unanimité une interdiction de voyager contre cinq responsables du putsch, dont le puissant Antonio Indjaï, chef d'état-major de l'armée.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Mali : une dizaine de morts dans une attaque contre des rebelles de l'Azawad

Mali : une dizaine de morts dans une attaque contre des rebelles de l'Azawad

Dernier incident en date dans la région de Tabankort, une attaque faisant une dizaine de mort a été lancée dans la nuit de mardi à mercredi par un groupe armé progouvernemental contre de[...]

Côte d'Ivoire : important dispositif sécuritaire pour lutter contre les enlèvements d'enfants

Le gouvernement  ivoirien n'a pas attendu longtemps pour déclencher la sonnette d'alarme sur le phénomène récurent d'enlèvements d'enfants dans le pays depuis quelques mois.[...]

César : le film "Timbuktu" nommé dans huit catégories

Le drame franco-mauritanien Timbuktu a été nommé dans huit catégories pour la 40è cérémonie des César qui se tiendra le 20 février à Paris.[...]

Sommet de l'UA : les pays africains écartent l'idée d'une intervention en Libye

Réunis ce mercredi à Addis-Abeba à l'occasion du sommet de l'UA, les pays membres du groupe international de contact sur la Libye se sont prononcé en faveur d'une solution politique au détriment[...]

Congo - Centrafrique : entre Sassou Nguesso et Samba-Panza, le torchon brûle

Les relations entre la présidente de la transition centrafricaine Catherine Samba-Panza et le président congolais Denis Sassou Nguesso (DSN), médiateur officiel pour la Centrafrique, sont aujourd'hui[...]

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi[...]

Afrique du Sud : le striptease annoncé de Julius Malema

Pour le leader populiste sud-africain Julius Malema, c’est "tenue d'ouvrier ou tenue d’Adam". Puisque le parlement lui interdit le port d’un vêtement d’ouvrier au sein de[...]

RDC : et maintenant, le recensement ?

Compter les habitants du pays avant de les appeler aux urnes ? Le projet, titanesque, menaçait le respect du calendrier électoral. Les autorités ont fait machine arrière, mais un recensement demeure[...]

CAN 2015 : chapeau, Malabo !

Organisée dans l'urgence, la compétition a connu quelques ratés au démarrage. Témoignages d'entraîneurs, qui saluent finalement "l'exploit" de la Guinée[...]

Boko Haram : selon Amnesty, Abuja savait que Baga et Monguno étaient visées

L'armée nigériane aurait été avertie à plusieurs reprises de l'imminence des attaques de Boko Haram contre Baga et Monguno, qui ont fait des centaines de morts début janvier. les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120519172946 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120519172946 from 172.16.0.100