Extension Factory Builder
19/05/2012 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre des Affaires étrangères ivoirien, Daniel Kablan Duncan. Le ministre des Affaires étrangères ivoirien, Daniel Kablan Duncan. © AFP

L'Afrique de l'Ouest cherchait samedi à Abidjan une issue à l'impasse politique au Mali et tentait d'accélérer la mise en place de la transition en Guinée-Bissau, deux pays secoués par des coups d'Etat militaires.

Plusieurs ministres des Affaires étrangères de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont entamé des travaux d'une journée, au lendemain d'une réunion centrée sur la réforme de l'organisation régionale. Vendredi, le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, dont le pays préside actuellement la Cédéao, avait employé un ton très ferme à l'égard de l'ex-junte malienne, accusée d'être responsable de l'"impasse" dans le pays et de faire preuve de "défiance" envers ses voisins.

Les ex-putschistes qui ont renversé le 22 mars le régime d'Amadou Toumani Touré restent incontournables. Bien qu'ils aient officiellement rendu le pouvoir aux civils en vertu d'un accord-cadre conclu avec la Cédéao le 6 avril, ils bloquent la transition en s'opposant au maintien du président par intérim Dioncounda Traoré, investi le 12 avril, au-delà de 40 jours, soit le 22 mai.

Après l'échec des dernières discussions, les ministres burkinabè Djibrill Bassolé et ivoirien Adama Bictogo, chevilles ouvrière de la médiation ouest-africaine, sont attendus de nouveau samedi à Bamako, selon une source proche de la médiation. Prévu par l'accord-cadre, un projet de loi accordant l'amnistie aux auteurs du coup d'Etat a été approuvé vendredi par l'Assemblée nationale. Pour les partisans comme les adversaires du putsch, c'est un pas vers la "stabilité" et la "paix". Les militaires restent toutefois largement au ban de la communauté internationale. Selon une source diplomatique malienne, un visa français demandé par le porte-parole de l'ex-junte militaire, le lieutenant Amadou Konaré, et son épouse leur a été refusé.

Force de la Cédéao à Bissau

Le défi le plus grave est cependant la partition du pays : le putsch a favorisé la chute de tout le nord du Mali aux mains de groupes armés, rebelles touareg et surtout islamistes, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Le médiateur, le président burkinabè Blaise Compaoré, a ouvert des "consultations" avec les mouvements armés.

En Guinée-Bissau, pays à l'instabilité chronique devenu depuis plusieurs années une plaque tournante du trafic de drogue entre l'Amérique du Sud et l'Europe, une force militaire de la Cédéao a commencé cette semaine à se déployer pour sécuriser les organes de transition après le coup d'Etat du 12 avril. Cette force de 639 éléments doit remplacer la très controversée mission militaire angolaise (Missang) de 600 hommes présente depuis plus d'un an. Un processus de transition politique est en cours après l'installation d'un président et d'un Premier ministre intérimaires, Manuel Serifo Mhamadjo et Rui Duarte Barros, investi jeudi.

Le nouveau Premier ministre doit désormais former un gouvernement de transition qui doit conduire à des élections générales d'ici un an. Mais l'ex-parti au pouvoir ne reconnaît pas les nouveaux maîtres de Bissau. Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé de son côté vendredi le retour immédiat à "l'ordre constitutionnel" et adopté à l'unanimité une interdiction de voyager contre cinq responsables du putsch, dont le puissant Antonio Indjaï, chef d'état-major de l'armée.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Vidéo : les députés kényans en viennent aux mains lors du vote d'une loi antiterroriste

Vidéo : les députés kényans en viennent aux mains lors du vote d'une loi antiterroriste

Le vote d'une loi sécuritaire très controversée jeudi par l'Assemblée nationale kényane s'est déroulé dans un chaos indescriptible. Les membres de l'opposition dénoncent un c[...]

RDC : on marche sur la tête !

Mais à qui pensait donc Joseph Kabila lorsqu'il a prononcé cette petite phrase - c'était à Dakar, le 29 novembre, lors du sommet de la Francophonie : "Nous sommes nombreux qui, si[...]

RDC : Anderlecht refuse de laisser N'Sakala jouer la CAN

Né en France mais d’origine congolaise (RDC), Fabrice N’Sakala avait effectué les démarches pour porter le maillot des Léopards. Mais Anderlecht, le club belge qui l’emploie, lui a[...]

Niger : libération d'otages, Akotey raccroche

Après avoir accompli une vingtaine de missions dans le désert, le Nigérien Mohamed Akotey souhaite mettre un terme à ses activités de libérateur d'otages.[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo… Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Sondage : votez pour le footballeur africain de l'année 2014 !

Coupe du monde, éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015, championnats, ligues des champions... L'année footballistique a été riche en rebondissements et les joueurs ont été[...]

Nigeria : Boko Haram enlève près de 200 personnes, dont des femmes et des enfants

Les islamistes de Boko Haram ont attaqué dimanche un village dans le nord-est du Nigeria. Lors de l'assaut, 32 personnes ont été tuées et au moins autres 185 enlevées. Parmi elles figurent des[...]

Burkina : quand Zida et Kafando font le ménage dans les écuries de Compaoré

Depuis leur arrivée aux affaires, les autorités de la transition burkinabè, guidées par le Premier ministre Issac Zida et le président Michel Kafando, mènent progressivement une[...]

Cameroun : l'armée riposte à Boko Haram et tue 116 de ses combattants

Les soldats camerounais positionnés à Amchidé, à la frontière avec le Nigeria, ont "riposté" à une attaque de Boko Haram mercredi, tuant "116 islamistes", a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers