Extension Factory Builder
13/05/2012 à 16:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le logo du Sunday Times. Le logo du Sunday Times. © AFP/Archives

 Un journaliste néo-zélandais travaillant pour le "Sunday Times" a été libéré la semaine dernière après 25 jours de détention au Zimbabwe dans des conditions très éprouvantes, a révélé dimanche le quotidien dominical britannique.

 Un journaliste néo-zélandais travaillant pour le "Sunday Times" a été libéré la semaine dernière après 25 jours de détention au Zimbabwe dans des conditions très éprouvantes, a révélé dimanche le quotidien dominical britannique.

Robin Hammond, 36 ans, avait été arrêté le 16 avril dernier à 580 kilomètres au sud de la capitale Harare, à la frontière sud-africaine. Le photographe, qui a reçu plusieurs prix pour son travail pour le Sunday Times, était entré au Zimbabwe sans s'accréditer, de peur d'être refoulé. Il souhaitait faire un reportage sur la crise humanitaire dans le pays et les réfugiés fuyant vers l'Afrique du Sud.

Selon son témoignage, publié dimanche dans le dominical, il a été jeté dans une cellule bondée de la prison de Beit Bridge, avec 38 autres prisonniers en sous-vêtements, dont des adolescents, et un seul trou dans le sol de la cellule pour leurs besoins. Les couvertures étaient couvertes de poux.

"C'était comme si je m'étais trouvé dans l'une des mes photos"

"Je me suis senti vulnérable, impuissant, désespéré, à la merci d'un système où les lois sont détournées en faveur de la politique et les droits de l'homme régulièrement bafoués", a-t-il dit au journal. La police a tenté de lui faire avouer qu'il travaillait illégalement comme journaliste, par diverses intimidations, comme en battant ses co-détenus sous ses yeux.

Transféré à Harare au bout de deux semaines, il a finalement été libéré la semaine dernière grâce à l'intervention de deux ONG, selon le Sunday Times. "C'était comme si je m'étais trouvé dans l'une des mes photos", a témoigné le journaliste, qui a notamment fait des reportages sur les enfants soldats détenus dans des conditions épouvantables au Soudan.

Les médias sont très encadrés depuis une dizaine d'années au Zimbabwe. Des journaux ont dû fermer, tandis que des journalistes locaux ont été harcelés et que le pays a interdit de séjour les correspondants permanents étrangers.

Les autorités imposent aux journalistes étrangers de s'accréditer impérativement, une autorisation qui peut être difficile à obtenir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Zimbabwe

Zimbabwe : accusée de complot contre Mugabe, la vice-présidente contre-attaque

Zimbabwe : accusée de complot contre Mugabe, la vice-présidente contre-attaque

Depuis quelques semaines, les médias gouvernementaux zimbabwéens accusent Joice Mujuru de corruption et de complot contre Robert Mugabe. Lundi, la vice-présidente est sortie de son silence pour annoncer son in[...]

Zambie et Zimbabwe mettent en place un visa commun pour favoriser le tourisme

À partir du 28 novembre, la Zambie et le Zimbabwe vont lancer un visa commun destiné à promouvoir le tourisme dans la région. Un projet de la SADC majoritairement financé par la Banque mondiale.[...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide[...]

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

À la suite d'une requête d'association des droits humains, la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi pour la troisième fois à la police nationale d'ouvrir une enquête sur des[...]

Zimbabwe - Robert Mugabe : "Quand mon heure sera venue, je vous le dirai"

Robert Mugabe n'a pas l'intention de se laisser marcher sur les pieds au sein de son propre parti. Dans des images diffusées mercredi, le président zimbabwéen s'est clairement chargé de recadrer ses[...]

Zimbabwe : Dis-Grace & Bob-la-rallonge... Mugabe(s) forever ?

Jusqu’où ira la tentation oligarchique au sommet de l’État zimbabwéen ? Alors que Robert Mugabe, qui multiplie les mandats à rallonge, montre de plus en plus de signes de faiblesse, sa[...]

Sanctions de l'UE contre la Russie : Mugabe soutient Moscou

À l'issue d'un entretien accordé mardi à Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a apporté son soutien[...]

Zimbabwe : Mick Pearce et l'observation des termites

Et si les termites avaient beaucoup à nous apprendre ? Ce n'est en tout cas pas Mick Pearce qui dira le contraire ! Cet architecte né à Harare en juin 1938 et diplômé de[...]

Zimbabwe : des manifestants de l'opposition violemment réprimés par la police

La police zimbabwéenne a une fois de plus réprimé à coups de matraques une manifestation de l’opposition contre le chômage mercredi 27 août, procédant à une douzaine[...]

La vie devant elle

Avec son style enlevé et ses trouvailles littéraires, NoViolet Bulawayo montre le monde tel qu'il va (plutôt mal) à travers les yeux d'une enfant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers