Extension Factory Builder
13/05/2012 à 16:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le logo du Sunday Times. Le logo du Sunday Times. © AFP/Archives

 Un journaliste néo-zélandais travaillant pour le "Sunday Times" a été libéré la semaine dernière après 25 jours de détention au Zimbabwe dans des conditions très éprouvantes, a révélé dimanche le quotidien dominical britannique.

 Un journaliste néo-zélandais travaillant pour le "Sunday Times" a été libéré la semaine dernière après 25 jours de détention au Zimbabwe dans des conditions très éprouvantes, a révélé dimanche le quotidien dominical britannique.

Robin Hammond, 36 ans, avait été arrêté le 16 avril dernier à 580 kilomètres au sud de la capitale Harare, à la frontière sud-africaine. Le photographe, qui a reçu plusieurs prix pour son travail pour le Sunday Times, était entré au Zimbabwe sans s'accréditer, de peur d'être refoulé. Il souhaitait faire un reportage sur la crise humanitaire dans le pays et les réfugiés fuyant vers l'Afrique du Sud.

Selon son témoignage, publié dimanche dans le dominical, il a été jeté dans une cellule bondée de la prison de Beit Bridge, avec 38 autres prisonniers en sous-vêtements, dont des adolescents, et un seul trou dans le sol de la cellule pour leurs besoins. Les couvertures étaient couvertes de poux.

"C'était comme si je m'étais trouvé dans l'une des mes photos"

"Je me suis senti vulnérable, impuissant, désespéré, à la merci d'un système où les lois sont détournées en faveur de la politique et les droits de l'homme régulièrement bafoués", a-t-il dit au journal. La police a tenté de lui faire avouer qu'il travaillait illégalement comme journaliste, par diverses intimidations, comme en battant ses co-détenus sous ses yeux.

Transféré à Harare au bout de deux semaines, il a finalement été libéré la semaine dernière grâce à l'intervention de deux ONG, selon le Sunday Times. "C'était comme si je m'étais trouvé dans l'une des mes photos", a témoigné le journaliste, qui a notamment fait des reportages sur les enfants soldats détenus dans des conditions épouvantables au Soudan.

Les médias sont très encadrés depuis une dizaine d'années au Zimbabwe. Des journaux ont dû fermer, tandis que des journalistes locaux ont été harcelés et que le pays a interdit de séjour les correspondants permanents étrangers.

Les autorités imposent aux journalistes étrangers de s'accréditer impérativement, une autorisation qui peut être difficile à obtenir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Zimbabwe

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de tout[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Zimbabwe - 18 avril 1980 : Bob Marley et Mugabe célèbrent l'indépendance de la dernière colonie européenne d'Afrique

Le Zimbabwe est le dernier pays du continent à se libérer du joug du colonisateur occidental. Une indépendance arrachée dans la douleur après plus de dix années de lutte armée.[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Zimbabwe : Robert Mugabe, l'homme qui n'aimait pas les Blancs (et inversement)

Diabolisé par les Européens, le président du Zimbabwe et de l'Union africaine, Robert Mugabe, incarne jusqu'à l'obsession le rejet des anciens colons, de l'Occident et de ses diktats. Pourquoi[...]

Zimbabwe : Mugabe, un Castro africain

Ce sont les deux ultimes dinosaures de l'ère anti-impérialiste, les oubliés du grand dégel qui a suivi la chute du mur de Berlin. Même âge, ou presque, même personnalité[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers