Extension Factory Builder
21/04/2012 à 16:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation anti-régime à Talbisseh, dans la province de Homs Manifestation anti-régime à Talbisseh, dans la province de Homs © AFP

Les observateurs de l'ONU se sont rendus samedi à Homs, cible ces derniers jours de bombardements violents, avant un vote attendu au Conseil de sécurité sur le renforcement de leur mission de surveillance de la trêve violée depuis 10 jours avec plus de 200 morts.

Jusqu'ici empêchés de se rendre dans cette ville symbole du centre du pays, les observateurs ont rencontré, selon l'agence officielle Sana, le gouverneur de la province du même nom, après l'interruption du pilonnage dans la nuit de plusieurs quartiers, tenus par les rebelles, selon les militants. "Le pilonnage a cessé, l'électricité et les communications sont coupées dans la plupart des régions. Ce calme indique peut-être qu'une visite des observateurs internationaux à Homs est proche", a dit l'un d'eux, Khaled Tellaoui. Six civils ont péri vendredi à Homs, selon une ONG.

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, avait réclamé la visite "immédiate" des observateurs à Homs pour arrêter "les crimes du régime sanguinaire", l'armée tentant de reprendre le contrôle total de la ville meurtrie par des mois de bombardements. "Les corps des martyrs sont empilés dans les rues du quartier de Bayada où les destructions sont terrifiantes", a ajouté le CNS en appelant de nouveau le Conseil de sécurité "à agir de toute urgence en intervenant militairement".

Plus de 11 000 morts en 13 mois

Samedi, dans la ville proche de Qousseir, une femme a été abattue par un tireur embusqué, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Le même jour à Damas, dans le quartier de Mazzé, une "forte explosion" a été entendue sur une base militaire, ont indiqué les militants sans préciser son origine. La veille, les violences ont coûté la vie à 46 personnes -29 civils et 17 soldats-, selon l'OSDH. Au total, elles ont fait au moins 11.100 morts en 13 mois et des dizaines de milliers de personnes ont été arrêtées, selon l'ONG. Les autorités affirment avoir libéré 4.000 détenus depuis novembre.

Après avoir tergiversé, Damas a signé le protocole organisant le travail, et en particulier la liberté de mouvement, des premiers observateurs arrivés le 15 avril mais la mission élargie à 300 observateurs, si elle est votée par le Conseil de sécurité, s'annonce à haut risque. Il n'y a pas de précédent aux Nations unies de Casques bleus envoyés dans une zone de conflit sans armes et sans un accord formel de cessez-le-feu.

L'équipe de Kofi Annan "ne se fait pas d'illusions"

Le régime et l'opposition syriens s'accusent mutuellement de violer quotidiennement la trêve instaurée le 12 avril conformément au plan de l'émissaire international de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan. Le Conseil de sécurité se réunissait à 15h00 (GMT) pour en principe voter le texte autorisant le déploiement pour une période de trois mois de 300 observateurs, mais l'équipe de Kofi Annan "ne se fait pas d'illusions" sur une amélioration de la situation, a affirmé un diplomate occidental.

Elle fait valoir, selon lui, "qu'envoyer les observateurs c'est mettre le pied dans la porte" et agir comme un "élément de modération sur le comportement du régime" accusé par les Occidentaux de faillir à ses engagements depuis le début de la crise. De toute façon, "il n'y a pas de plan B", dit-il. Prendre des sanctions c'est s'exposer à de nouveaux veto russe et chinois qui ont déjà bloqué deux résolutions. Sur la mission d'observation, Moscou a proposé un texte concurrent qui ne prévoit pas de sanctions contre le régime s'il ne retire pas ses chars des villes comme réclamé par le plan de M. Annan.

"Où sont les résolutions de l'ONU ?"

L'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant a estimé que les 15 pays membres "étaient très proches d'un accord" et son homologue français Gérard Araud a dit penser "qu'il y aura un accord". L'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice a prévenu que "le Conseil pourrait autoriser tout de suite le déploiement complet des observateurs mais s'ils ne peuvent pas se déplacer librement, visiter les points chauds, ils ne seront pas efficaces".

La veille, des milliers de Syriens sont descendus dans les rues pour interpeller l'équipe restreinte d'observateurs déjà sur le terrain. "Où sont les observateurs"? "Où sont les résolutions contraignantes du Conseil de sécurité"? "Cinq observateurs pour surveiller Bachar"? étaient les slogans écrits sur des pancartes brandies par les manifestants.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Terrorisme : qui sont les groupes jihadistes attirés par l'État islamique en Afrique ?

Terrorisme : qui sont les groupes jihadistes attirés par l'État islamique en Afrique ?

Alors que 30 personnes, en majorité des militaires, sont mortes aujourd'hui dans des attaques de la branche égyptienne de l'État islamique (EI) dans le Sinaï, tour d'horizon des groupes jihadsites attir&e[...]

Algérie : Rafik Khalifa devant ses juges en mars

Le procès de l'ancien milliardaire Rafik Khalifa se tiendra en mars devant le tribunal de Blida, selon des sources judiciaires à Alger.[...]

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très[...]

Quand un hebdomadaire marocain compare François Hollande à Hitler

François Hollande grimé en Adolf Hitler à la une d'un hebdomadaire marocain paru jeudi. Un photomontage qui tombe sous le coup de la loi et qui pourrait, s'il ne faisait pas l'objet de poursuites judiciaires,[...]

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit d'Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit[...]

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes",[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120421165651 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120421165651 from 172.16.0.100