Extension Factory Builder
21/04/2012 à 16:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation anti-régime à Talbisseh, dans la province de Homs Manifestation anti-régime à Talbisseh, dans la province de Homs © AFP

Les observateurs de l'ONU se sont rendus samedi à Homs, cible ces derniers jours de bombardements violents, avant un vote attendu au Conseil de sécurité sur le renforcement de leur mission de surveillance de la trêve violée depuis 10 jours avec plus de 200 morts.

Jusqu'ici empêchés de se rendre dans cette ville symbole du centre du pays, les observateurs ont rencontré, selon l'agence officielle Sana, le gouverneur de la province du même nom, après l'interruption du pilonnage dans la nuit de plusieurs quartiers, tenus par les rebelles, selon les militants. "Le pilonnage a cessé, l'électricité et les communications sont coupées dans la plupart des régions. Ce calme indique peut-être qu'une visite des observateurs internationaux à Homs est proche", a dit l'un d'eux, Khaled Tellaoui. Six civils ont péri vendredi à Homs, selon une ONG.

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, avait réclamé la visite "immédiate" des observateurs à Homs pour arrêter "les crimes du régime sanguinaire", l'armée tentant de reprendre le contrôle total de la ville meurtrie par des mois de bombardements. "Les corps des martyrs sont empilés dans les rues du quartier de Bayada où les destructions sont terrifiantes", a ajouté le CNS en appelant de nouveau le Conseil de sécurité "à agir de toute urgence en intervenant militairement".

Plus de 11 000 morts en 13 mois

Samedi, dans la ville proche de Qousseir, une femme a été abattue par un tireur embusqué, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Le même jour à Damas, dans le quartier de Mazzé, une "forte explosion" a été entendue sur une base militaire, ont indiqué les militants sans préciser son origine. La veille, les violences ont coûté la vie à 46 personnes -29 civils et 17 soldats-, selon l'OSDH. Au total, elles ont fait au moins 11.100 morts en 13 mois et des dizaines de milliers de personnes ont été arrêtées, selon l'ONG. Les autorités affirment avoir libéré 4.000 détenus depuis novembre.

Après avoir tergiversé, Damas a signé le protocole organisant le travail, et en particulier la liberté de mouvement, des premiers observateurs arrivés le 15 avril mais la mission élargie à 300 observateurs, si elle est votée par le Conseil de sécurité, s'annonce à haut risque. Il n'y a pas de précédent aux Nations unies de Casques bleus envoyés dans une zone de conflit sans armes et sans un accord formel de cessez-le-feu.

L'équipe de Kofi Annan "ne se fait pas d'illusions"

Le régime et l'opposition syriens s'accusent mutuellement de violer quotidiennement la trêve instaurée le 12 avril conformément au plan de l'émissaire international de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan. Le Conseil de sécurité se réunissait à 15h00 (GMT) pour en principe voter le texte autorisant le déploiement pour une période de trois mois de 300 observateurs, mais l'équipe de Kofi Annan "ne se fait pas d'illusions" sur une amélioration de la situation, a affirmé un diplomate occidental.

Elle fait valoir, selon lui, "qu'envoyer les observateurs c'est mettre le pied dans la porte" et agir comme un "élément de modération sur le comportement du régime" accusé par les Occidentaux de faillir à ses engagements depuis le début de la crise. De toute façon, "il n'y a pas de plan B", dit-il. Prendre des sanctions c'est s'exposer à de nouveaux veto russe et chinois qui ont déjà bloqué deux résolutions. Sur la mission d'observation, Moscou a proposé un texte concurrent qui ne prévoit pas de sanctions contre le régime s'il ne retire pas ses chars des villes comme réclamé par le plan de M. Annan.

"Où sont les résolutions de l'ONU ?"

L'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant a estimé que les 15 pays membres "étaient très proches d'un accord" et son homologue français Gérard Araud a dit penser "qu'il y aura un accord". L'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice a prévenu que "le Conseil pourrait autoriser tout de suite le déploiement complet des observateurs mais s'ils ne peuvent pas se déplacer librement, visiter les points chauds, ils ne seront pas efficaces".

La veille, des milliers de Syriens sont descendus dans les rues pour interpeller l'équipe restreinte d'observateurs déjà sur le terrain. "Où sont les observateurs"? "Où sont les résolutions contraignantes du Conseil de sécurité"? "Cinq observateurs pour surveiller Bachar"? étaient les slogans écrits sur des pancartes brandies par les manifestants.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Sommet arabe : les chefs d'État planchent sur une force jointe

Les chefs d'État arabes ont clamé samedi à l'ouverture de leur sommet annuel en Égypte leur intention de créer une force unie pour combattre les "groupes terroristes",[...]

Égypte : sommet arabe focalisé sur la création d'une force militaire et le Yémen

La création d'une force multinationale va dominer le sommet des chefs d'Etat de la Ligue arabe qui s'est ouvert samedi en Egypte, au moment où l'intervention militaire d'une coalition arabe au Yémen contre[...]

Mauritanie : le président Aziz appelle à l'arrêt d'une grève dans une mine de fer

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé les travailleurs de la principale mine de fer de son pays, en grève depuis deux mois pour des augmentations de salaires, à "reprendre le[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

Israël : Bibi repetita

Déjouant tous les pronostics, Benyamin Netanyahou est sorti vainqueur des législatives anticipées du 17 mars, accentuant même l'emprise de son parti, le Likoud.[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120421165651 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120421165651 from 172.16.0.100