Extension Factory Builder
15/04/2012 à 16:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les délégués de l'ex-junte serrent la main à Blaise Compaoré, le président du Burkina Faso. Les délégués de l'ex-junte serrent la main à Blaise Compaoré, le président du Burkina Faso. © AFP

De difficiles discussions doivent reprendre entre l'ex-junte et la classe politique malienne à Ouagadougou pour fixer la durée de la transition et tenter d'esquisser une sortie de crise dans le Nord, coupé du monde depuis sa prise par des groupes armés.

De difficiles discussions doivent reprendre entre l'ex-junte et la classe politique malienne à Ouagadougou pour fixer la durée de la transition et tenter d'esquisser une sortie de crise dans le Nord, coupé du monde depuis sa prise par des groupes armés.

Après un long samedi d'échanges autour du président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), les débats devaient se rouvrir dimanche matin avant une "synthèse" et une déclaration finale. Mais, signe de la difficulté des dossiers sur la table, les discussions reprendront seulement à 16H00 (locales et GMT), a indiqué à l'AFP une source proche de la médiation.

D'ici là, le ministre burkinabè Djibrill Bassolé (Affaires étrangères) et le ministre ivoirien Adama Bictogo (Intégration africaine), chevilles ouvrières de la médiation, doivent rencontrer les parties pour "rapprocher les positions". La durée de la transition est l'une des pommes de discorde, après l'investiture jeudi du président par intérim Dioncounda Traoré, installé après le retrait des putschistes qui ont renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré (ATT).

Son intérim doit durer 40 jours selon la Constitution. Mais l'accord politique obtenu par la Cédéao prend acte de l'impossibilité de tenir ce délai. Des partisans de l'ex-junte souhaitent que les putschistes d'hier prennent la relève à l'issue de cette période. Mais le front anti-junte veut que le nouveau président dirige une transition de 12 ou 15 mois, que clôtureront des élections présidentielle et législatives. Un Premier ministre doté des "pleins pouvoirs" doit être désigné à la tête d'un gouvernement d'"union nationale", qui comptera probablement des militaires.

160 militaires libérés

L'urgence de la crise au nord s'impose aussi aux quelque 80 participants aux discussions de Ouagadougou. Nombreux sont ceux qui ont demandé, en cas d'échec du dialogue, une intervention militaire de la Cédéao - qui en brandit la menace - aux côtés des forces armées maliennes pour reconquérir cette partie du pays.

Le Nord est depuis deux semaines aux mains des rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et de groupes islamistes armés, en particulier Ansar Dine, appuyé par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ce qui fait craindre la création d'un Etat islamique ou une "afghanisation" de la région.

Certains proposent donc de lancer un ultimatum aux groupes armés pour les forcer à venir à la table des négociations. Afin de répondre à une situation humanitaire alarmante (manque de vivres, de médicaments...), l'idée d'ouvrir un corridor humanitaire fait son chemin. Selon Homeny B. Maiga, président de l'Assemblée régionale de Kidal (nord), Ansar Dine approuve cette idée "mais ils veulent savoir l'origine de l'aide, ils ne veulent pas l'aide venue de la France ou des Etats-Unis".

Ce groupe, dirigé par l'ex-rebelle touareg Iyad Ag Ghaly, a libéré samedi 160 militaires maliens faits prisonniers lors des combats qui ont démarré en janvier. "Les prisonniers sont en route pour Bamako", a indiqué à l'AFP un membre du Haut conseil islamique, qui a oeuvré à leur libération.

De son côté, Aqmi a envoyé au Burkina Faso qui, selon une source sécuritaire burkinabè, l'a transmise au gouvernement français, une vidéo tournée fin février dans laquelle deux otages français enlevés en novembre 2011 dans la région, Philippe Verdon et Serge Lazarevic, appellent la France à l'aide.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers