Extension Factory Builder
15/04/2012 à 10:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le père et le frère de Philippe Verdon, l'un des deux Français enlevés au Mali. Le père et le frère de Philippe Verdon, l'un des deux Français enlevés au Mali. © AFP

Une vidéo tournée fin février montre deux Français enlevés en novembre 2011 dans le nord du Mali par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), selon un journaliste de l'AFP à Ouagadougou qui a pu la visionner samedi.

Une vidéo tournée fin février montre deux Français enlevés en novembre 2011 dans le nord du Mali par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), selon un journaliste de l'AFP à Ouagadougou qui a pu la visionner samedi.

Ce document est diffusé alors que le Nord malien est depuis deux semaines entièrement aux mains de rebelles touareg et de groupes islamistes armés, dont Aqmi, qui multiplie les rapts, essentiellement d'Occidentaux, depuis plusieurs années. Sur cette vidéo tournée le 22 février, envoyée aux autorités du Burkina Faso qui l'ont transmise au gouvernement français selon une source sécuritaire burkinabè, on voit les deux otages, Philippe Verdon et Serge Lazarevic, enlevés le 24 novembre 2011 à Hombori (nord-est du Mali). Ils sont assis sur le sable devant une tente, le visage découvert et entouré d'un turban.

Visiblement affaibli, mais parlant d'une voix claire, Philippe Verdon dit être "ici dans le désert avec Aqmi dans des conditions extrêmement difficiles, notamment pour des raisons de santé". "Je suis dans un état d'affaiblissement très, très important, je suis très inquiet", dit-il, ajoutant: "je sais que je ne vais pas tenir longtemps".

Philippe Verdon lance un appel au "président français Nicolas Sarkozy: je lui demande de faire tout ce qui est en sa possibilité pour essayer de dénouer cette situation". "Les hommes d'Aqmi nous disent que les portes ne sont pas fermées dans les discussions et les négociations", ajoute-t-il. "Visiblement, ils me disent qu'il y a des moudjahidine qui sont emprisonnés en Mauritanie et au Mali. Je constate, j'ai clairement compris, qu'il y a une volonté d'apaisement de la part d'Aqmi, (...) une volonté de trouver une solution qui soit dans l'intérêt de toutes les parties", affirme-t-il.

Pas de commentaire de la France

"Aujourd'hui, nous sommes le 22 février 2012, nous sommes dans le désert et je voudrais adresser un message à ma famille, à mes enfants, à leur mère, à mon épouse, pour leur montrer que je suis vivant, qu'il ne faut pas perdre espoir et que si les bonnes volontés se mettent en marche (...) je serai très prochainement avec vous tous", ajoute Philippe Verdon.

Serge Lazarevic, qui paraît mieux se porter que Philippe Verdon, mais parle d'une voix moins claire et moins longtemps, tient des propos similaires. "Je demande à la France, au président Sarkozy, aux associations françaises, internationales et au peuple français, s'ils peuvent nous aider. Toute aide est la bienvenue, Aqmi est ouvert à la négociation", dit-il. "Je remercie aussi M. Sarkozy s'il peut faire quelque chose pour nous", insiste-t-il. "Je voudrais dire bonjour à ma famille (...) et à tous ceux que je connais pour leur dire que je suis bien vivant", dit-il.

Les deux hommes, présentés comme des géologues travaillant pour une société malienne, ont été enlevés par Aqmi dans leur hôtel à Hombori. Le ministère français des Affaires étrangères s'est refusé à tout commentaire sur cette vidéo, expliquant que "l'efficacité" repose sur "la discrétion". Le président du comité de soutien aux deux otages, Pascal Lupart, a dit attendre "d'avoir vraiment une preuve de vie aujourd'hui", en relevant qu'elle date d'il y a deux mois.

Philippe Verdon et Serge Lazarevic font partie des six otages français retenus par Aqmi. Les quatre autres, collaborateurs du groupe nucléaire Areva et de son sous-traitant Satom, ont été capturés dans le nord du Niger le 16 septembre 2010. Au total, Aqmi et un groupe considéré comme dissident, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), retiennent en otages vingt personnes, treize occidentaux et sept diplomates algériens enlevés la semaine dernière à leur consulat à Gao (nord-est du Mali).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9 affrété[...]

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers