Extension Factory Builder
07/04/2012 à 10:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une sympathisante du candidat Omar Souleimane brandit son portrait lors d'une manifestation au Caire Une sympathisante du candidat Omar Souleimane brandit son portrait lors d'une manifestation au Caire © AFP

L'annonce surprise de la candidature à la présidence égyptienne d'un pilier de l'ère Moubarak, l'ancien vice-président et chef du Renseignement Omar Souleimane, a constitué vendredi un nouveau rebondissement dans une course déjà riche en coups de théâtre.

Des centaines d'internautes égyptiens ont aussitôt exprimé sur Twitter leur stupeur --et pour beaucoup leur consternation-- de voir un proche de l'ancien président revenir sur le devant de la scène politique après la "révolution" de janvier-février 2011.

L'annonce était d'autant plus inattendue que jeudi, M. Souleimane avait dit jeter l'éponge faute d'avoir obtenu les soutiens nécessaires, alors que le dépôt des candidatures prend fin dimanche.

Mais dans un communiqué publié par l'agence officielle Mena, l'ancien vice-président de Hosni Moubarak affirme avoir répondu à "un appel" populaire.

Dans la journée, des centaines de personnes avaient manifesté dans un quartier du Caire pour l'appeler à se présenter. "Ce serait un honneur pour l'Egypte qu'Omar Souleimane soit président", a dit à l'AFP Sahar Hamed, tandis qu'un homme venu d'Alexandrie pour l'occasion assurait que M. Souleimane était "l'homme de la situation".

"L'appel que vous avez lancé aujourd'hui est un ordre et je suis un soldat qui n'a jamais désobéi à un ordre de sa vie", a affirmé l'ancien chef des très redoutés services de renseignements.

Parrainages d'électeurs

M. Souleimane a précisé qu'il devait encore obtenir les parrainages nécessaires à la validation de sa candidature, en promettant de "déployer tous les efforts possibles pour (...) pour réaliser le changement espéré, compléter les objectifs de la révolution et réaliser les espoirs du peuple égyptien".

Certains de ses partisans, rassemblés dans le quartier d'Abbassiya, ont commencé à se disperser en fin d'après-midi pour aller récolter des parrainages d'électeurs, selon un journaliste de l'AFP.

Les candidats ont besoin de 30.000 signatures d'électeurs, ou du soutien de trente parlementaires, ou de celui d'un parti représenté au Parlement.

La candidature de M. Souleimane est le dernier rebondissement en date d'une campagne émaillée de coups de théâtre.

Les Frères musulmans, première force politique du pays, avaient déjà bouleversé la donne politique le 31 mars en annonçant qu'ils présentaient un candidat à la présidence alors qu'ils s'étaient engagés à ne pas le faire.

La puissante confrérie a présenté son "numéro deux", Khairat al-Chater, un riche homme d'affaires considéré comme le premier financier des Frères et leur éminence grise politique.

"Non à la manipulation"

Ces derniers jours, c'est la nouvelle que le candidat salafiste Hazem Abou Ismaïl pourrait être écarté en raison de la nationalité américaine de sa mère qui est venue agiter la campagne. La loi électorale stipule que tout candidat à la magistrature suprême doit être uniquement égyptien, de même que ses parents et son épouse.

Des milliers de partisans de M. Abou Ismaïl ont défilé dans la capitale vendredi pour dire "Non à la manipulation" et exiger que leur candidat reste dans la course.

Le premier tour de l'élection présidentielle doit se tenir les 23 et 24 mai. La liste définitive des candidats doit être publiée le 26 avril.

M. Souleimane n'est pas le seul candidat à venir de l'ancien régime. Le dernier chef de gouvernement de M. Moubarak, Ahmad Chafiq, se présente également, tout comme l'ancien secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa, ancien ministre des Affaires étrangères du président déchu.

Parmi les candidats déclarés figurent aussi Abdelmoneim Aboul Foutouh, un ancien cadre dirigeant des Frères musulmans, et l'opposant Ayman Nour, emprisonné sous M. Moubarak et qui a pu déposer son dossier vendredi.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

'Princess of North Sudan' : Disney accusé de glorifier le colonialisme

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Égypte : Morsi et Qaradawi condamnés à mort, signe de "guerre totale" contre les Frères musulmans

La condamnation à mort samedi de l’ancien président Mohamed Morsi, du prédicateur Youssef Al-Qaradawi et la pendaison de six détenus islamistes montrent la détermination du régime[...]

Égypte : deux juges, un procureur tués par balle dans le Sinaï

Deux juges et un procureur égyptiens ont été tués par balle samedi dans le nord du Sinaï, théâtre d'attentats jihadistes visant habituellement les forces de sécurité, a[...]

L'Égypte pend six militants islamistes

Six militants islamistes reconnus coupables d’avoir mené des attaques pour le compte du groupe armé Ansar Beit al-Maqdess ont été pendus, ont annoncé dimanche des responsables de la police[...]

Égypte - Condamnation à mort de Morsi : Washington profondément préoccupé

Les États-Unis ont exprimé dimanche leur profonde préoccupation après la condamnation à mort de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi et de plus de 100 autres Égyptiens, a[...]

Égypte : l'ex-président Mohamed Morsi condamné à mort

Poursuivi pour espionnage et des violences durant la révolte de 2011, Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte, a été condamné samedi à mort. Un[...]

Égypte : sept morts, dont trois civils, dans deux attaques dans le Sinaï

Quatre militaires et trois civils ont été tués mercredi dans deux attaques à la bombe dans le Sinaï.[...]

Égypte : démission du ministre de la Justice, pour qui un enfant d'éboueur "ne peut devenir juge"

Le ministre égyptien de la Justice, Mahfouz Saber, a démissionné lundi suite au tollé provoqué par ses déclarations lors d’une interview télévisée dimanche soir.[...]

Liberté d'expression : les dessinateurs de presse en première ligne

L'attentat contre leurs confrères de "Charlie Hebdo" en janvier a fortement ému les dessinateurs africains et rappelé à quel point la liberté d'expression pouvait être[...]

Le marocain Attijariwafa débarque en Égypte

 La banque marocaine Attijariwafa Bank s'apprête à mettre un pied en Égypte. Sa direction négocie actuellement la reprise de Piraeus Bank Egypt.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers