Extension Factory Builder
11/03/2012 à 17:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Macky Sall s'exprime le 10 mars 2012, lors d'un meeting de campagne à Dakar. Macky Sall s'exprime le 10 mars 2012, lors d'un meeting de campagne à Dakar. © AFP

L'opposition sénégalaise renforce son alliance avec Macky Sall, qui sera face au président Abdoulaye Wade au second tour de la présidentielle le 25 mars, avec la création samedi d'une nouvelle coalition pour le soutenir, suivie dimanche d'une "grande" manifestation pro-Sall à Dakar.

Les douze candidats battus au premier tour le 26 février se sont tous joints samedi soir à l'ex-Premier ministre Macky Sall pour mettre en place le "Rassemblement des forces du changement" (RFC)/Benno bok Yaakkar (unis pour le même espoir en langue wolof), nouvelle coalition qui va désormais porter la candidature de M. Sall jusqu'ici soutenue par "Macky 2012".

Le RFC "est désormais le cadre privilégié de toutes nos actions. C'est la synergie de toutes nos forces, de nos énergies et de nos moyens. Ensemble nous irons à la conquête des suffrages, ensemble nous gagnerons et ensemble nous allons gérer le Sénégal", a affirmé M. Sall au cours d'une conférence de presse.

"Il est rare de voir autant de candidats engagés au premier tour se retrouver dans une unanimité générale pour ne voir que les intérêts du peuple sénégalais", a ajouté M. Sall.

Il s'exprimait en présence de neuf des douze candidats battus au premier tour, dont Moustapha Niasse (13,20%) et Ousmane Tanor Dieng (11,30%), arrivés respectivement en troisième et quatrième position, et des représentants des trois autres.

Abdoulaye Wade est arrivé en tête du premier tour avec 34,81% des voix, suivi de son ex-Premier ministre devenu opposant, Macky Sall avec 26,58% des voix.

"Je m'engage à mériter votre confiance, à ne jamais la trahir", a dit M. Sall qui parlait également devant le chanteur Youssou Ndour, dont la candidature à la présidentielle a été rejetée par le Conseil constitutionnel, autre soutien de M. Sall.

Tous les candidats battus au premier tour ou leurs représentants doivent dimanche après-midi participer à "un grand rassemblement" prévu sur la Place de l'Obélisque, près du centre-ville de Dakar, pour soutenir Macky Sall et empêcher un troisième mandat du président Wade.

Cette manifestation, à l'initiative du Mouvement du 23 juin (opposition et société civile), est également organisée en "hommage au peuple sénégalais et à ses martyrs" après des violences préélectorales qui ont fait de six à quinze morts dans la contestation de la candidature de M. Wade, jugée "illégale" par l'opposition.

Tournée des chefs religieux pour Wade

De son côté, le président Wade, 85 ans et au pouvoir depuis 2000, continue sa tournée chez les chefs religieux entamée depuis l'ouverture jeudi de la campagne électorale pour le second tour.

Il a rencontré samedi soir Serigne Modou Kara Mbacké, un chef religieux mouride, une influente confrérie au Sénégal à laquelle appartient M. Wade, à qui il a demandé une consigne de vote en sa faveur.

"Je sais qu'il y a du monde derrière toi, on t'écoutera. Je ne vais pas te tordre le bras, mais sache que je compte sur toi", a déclaré M. Wade, cité par l'Agence de presse sénégalaise (APS, publique), en rendant visite au guide religieux, également chef du Parti pour la vérité et le développement (PVD).

Il a indiqué n'avoir pu gagner l'élection présidentielle au premier tour parce que "l'Occident a fait campagne électorale contre" lui, sans préciser de pays ou d'organisation.

"J'ai demandé à la famille libérale d'aller rencontrer ces électeurs jusque chez eux s'il le faut, pour leur faire comprendre qu'ils n'ont rien à craindre", a affirmé M. Wade, chef du Parti démocratique sénégalais (PDS, libéral).

Il faisait allusion aux 41,42% d'électeurs qui se sont abstenus au premier tour à cause, selon des responsables du parti au pouvoir, des violences qui ont précédé le scrutin.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Sénégal : carton jaune pour Macky Sall

Réduction de la durée du mandat présidentiel, pouvoir d'achat, couverture sociale... Le président sénégalais, Macky Sall, élu il y a plus de deux ans, n'a pas encore tenu[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La France dans l'obligation de fournir un visa à un homosexuel sénégalais pour son mariage

Le Conseil d'État a condamné mercredi le gouvernement français qui avait refusé de délivrer un visa à un Sénégalais, résidant au Maroc, qui désirait se marier[...]

Sénégal : Rama Thiaw, réalisatrice et lutteuse

Réalisatrice au caractère bien trempé, la jeune Sénégalaise Rama Thiaw achève un documentaire sur le groupe de hip-hop Keur Gui, membre fondateur du collectif Y'en a marre lors de[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Sénégal : Macky et le syndrome Hollande

Le président sénégalais vient de subir son premier revers politique. Ce ne sont que des élections locales, certes, et la défaite est surtout symbolique, mais c'est un avertissement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers