Extension Factory Builder
10/03/2012 à 10:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Guillaume Soro arrive à une rencontre extraordinaire au palais présidentiel d'Abidjan le 8 mars 20 Guillaume Soro arrive à une rencontre extraordinaire au palais présidentiel d'Abidjan le 8 mars 20 © AFP

La démission de Guillaume Soro du poste de Premier ministre ivoirien, lui ouvre une voie royale vers la présidence de l'Assemblée nationale et pourrait faire de lui le dauphin constitutionnel estiment vendredi ses partisans et dénoncent ses opposants.

L'élection du président de l'Assemblée nationale ivoirienne, deuxième personnage de l'Etat et dauphin constitutionnel est prévue pour lundi prochain à Yamoussoukro, la capitale politique (centre).

Guillaume Soro, élu député de la circonscription électorale de Ferkéssédougou (nord), pourrait se présenter à ce scrutin, selon une source politique.

Jeudi, M. Soro et son gouvernement ont démissionné près de trois mois après les élections législatives de fin 2011. Une démission acceptée par le président ivoirien Alassane Ouattara qui a rendu un vibrant hommage à son "jeune frère".

"Il a brillamment occupé ce poste de Premier ministre", s'est félicitée Me Affousy Bamba, membre de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN, en voie de dissolution), dont Soro est le chef.

"Il a démontré sa capacité à diriger. Je n'ai aucun doute qu'il ferait son travail, si demain il était élu président de l'Assemblée nationale", a affirmé à l'AFP Me Bamba, se présentant comme son "compagnon de lutte".

"Qu'il rende sa démission ou qu'il soit pressenti comme président du parlement, le plus important pour les Ivoiriens, est de retrouver la vraie démocratie, la sécurité et la réconciliation", souligne Alphonse Douati, un responsable du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo.

"Tout le reste n'est qu'un jeu de passe-passe entre copains ou on remplace Pierre par Paul", a-t-il poursuivi, déplorant un "calcul politicien". De Guillaume Soro, il retient surtout l'image de "père de la rébellion en 2002".

Le poste de Premier ministre avait été promis fin 2010 au Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) de l'ancien président Henri Konan Bédié dans une alliance politique avec le Rassemblement des républicains (RDR) du président Alassane Ouattara, lors du scrutin présidentiel de novembre 2010.

"Laissons le destin s'accomplir"

Le PDCI a donc salué cette démission, soulignant une "promesse tenue".

"Il est de notoriété publique que le président du PDCI (M. Bédié, NDLR) était préoccupé par la question et attendait que cette promesse se réalise", écrit le Nouveau Réveil, le quotidien du PDCI.

Les Ivoiriens ont élu le 28 novembre 2010 Alassane Ouattara mais ce sont les hommes de Guillaume Soro, plusieurs milliers de combattants de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) rebaptisés Forces républicaines (FRCI), qui ont chassé Laurent Gbagbo du pouvoir, avec l'appui décisif de l'ONU et de la France.

M. Soro avait alors été alors maintenu à son poste de Premier Ministre à la fin 2010 gardant le portefeuille de ministre de la Défense, en raison du contexte sécuritaire très trouble, avec pour mission première de ramener le calme.

Elu député sous la bannière du RDR qui a obtenu la majorité, M. Soro a justifié sa démission par le non cumul des mandats.
"Ma qualité de député ne me permet plus d'occuper des fonctions dans le pouvoir exécutif. C'est pourquoi je décide de rendre ma démission ainsi que celle du gouvernement que j'ai dirigé", a-t-il déclaré.

"Laissons le destin s'accomplir", a-t-il dit en quittant le palais présidentiel d'Abidjan au volant de sa voiture, sans garde de corps.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

L'examen de 60 contrats publics accordés entre 2011 et 2013 montre que dans 95 % des cas les motifs avancés pour justifier que ces marchés soient passés de gré à gré ne sont pas fon[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Justice : Tournaire, Sarkozy, Bolloré et... la Côte d'Ivoire

Serge Tournaire l'Africain ? Le juge français qui enquête sur un financement présumé de Sarkozy par Kadhafi pour la campagne présidentielle de 2007 s'intéresse de plus en plus au continent.[...]

L'anniversaire de la BAD à Abidjan reporté ?

Prévu pour début novembre dans la capitale économique de la Côte d'Ivoire, le 50e anniversaire de la Banque africaine de développement pourrait être reporté. En cause :[...]

Côte d'Ivoire : Bédié annonce son ralliement à Ouattara pour la présidentielle de 2015

Le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié, a annoncé ce mercredi lors d’un meeting tenu dans son fief à Daoukro le ralliement de sa formation[...]

Côte d'Ivoire : Youssouf Bakayoko, un diplomate peu consensuel

La reconduction à la tête de la Commission électorale indépendante de Youssouf Bakayoko n'est pas du goût de tous. Et pour cause : il occupait déjà ce poste lors de la[...]

Côte d'Ivoire : "L'Afterwork" de Radio Nostalgie ou les Guignols de l'info

Imitant les chefs d'État africains, les trublions ivoiriens de la quotidienne L'Afterwork sur Radio Nostalgie passent en revue l'actualité du continent. Rendez-vous le 15 septembre pour la[...]

Côte d'Ivoire : Amara Essy, le recours du PDCI pour la présidentielle ?

Plusieurs dirigeants du PDCI cherchent un candidat de consensus dans leurs rangs pour éviter une candidature unique avec le RDR à la présidentielle de 2015. Leur choix s'est porté sur Amara Essy.[...]

Côte d'Ivoire : le japonais Mitsubishi investit dans un champ pétrolier offshore

La maison de commerce japonaise Mitsubishi Corporation a racheté plus d'un tiers (20 % du total) des parts détenues par l'américain Anadarko dans le champ pétrolifère offshore CI-103 au large des[...]

Du changement chez Bolloré en Côte d'Ivoire

Abidjan Terminal, société détenue en commun par le groupe Bolloré Africa Logistics (BAL, 60 %) et Maersk (40 %), a changé de direction. Décryptage.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex