Extension Factory Builder
19/02/2012 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les présidents sud-africain et béninois (de g. à d.) à Cotonou, le 18 février 2012. Les présidents sud-africain et béninois (de g. à d.) à Cotonou, le 18 février 2012. © AFP

Quatorze chefs d'État africains ont évoqué samedi à Cotonou l'insécurité au Sahel, en particulier dans le nord du Mali où un regain de violences a provoqué une grave crise avec l'exode de dizaines de milliers de personnes.

Quatorze chefs d'Etat africains ont évoqué samedi à Cotonou l'insécurité au Sahel, en particulier dans le nord du Mali où un regain de violences a provoqué une grave crise avec l'exode de dizaines de milliers de personnes. Les participants n'ont publié aucun communiqué au terme de leurs discussions car il s'agissait d'une réunion informelle, selon des responsables du ministère béninois des Affaires étrangères.

La réunion d'un jour, conviée par le nouveau président de l'Union africaine (UA) et chef d'Etat béninois Thomas Boni Yayi, survient alors que la région du Sahel est bouleversée par la résurgence de la rébellion touareg. Dans son discours ouvrant le sommet, M. Yayi a souligné le "grand paradoxe" de l'Afrique, "continent de l'avenir" qui n'est "pas uni dans sa marche vers la paix, la stabilité (...) et le développement".

Beaucoup de troubles actuels "révèlent, si besoin en était, les limites de nos actions", a-t-il dit à ses homologues dont quatorze, sur les 25 attendus, étaient présents. L'UA regroupe les 54 Etats du continent. Il a cité en exemple "la persistance des crises et l'apparition de nouvelles menaces à la sécurité de nos Etats et de nos populations, telles que l'insécurité endémique et persistante dans la région sahélo-saharienne, avec sa cohorte de réfugiés et ses effets collatéraux sur les autres pays frères".

Depuis mi-janvier, le Mali est confronté à une offensive de la rébellion touareg, combattue par l'armée. Les violences ont provoqué un exode à l'intérieur du pays mais aussi vers le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie. Selon Amnesty International, il s'agit de "la pire crise des droits humains qu'ait connue le nord du Mali depuis vingt ans". Des dizaines de personnes ont été tuées depuis un mois, selon l'organisation. Au moins 60.000 personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays et 44.000 ont trouvé refuge dans les pays voisins.

"Recrudescence du terrorisme"

Le président Yayi a également évoqué "la recrudescence du terrorisme et des narco-trafiquants dans certaines régions" ainsi que "la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée et au large des côtes somaliennes". Les pays du Sahel font face à la menace de la branche maghrébine d'Al-Qaïda (Aqmi) et d'autres groupes criminels, ainsi qu'à l'afflux d'armes, dont de l'armement lourd, issues du conflit libyen, tandis que le Nigeria est secoué depuis des mois par les attaques meurtrières du groupe islamiste Boko Haram.

Les conclusions des pourparlers à Cotonou feront l'objet de discussions au prochain sommet de l'Union africaine, prévu en juin au Malawi, a indiqué à la presse une conseillère du président Yayi pour les affaires étrangères, Mariam Aladji Boni Diallo.

Fin janvier, l'UA a prolongé le mandat de l'actuel président de la Commission de l'UA, Jean Ping, après avoir échoué à départager les candidats à sa succession - dont il fait partie - lors d'une élection. Dans son discours d'ouverture, M. Yayi avait indiqué que la délicate question de la désignation du président de la commission de l'UA n'était pas à l'orde du jour samedi.

"Un comité de 8 membres composé des 5 régions du continent avec l'appui du Gabon, de l'Afrique du Sud et du président de l'Union africaine a été mis en place pour examiner" cette question, a-t-il dit. Le président sud-africain Jacob Zuma a affirmé jeudi que son pays était déterminé à décrocher la présidence de la Commission de l'UA pour son ancienne ministre des Affaires étrangères Nkosazana Dlamini-Zuma, malgré un échec lors du dernier sommet du bloc régional.

Etaient présents à la réunion les présidents ou chef de gouvernement d'Afrique du Sud, du Bénin, du Burkina Faso, du Congo, de la Côte d'Ivoire, d'Ethiopie, du Gabon, de la Guinée, du Liberia, du Niger, du Nigeria, du Rwanda, du Tchad et du Togo.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Présidentielle au Togo : premiers résultats annoncés au compte-gouttes dans une ambiance tendue

Présidentielle au Togo : premiers résultats annoncés au compte-gouttes dans une ambiance tendue

Les Togolais attendent avec inquiétude le verdict de l’élection présidentielle de samedi. L’annonce des premiers résultats a commencé tôt lundi, jour du 55e anniversaire de l&rs[...]

Burundi : violente répression de manifestations contre un 3e mandat de Nkurunziza

Des violences ont secoué dimanche la capitale burundaise après la désignation du président Pierre Nkurunziza comme candidat de son parti à la présidentielle prévue en juin. Les[...]

Gabon : orphelins de Mba Obame

C'était l'opposant numéro un. Sa disparition laisse un vide que ses anciens compagnons de route, pressés de prendre le relais avant la présidentielle de 2016, auront du mal à combler.[...]

Burkina-France : Michel Kafando en visite à Paris début mai

Le président de transition burkinabè, Michel Kafando, doit effectuer sa première visite en France dans les prochains jours. Il sera reçu à l’Élysée par François[...]

Burundi : les principales radios privées empêchées d'émettre en province

Les émetteurs relais des trois principales radios indépendantes du Burundi, accusées d'inciter la population au soulèvement, ont été coupés dimanche par le gouvernement,[...]

Présidentielle au Togo : participation en berne, les premiers résultats attendus

À peine plus de la moitié des électeurs togolais se sont rendus aux urnes samedi pour élire leur président, un scrutin à un tour dont Faure Gnassingbé, le chef de[...]

Burundi : deux manifestants tués par balles à Bujumbura

Deux manifestants ont été tués pas balles dimanche à Bujumbura, alors qu'ils protestaient contre la candidature du président burundais sortant à un 3e mandat, ont rapporté des[...]

Burkina : des milliers de manifestants en faveur du nouveau code électoral

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Ouagadougou en faveur du nouveau code électoral, qui exclut des prochaines élections d'octobre les partisans de l'ancien président Blaise[...]

Burundi : heurts entre manifestants et police après la candidature de Nkurunziza à un 3e mandat

Des heurts ont éclaté dimanche à Bujumbura entre de petits groupes de manifestants et des policiers au lendemain de l'annonce de la candidature du président burundais sortant à un[...]

Les bureaux de vote ont ouvert pour les législatives au Bénin

Les bureaux de vote au Bénin ont ouvert dimanche pour les élections législatives considérées comme un "galop d'essai" en vue de la présidentielle de 2016. Près de 4,4[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120219103747 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120219103747 from 172.16.0.100