Extension Factory Builder
19/02/2012 à 10:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Affrontements entre policiers et des manifestants, le 18 février 2012 à Dakar. Affrontements entre policiers et des manifestants, le 18 février 2012 à Dakar. © AFP

Plusieurs personnes ont été blessées dans de nouveaux affrontements samedi à Dakar entre policiers et jeunes qui tentaient, comme la veille, d'accéder à une place du centre-ville où devait se tenir une manifestation interdite de l'opposition contre un nouveau mandat du président Abdoulaye Wade.

Plusieurs personnes ont été blessées dans de nouveaux affrontements samedi à Dakar entre policiers et jeunes sénégalais qui tentaient, comme la veille, d'accéder à une place du centre-ville où devait se tenir une manifestation interdite de l'opposition contre un nouveau mandat du président Abdoulaye Wade. Des secouristes de deux organisations indépendantes ont parlé à l'AFP l'un de deux blessés et l'autre d'une dizaine de blessés, une source autorisée a évoqué quatre blessés secourus depuis le début de l'après-midi.

Par ailleurs, un jeune est mort après avoir été blessé vendredi soir à Kaolack (ouest du Sénégal) lors d'une manifestation organisée pour protester contre "la profanation" d'une mosquée de Dakar par la police. Ce décès porte à cinq le nombre de morts depuis fin janvier en lien avec la contestation de la candidature d'Abdoulaye Wade à la présidentielle du 26 février.

Pour la cinquième journée consécutive, l'opposition et la société civile, rassemblés au sein du Mouvement du 23 juin (M23), avaient décidé de maintenir une manifestation interdite contre la candidature de M. Wade. Des centaines de jeunes se sont retrouvés sur l'avenue Georges Pompidou menant à la Place de l'Indépendance où devait se tenir la manifestation. Ils ont jeté des pierres sur des policiers qui leur barraient l'accès, les policiers ont riposté à coups de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et ont utilisé un canon à eau pour éteindre le feu à des barricades de fortune érigées sur l'avenue.

"L'irresponsabilité des forces de l'ordre"

Des scènes similaires se sont produites dans plusieurs rues du centre-ville, où tous les commerces avaient fermé, alors que de nombreux riverains regardaient la scène sur le pas de leur porte ou sur les trottoirs, certains se couvrant le nez pour se protéger du mélange âcre de fumée et de gaz lacrymogènes. Les gaz lacrymogènes n'ont pas épargné l'Hôtel de ville de Dakar où, selon le maire Khalifa Sall (opposition), 17 mariages étaient prévus samedi et ont été perturbés. "Ils jettent des grenades lacrymogènes ici, c'est l'irresponsabilité des forces de l'ordre", a-t-il dit à l'AFP.

Toutes les rues et avenues menant à la Place de l'Indépendance, dans le quartier administratif et des affaires du Plateau où se trouve le Palais présidentiel, ont été barrées par les forces de sécurité, qui ont empêché plusieurs candidats opposants d'y accéder, dont le maire Cheikh Bamba Dièye et les ex-ministres des Affaires étrangères Ibrahima Fall et Cheikh Tidiane Gadio. M. Dièye est néanmoins parvenu à se rendre sur la Place, où il s'est étendu à même l'asphalte, avant d'en être éconduit sans ménagement par des policiers.

Cela "ne va pas nous arrêter, Abdoulaye Wade ne pourra pas nous arrêter. Il peut barrer toutes les rues de Dakar, bloquer toutes les voies, sortir les chars de combat, ça ne nous arrêtera pas", a affirmé M. Gadio à l'AFP, dénonçant un "forcing contre (le) peuple".

Vendredi, une dizaine de personnes, dont un policier, avaient été blessées au Plateau lors de violences similaires, exacerbées par le geste d'un officier de police qui a lancé des grenades lacrymogènes à l'intérieur d'une mosquée de la confrérie musulmane des Tidianes située dans cette zone.

La colère des Tidianes

Une manifestation de colère contre ce fait a eu lieu à Kaolack (ouest) où un jeune homme est mort dans des circonstances non précisées par la police, la presse locale affirmant qu'il avait été touché par une grenade lacrymogène. Des actions de vengeance ont été menées à Tivaouane (ouest), une des cités saintes des Tidianes, où la mairie a été saccagée et incendiée. Le maire de la ville, El-Hadj Malick Diop, de la mouvance présidentielle, a mis en cause des jeunes opposants "manipulés".

Le ministre de l'Intérieur Ousmane Ngom a rencontré samedi Serigne Mansour Sy, calife général de la confrérie des Tidianes à Tivaouane, pour tenter de calmer les esprits. Le porte-parole du calife a appelé les fidèles "au calme et à la sérénité". Des ONG de défense des droits de l'Homme ont déploré les violences, en dénonçant des "dizaines d'arrestations" depuis trois jours. Elles ont exhorté les autorités "à cesser immédiatement la répression en cours".

Sept jeunes du mouvement Y'en a marre opposé à un nouveau mandat de M. Wade, qui avaient été arrêtés jeudi à Dakar ont été inculpés de "participation à une manifestation non autorisée" et mis en liberté et seront jugés le 22 février, selon leur collectif. 13 autres demeurent toujours à la police.

Elu en 2000, réélu en 2007, M. Wade se dit sûr de remporter la présidentielle au premier tour. Le M23 estime qu'il a épuisé ses deux mandats légaux et juge illégale sa nouvelle candidature, ce que contestent ses partisans qui soulignent que des réformes de la Constitution lui donnent le droit de se représenter.

C'est dans ce climat de vive tension que quelque 23.000 militaires et paramilitaires ont commencé à voter à la présidentielle samedi, jusqu'à dimanche.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
AIME NOEL KOUADIO - 19/02/2012 à 11h:02

wade est un imbecile[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : Abdoulaye Wade accuse Macky Sall de corruption

Sénégal : Abdoulaye Wade accuse Macky Sall de corruption

Lors d'une réunion du comité directeur du Parti démocratique sénégalais (PDS), mardi à Dakar, l'ancien président Abdoulaye Wade a accusé le chef de l'État, Macky Sall[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Sénégal - Macky Sall : "Mes principaux adversaires ne sont pas Wade et consorts, ce sont les inégalités sociales"

Réformes, Wade père et fils, procès Habré, Ebola, diplomatie... Macky Sall, le chef de l'État sénégalais répond à toutes nos questions, et défend son [...]

Sénégal : pas de production pétrolière avant 2020

Le Sénégal espère produire son premier baril d'or noir en 2019-2020 à la suite de la récente découverte de pétrole au large de ses côtes, a affirmé le 15 octobre[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

Omar Sy : "Je ne suis pas un acteur noir"

Le comédien le plus populaire de France incarne un sans-papiers dans "Samba", le dernier film d'Éric Toledano et Olivier Nakache. Son dernier rôle, son aventure hollywoodienne, la place des[...]

Le Sénégalais Makhtar Diop ne sera pas candidat à la BAD

Quelques jours après avoir été mis en retrait de la vice-présidence Afrique de la Banque mondiale, Makhtar Diop annonce sur Twitter sa décision de ne pas se présenter à la[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers